AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Vivre... Quelle curieuse idée? [Ayumi Saotome]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

MessageSujet: Vivre... Quelle curieuse idée? [Ayumi Saotome]   Dim 18 Nov - 18:19

Spoiler:
 
Le 25 Juillet.
Okay... Ce jour là avait été vraiment.. mmh... étrange je crois. Enfin, je sais pas vous, mais personnellement j'ai pas l'habitude qu'on me réveille à 7h du mat pour me faire passer un examen d'entré... Surtout qu'il me fallut bien une demie heure APRES la fin pour me rappeler qu'est ce que je pouvais bien faire là : L'examen d'entrée de La Pension d'Hiromae, évidemment! Alice Marks, la scientifique qui m'a trouvé, m'en avait fait part il y a un peu plus d'une semaine... Depuis un peu plus de deux ans maintenant, celle ci m'a recueillit, et m'a appris tout ce que je sais... D'après elle, il était temps de mener une nouvelle expérience, de savoir si je pouvais.. M'intégrer à la société pleinement, en m'inscrivant au pensionnat. Je devais être honnête, de ce que je savais de cet endroit, des cours et autres, cela m’excitait grandement! Avoir des amis, sortir avec eux, parler et rigoler avec eux... Tous ces actes communs pour n'importe qui, me paraissaient presque extraordinaire! Des expériences que j'avais tant hâte de découvrir, des émotions nouvelles qui m'emporteraient... En deux ans d'existences, rares étaient les moments où je pu connaitre de tels sentiments... Alors, autant vous dire qu'il me tardait vraiment d'y être!

J'en fus d'ailleurs un poil trop excitée, tellement qu'Alice m'envoya faire deux ou trois courses dans les vieilles ruelles de Miyora.. Je m'en serais passée, mais je ne pouvais lui refuser quoi que ce soit... Je lui devais bien trop de chose, voir ma vie pour faire cela. Enfin, voilà pourquoi je me suis retrouvée dans les vieilles ruelles, allant de boutiques en boutiques, essayant de ne pas perdre mon chemin pour réunir ce dont elle avait besoin : un tas de bricole, dont j'avais de la peine à retenir le nom pour certains... J'avais beau respecter ce qu'elle faisait, parfois, cela échappait complètement à ma compréhension... Bas, tant pis, on obéit. Enfin, j'ai beau dire cela, parfois, ça m'éviterait pas mal d'ennui de vraiment le faire.

La preuve ce soir là. J'avais enfilé une robe toute neuve pour sortir, blanche et noir, avec un petit corset lacé, et tout le reste. Robe qui n'allait pas rester neuve très longtemps : Alors que je portais avec difficulté mon sac plein à ras bord de.... mmh.. choses, un petit groupe d'homme me bouscula, me faisant tomber à terre, ainsi que mon sac de babiole. Bon, les objets étaient résistant, là n'était pas le problème, mais j'enrageai quelque peu quand à l'état de ma robe, devenue poussiéreuse. C'est la que je compris qu'être franche pouvait poser quelques soucis.

"Fais attention ou tu vas le gorille...
-A qui tu parles là?!"

Ah. Grillée. Je l'avais pas dis fort pourtant, juré! Mais, c'est vrai qu'il avait vraiment l'air d'un gorille... Les épaules larges, rasés court, visage carré, baraqué comme pas possible... Un gorille je vous dis! Mais, il a pas aimé... Après s'être retourné, l'air un tout petit peu beaucoup énervé, il me prit par le bras et me leva d'un seul coup, m'adressant un joli regard noir.

"Tu vas t'excuser tout de suite ma jolie, et là peut-être que je te laisserais filer.
-Pourquoi devrais-je m'excuser? C'est vrai, vous m'avez poussée, et vous ressemblez à un gorille"

Et un ego blessé, un! Bon... Après c'était moi la blessée.... Je n'eus pas eu le temps de ramasser mon sac qu'il m'emmenait déjà à l'écart de la rue principale, et me mit par terre. C'était dans un ruelle sombre et étroite, le genre d'endroit typique ou il se passe pleins de choses sans qu'on voit ce qu'il s'y passe, une vrai lieu d'infecté de rats dans son genre. En parlant de rats, il en avait deux autres avec lui, comme beaucoup de mecs dans le genre, incapable de se défendre seul. Il voulut me reposer un ultimatum, mais bon... en plus d'être franche, je suis têtue moi...

"Hey les mecs, ça vous dit d'apprendre la politesse à cette jeune demoiselle? On dirait que ses parents lui ont pas appris quand elle était gamine!"

Sa dernière phrase jeta un froid sur mon esprit. Il avait pas tord sur ce point.. enfin, à moitié, vu que je n'ai jamais été.. Gamine. Pour ma part je suis née ainsi... Sans même que qui que ce soit me veuille, ou désire que j'existe... Est ce que cela me donnait vraiment le droit d'exister? Est ce que j'existais vraiment en soit? Mon existence n'était elle pas un simple mensonge...?
Et me voilà repartit. À cet instant, ma tête et mon esprit devinrent vide... Ou presque, une chose demeurait : la douleur. Ils avaient commencé à me donner des coups de pieds dans le ventre et sur les membres, et au lieu de la honte, ou de l'humiliation, je ne ressentais que la douleur... et la joie d'avoir mal. Cette douleur... Me permettrait-elle de me sentir vivante? D'exister? Je voulais la sentir... encore et encore... Alors je modulai mon pouvoir, mon contrôle vectoriel, non pas pour réduire la force de leur coup, mais au contraire, l'augmenter, pour avoir mal... Si c'était la seule chose dont je disposais pour exister... alors... autant souffrir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Neko Sexy tendance Rouge

MessageSujet: Re: Vivre... Quelle curieuse idée? [Ayumi Saotome]   Mer 21 Nov - 15:28

- Putain les gars vous êtes sérieux ?! Y a plus de bières dans le frigo ?!

Je regardais effarée la porte frigidaire qui était complètement vide. Plus de bières, de soda, de jus de fruit... Rien. Et à peine de quoi se faire un repas du soir. Quant à la réponse, elle fut totalement inexistante. Je savais bien que hurler dans les appartements du CDC alors qu'il n'y a personne n'était peut être pas super constructif, mais j'avais besoin de lâcher mon mécontentement. Alors que je râlais, fermant la porte avec fracas, je me relevais pour me diriger vers le comptoir de la cuisine, et ouvrir un tiroir pour y prendre notre cagnotte commune. Comme d'hab, c'était moi qui devrait aller faire les courses. Putain. Le temps d'enfiler une légère veste, de remettre un short en jean et mes grolls, et j'étais partie.

C'est ainsi donc que je me retrouvais dans le quartier de Miyora. Bon, j'avoue, j'aurais pu me contenter d'aller un peu moins loin, mais j'avais une furieuse envie de saké, et je connaissais une bonne adresse dans le quartier. J'étais trop gentille à vouloir ramener une boisson pareil à l'appart', mais j'avais aussi envie de passer une soirée tranquille avec mes potes. Et avec une bonne bouteille d'alcool de riz, ce serait encore mieux.

Mais au détour d'une ruelle, mes oreilles endentèrent soudain un bruit familier ; le bruit sourd de quelque chose qui tape dans la chaire. La curiosité est un vilain défaut, il n'empêche que je ne pus m'empêcher de jetter un oeil sur ce qu'il se passait : une jeune fille était " tout simplement " en train de se faire tabasser par une bande de lourdo. Je faillais en lâcher ma cigarette de surprise. Bon sang, y avait toujours des mecs aussi con ? Je soupirais. J'étais pas justicière, mais y avait des limites.

- Eh ! hurlais-je.

Les types semblaient m'avoir remarqués, puisqu'ils venaient tous de lever la tête, un peu interloquée. Je supposais qu'il ne s'attendait pas à recevoir de la visite. Je jetais un rapide coup d'oeil sur la gamine, qui avait l'air bien amochée.

- Je crois qu'elle a eu son compte, nan ?

Le plus baraque des trois décida de délaisser sa victime pour se rapprocher de moi, essayant de m’impressionner en bandant ses muscles et en me faisant un regard noir.

- Qu'est ce qui a, t'en veux aussi ?

- Pas ce soir chéri, j'ai la migraine.

La réplique du sans doute l'énerver, car il essaya de me foutre un bourre pif ; je l'arrêtais de justesse, et remercier mes réflexes. Un peu plus et il me foutait au sol. Mais comme pour appuyer mon sang froid, je laissais la fumée de ma clope s'écraser sur son visage. Le combat faillit bien s'engager si son pote n'était pas venu pour le retenir.

- Arrête Basile, ça sert à rien. On s'en va, dit en posant la main sur l'épaule du mastoc.

Celui-ci pesta, et fit un peu de recul, me lançant un regard assassin. Je me contentais de rester stoïc, et surtout sur mes gardes. J'étais à peu près sûr que ce mec était capable de me sauter dessus d'une seconde à l'autre, et ce malgré ses amis. Apparemment je jouais de chance, puisque le petit groupe s'en alla sans un mot. Le temps d'écraser ma cigarette, et je m'approchais de la petite.

- Halala... La galanterie se perd, j'en ai bien peur. Allez, relève toi, dis-je alors que je l'aidais à se soulever. Rien de casser ?

_________________


I wanna play, nya ~

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Neko Sexy tendance Rouge

MessageSujet: Re: Vivre... Quelle curieuse idée? [Ayumi Saotome]   Lun 18 Fév - 11:39

Rp annulé faute de réponses ~

_________________


I wanna play, nya ~

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vivre... Quelle curieuse idée? [Ayumi Saotome]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vivre... Quelle curieuse idée? [Ayumi Saotome]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» VIVRE SA RETRAITE EN ITALIE...
» Quelle est la base du développement ?
» Salaire minimum : Focus sur les vrais problèmes.
» Quelle est votre bande de prédilection?
» Il faut vivre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hiromae :: Les Extras :: Archives RPs-