AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Captain

MessageSujet: Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]   Mar 8 Mai - 12:02


LEDA ALISSANDRE
Citation ou Phrase de votre Personnage


Capitaine

Feat  Selvaria Bles
From Valkirie Chronicles

INFOS GENERALES

NOM : Alissandre

PRENOM(S) : Leda, (Licia, Catherine)

ÂGE : 349 ans

NATIONALITE(S) : Francaise

LIEU DE NAISSANCE : Domaine Alissandre, Alentours du Paris

ORIENTATION S. : Hétérosexuelle

OCCUPATION : Capitaine de la garde royale

RACE : Einherjars

POUVOIR(S) :
- Etincelle
- Voie de la foudre
- Forte Influence Vocale

NIVEAU DE LICENCE :  A




PHYSIQUE

Que dire de cette femme-soldat, si ce n’est qu’elle n’a pas le corps qu’elle aurait désiré possédé à une certaine époque ? D’une hauteur d’un mètre soixante dix sans talon, et un corps fin et sculpté.
Leda est tout de même une femme arborant des formes généreuses et marquées. Le tout mis en forme par un uniforme sur mesure et moulant.

Mais Leda ce n’est pas qu’une femme aux formes généreuse, c’est aussi quelqu’un de très expressive.
Des yeux d’un rouge carmin, où se reflètent chacun des sentiments du capitaine de la garde royale, aussi bien la douceur dont elle peut faire preuve avec la princesse, que l’impartialité et la sévérité dont elle sait usé pour commander les gardes du palais.
Une longue chevelure d’un blanc argenté, descendant jusqu’au dessus d’un fessier musclé, peut être est elle un peu albinos ? Voir même une albinos tout cours… Un nez aquilin, une bouche fine.

Témoins de la suspections d’une forme d’albinisme, la demoiselle possède une peau fine et blanche sur un corps musclé par les heures d’entrainement, elle n’est bodybuilders, elle n’a pas de tablette, mais des muscle dur et entretenu par des heures d’entrainements.
Outre son uniforme la ‘’Demoiselle‘’ sait rester sobre et classe à la fois, des hauts unis de différentes forme, des pantalons ou jupe souvent noir et finalement des chaussures variés.

Pourtant ça n’a pas toujours était aussi femme, il fut un moment où la demoiselle préférait porter des vêtements de garçon, elle ne  s’assumait pas…


MORAL
Certains vous diront que la jeune femme est quelqu’un de froid et de rigide, d’autres, vous apprendrons qu’elle est douce et rêveuse.

Leda est, premièr abord,  quelqu’un de déterminé, elle ne se laissera jamais marcher sur les pieds et fera très vite comprendre à tout un chacun qu’il faut la respecter. Autoritaire, l’Einherjars n’hésite pas à faire entendre, sa voix et ses ordres, se faisant écouter par la force s’il le faut. Cette froideur alliée à son autorité la demoiselle gère les gardes sous ses ordres avec une certaine rigidité, personne ne la contredira…
Elle est néanmoins l’argentée est quelqu'un de loyal, une fois sa confiance acquise Leda Alissandre est quelqu’un dont la loyauté n’est plus à faire. Elle ne trahira aucun secret, ne laissera jamais personne de côté, elle a vécu trop longtemps, a été trahis trop de fois pour faire subir cela à qui que ce soit. Elle n’est pas comme ça, elle n’est pas comme les hommes qui ont causé sa mort…
Juste, elle ne jugera jamais quelqu'un sans la connaitre un minimum. L’argenté n’aime pas l’injustice, elle fera donc tout pour que le monde soit juste.
Elle en reste une idéaliste, rêvant d’un monde sans guerre, sans violence. Un monde où homme et femme auront une équité. Un monde où, ce qu’il lui est arrivé, n’arrivera plus. Peut-être a-t-elle un peu peur de ça... Que ce roi qu’elle sert avec Loyauté ne la trahisse, qu’il ne bouge pas le petit doigt… Comme a pu le faire le roi qu’elle servait en 1689.
Pourtant, cette peur enfouit au plus profond d’elle, la femme fait preuve de loyauté et d’une grande détermination, il ne la trahira pas et ce roi aura toujours toute sa confiance.

Au-delà de tout ceci l’Einherjas est quelqu’un de doux et tendre, il faut simplement apprendre à la connaitre, attendre que la confiance vienne et que finalement on la découvre elle, Leda et non le capitaine Alissandre.
Il est des personnes, comme la princesse par exemple, qui connaisse le caractère caché du capitaine, cette douceur et cet air de grande sœur (enfin surtout la princesse, pour le côté grande sœur), elle reste une femme droite et respectueuse, adepte des marques d’affection dès qu’il le faut.

Elle aime le sucré, l’épicé, le salé et fait la grimace devant l’acide, elle, n’aime pas vraiment la violence gratuite et aimerait que le respect soit d’or... Douce rêveuse qu’elle est…

Douce femme, peut-être apprendrez-vous à la connaitre, savoir qui est vraiment Leda, ce qu’elle est et pas ce que vous pouvez penser qu’elle soit.


HISTOIRE
I- C’est une fille ?


1662-1678 – Alentour de Paris.


Elle était petite et douce, elle criait aussi, heureuse d’être dans ce monde, de faire partie de cette famille. Tendre souvenir qu’est le sien. Celui d’une naissance normal. C’était il y a 349 ans et oui que voulez-vous ? Elle est bien conservée la dame ? Vous ne trouvez pas ? Une famille normale : Une mère qui rêvez de voir sa fille à peine née dans de jolies robes, un père qui se lamentait qu’elle ne soit pas un homme, ainsi il aurait pu lui apprendre, lui transmettre tout son savoir. Ainsi donc la famille Alissandre gagnait un membre de plus, une petite fille nommée Leda.

Elle a grandi choyé, enfant unique qu’elle était. Et très vite, peut-être trop vite, aux gouts de certain, l’argenter a montré des signes de guerrier, oui la demoiselle allait faire le bonheur de son père, à peine savait elle marcher qu’elle montrait une grande curiosité pour ce qu’on appelle ‘’l’art du combat‘’. Pour le bonheur de son père, pour le malheur de sa mère. Que voulez vous, on ne choisit pas sa passion, peut-être que si Leda avait été quelqu’un d’autre, un homme par exemple, se serait-elle intéressée aux jolie robes… Il y a tout de même peut de chance.

Les années passent, les unes après les autres, peut-être un peu trop vite à son gout, mais y peut-on quelque chose ? On ne combat pas le temps et ça tous le monde la comprit. Ainsi, alors agé de 7 ans, son père commençait à lui apprendre les ficelles du combat, d’abord l’escrime et ses bases, puis le combat à mains nues, et finalement les combat réel. Et la demoiselle était ravie, ravie d’être avec ce père qu’elle aimait tant. Bien plus ravie que d’être avec sa mère tien… Et oui, malheureusement sa mère n’oubliait pas de lui rappeler une chose : Le fait qu’elle soit une femme. Aussi Leda jonglait entre l’apprentissage de son père et les cours soporifiques que lui avait assignés sa mère : Elle fendait le fleuret et apprenait à lire, autant qu’elle donnait de coup de sabre et apprenait à écrire et compter.

Pendant combien d’années a-t-elle jonglé entre les deux ? Combien déjà…Environ 8 ans…A peu près. Elle avait grandi, affirmant un caractère de guerrière, un caractère de garçon manqué comme savait le dire sa mère. Elle jouait sur tous les fronts, avait une éducation irréprochable, mais toujours ce gout du combat, cette passion pour battre le fer. Finalement elle ne comprenait pas sa mère, elle ne comprenait pas cette société qui distinguait homme et femme…

Puis il y eu ce jour fatidique. Leda perdait un repère, elle perdait un maître d’armes et un père. Avec qui allait-elle combattre ? Si elle pense a l’équité homme femme, ce n’est pas le cas de tout le monde et à cette époque c’est plutôt le contraire. La perte de son père fut l’une des seules fois où l’Einherjars se mit à pleurer… L’une des seules fois, voire même la seule… Un combattant ne pleure pas, non il laisse la tristesse de côté et jetait sa rage dans les combats.

II- Et sa mère en fit une Femme…

1678-1683 – Alentour de Paris


A cette époque sa mère sauta sur l’occasion, caressant du bout des doigts l’espoir que sa fille puisse un jour devenir une femme, une vraie ! Elle lui dispensa donc plusieurs cours. Histoire, religion, bonne conduite et protocole, peinture, couture aussi. Des cours qui ne résonnaient pas avec ce qu’était Leda. Elle lui fit portait de belle robe aussi, l’emmena à divers bals, elle tenta tout, absolument tout pour que sa fille devienne une femme au grand dam de la demoiselle.

Un soir il lui prit l’envie de sortir, elle banda sa poitrine, attacha sa longue chevelure argentée, passa un pantalon et une chemise un peu plus large qu’elle est finalement la femme partit visiter les villages avoisinant le domaine Alissandre. Ce gout de l’aventure, cette envie folle la tenait et elle continua pendant de longues années, fille modèle avec sa mère, rôle parfaitement tenu, pour, finalement, prendre l’apparat d’un homme la nuit tombée. Doux mensonge.

Puis elle en a eu marre, tant d’années gâchées à faire plaisir à sa mère. Alors que celle-ci lui annonçait un mariage avec un Marquis fortuné, elle, elle prit a parti de fuir le domaine, fuir cette mère qui voulait contrôler sa vie.

Un soir, alors que tout le monde dormait, elle reprit son costume d’apparat, fit son sac, prit les économies de sa mère, un cheval et quitta le domaine pour de bon. Dans la nuit tombée sa mère lisait une lettre d’adieux, hurlant qu’on lui ramène sa fille, elle avait voulu aller contre la nature de Leda et finalement, sa vanité avait fait fuir sa fille, il ne lui restait plus rien… Un titre ? Une demeure ? Mais plus personne à aimer.

III- Leda devient Leo... Mais à quel prix ?

1683-1690 – Alentour de Paris & Paris


Leda, elle, était déjà loin, arpentant les routes sombres avec pour seule compagnie, un cheval. Ce qui serait plus tard une Einherjars prit la route de Paris, désireuse de recroiser le fer et de ne plus jamais avoir à porter ses infâmes robes cent fois trop lourdes et encombrantes.

Après quelques jours de route et des courbatures, elle arrivait à destination, la capitale, belle capitale : Paris. Elle s’arrêta dans une auberge pour quelques jours avant de trouver un logis à la hauteur de ses moyens, sa vie débutait enfin. Prise d’un coup de folie, elle décidait d’intégrer l’armée Française. Travestie, elle fut acceptée et Leda laisser tomber son prénom pour prendre celui de Léo et finalement devint Soldat, pour son plus grand bonheur, et peut-être celui de son père, elle se souvient que ce jour-là, elle a levé la tête au ciel, souriant et a finalement dit a voit basse ‘’Tu vois Papa, je l’ai fait‘’ lui qui avait toujours voulu un garçon…

Elle a servi pendant longtemps dans son régiment, pendant environ 6 ou 7 ans, Leda était un soldat exemplaire, jusqu’au jour où ils ont appris son secret. Son supérieur plus exactement. Alors qu’elle était dans la salle des armes, son supérieur vint à lui proposer un combat d’entrainement, ceci pour évaluer son niveau et finalement voire si une proposition était possible pour le travesti.

Caressant le fil de leur lame les deux adversaires, offrirent un combat plein de rage et d’espoir (et non pas de désespoir), jusqu’au moment où, d’un coup mal parti le capitaine du régiment vint à déchirer les vêtements de son soldat. Surpris de ce qu’il découvrit, il eut un temps de latence, temps où Leda put, comme elle le pouvait, cacher ses attributs qu’elle avait toujours détestés. Ceux qui font visiblement d’elle, une femme. Puis il se mit à hurler à la traitrise. Une femme s’était jouée d’eux, une femme les avait rabaissés. Il lui donna plusieurs coups de sabre, avec force et finalement, une fois tout le monde au courant, l’emmena sans délicatesse vers la place publique, la place des exécutions. Puis attachée à un poteau à la vue de tous, elle fut nommée coupable de sa traitrise.

Elle n’eut pas droit à un procès, non l’armée avait été indigné, trainé dans la boue et finalement avait accueilli un traitre. Elle avait tenté de s’excuser, de leur expliquer, leur faire comprendre, mais les seuls mots, venant de la part de ses camarades, furent des insultes… Comment pouvait-on se conduire ainsi envers un ami ? Pourquoi ?

Elle eut pour seule réponse, des coups, plusieurs coups, dans les côtes, le ventre, le bassin, les bras, le visage et les jambes. Les coups fusaient de partout, ce qu’elle considérait comme ses amis n’avaient pas retenu leurs rages. Elle avait les os brisés, très certainement plusieurs blessures internes, elle n’y voyait presque plus… Et pourtant, cette femme n’a pas pleuré, elle n’a pas desserré la mâchoire sous les coups qu’ils lui ont donnés. Non elle n’allait pas leur faire ce plaisir. Puis elle succomba de ses blessures, quelques heures après et finit par mourir seule et sans un seul adieu avec pour derniers mots ‘’Meurt chienne‘’.

IV- Une seconde chance…Nouvelle vie ?


1690-1789 – France entière & Alentour de Paris.


Elle était morte, de la pire façon qu’il soit, laissant derrière une mère qui avait su refaire sa vie… Une mère qui en apprenant la mort de sa fille n’arrivait même pas à pleurer. Pourtant elle était belle et bien morte, jusqu’au moment où une Valkyrie, témoin de la mort injuste et courageuse de la jeune femme, prit la décision de transformer l’impétueuse en Einherjars.

Leda ne se souvient pas de la Valkyrie qui a fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui, elle ne se souvient que de deux choses, le son de sa voix, mélodieux et tendre, alors qu’elle lui expliquait son nouveau rôle, puis finalement… La blondeur de sa chevelure. Rien d’autre malheureusement. Pourtant le capitaine aimerait la revoir, ne serait-ce que pour remercier sa sauveuse…

Elle mit un temps à comprendre ce qu’elle était devenue, ses aptitudes, les changements opérés lors de sa transformation. Oui vraiment tout, elle n’y croyait d’abord pas, puis finalement la réalité lui a fait face et la jeune femme a pris pleinement conscience de sa seconde vie. Et finalement elle enfourcha une monture et partie à travers la France, de Paris à Marseille en passant par Lyon.

Elle se posait une à deux années dans les villes, menant une vie tranquille, tentait une nouvelle fois l’armée, sans pour autant rester bien longtemps, traumatisée... Puis elle repartait, s’arrêtant dans une nouvelle ville et ainsi de suite pendant prêt de cent ans. Oui cent longues années à arpenter l’hexagone, vivre dans différentes villes et aider les gens du mieux qu’elle pouvait.
Cependant, les séquelles restent et Leda, malgré sa bonne volonté, a eu énormément de mal à refaire confiance aux gens. Au début on ne pouvait pas la toucher, homme comme femme, elle n’acceptait aucun contact, puis il y a eu cette gamine, elle ne la connaissait ni d’Eve, ni d’Adam et pourtant cette jeune demoiselle a tout changé. Du haut de ses cinq années elle a donné à Leda la confiance nécessaire pour faire confiance aux gens. Tout du moins, les femmes et les enfants dans un premier temps, finalement sa confiance absente pour les hommes était resté la même… Pour combien de temps encore ? Puis l’aversion est devenue méfiance…

Cent vingt six ans, elle passa Cent vingt six ans en France, jusqu’au moment où un jeune enfant lui remit une missive. Elle s’était finalement posé dans un petit village accueillant, pas très loin de sa campagne natale. Le temps passant sa mère était morte en ayant eu d’autres enfants. Ses enfants avaient eu des enfants et eux même allaient devenir parents, pourtant, aucun n’avait l’air de connaitre la demoiselle, non personne ne connaissait Leda Alissandre. Comme si sa mère l’avait effacé de sa mémoire… C’est peut-être une bonne chose finalement.

Elle avait ouvert la lettre cachetée, caressant l’espoir que ce ne soit pas une mauvaise nouvelle… Apparemment non. Une invitation. Le début d’une nouvelle vie, alors que dans cette année 1789 la révolution faisait hurler la France. Les guerres allaient se succéder et le règne de Louis XVI allait prendre fin, dans un bain de sang et la tête sur un poteau, finit la monarchie absolue, au revoir les rois et bonjour le nouveau monde…Ou pas.

On coupait la tête du roi et Leda Alissandre prenait le large pour cette île où on l’invitait, dans un magnifique trois mats que l’on nommé destinée. Nom choisi express ? Elle ne serait pas le dire, ce qu’elle sait, c’est qu’elle ignore finalement où cela la mène… Un nouveau départ ? Elle est âgée de cent vingt-six ans, presque cent ans qu’elle est morte et pourtant la Einherjars ne sait jamais sentie aussi vivante et elle ne remerciera jamais assez la Valkyrie qui l’a sauvé.

V - Hiromae


1789 – 1863 - Hiromae


Elle fut bien accueillie, passa plusieurs heures à l’accueil de l’île pour avoir des papiers et finalement sa nouvelle vie débutait. Loin de la France et de son caractère trop fermé, loin de l’agitation de la révolution et des guerres, oui loin, bien loin de tout cela. Ici personne ne la regardait comme une femme dans un monde d’hommes, bien que les Einherjars soient rare… Encore plus de sexe féminin, elle ne s’est pas laissée abattre. Très attaché à la parité entre homme et femme.

Elle s’installa d’abord correctement, prit son temps pour prendre ses marques sur l’île et la ville. Découvrir les recoins de celle-ci et finalement profiter de la paix apparente de l’île, loin des guerres de la France, loin de dictature mise en place et finalement loin de l’armée même si tout ceci lui manque. Croiser le fer et les points, a cheval ou à pied, tout ceci lui manque plus qu’elle ne peut l’imaginer, elle a donc cherché une idée, un procédé pour pallier à tout ceci, sans pour autant entrer au service de la couronne contre qui elle a encore quelques réticences.

Puis l’idée est arrivée d’elle, comme feu son père avant-elle l’argentée eut dans l’idée  d’apprendre son savoir aux autres, aux femmes en particulier, pour que leur puissance soit égale à celle des hommes. Caressant ce rêve elle commença à apprendre à une jeune orpheline, demoiselle qu’elle considéra pendant longtemps comme sa petite sœur… Sa fille ?  Elle ne sait pas vraiment. Puis finalement le reste est venu de lui-même et l’Einherjar a fini par monter une école. Loin des hommes, dans le quartier de Sanenka. Une école pour apprendre, une école pour montrer qu’une femme peut être aussi bonne combattante qu’un homme, voire même meilleure qu’un homme. A côté elle intégra la réserve de la garde de l’île, son désir de protection toujours plus fort, puis rien n’est mieux pour prouver la parité, qu’une femme au milieu d’hommes… Même si cette dernière est seule…

VI – Et ELLE devint Capitaine de la garde…


1863 – 1986 – Hiromae & Palais Royal


Pendant des années elle a géré cette école et ses élèves, apprenant aux demoiselles que l’on peut être une femme et tout faire comme un homme, le plus important étant… De savoir tenir tête aux gens. Elle c’était totalement reconstruite, gardant une certaine froideur envers les hommes et pourtant il suffit… de savoir briser la glace…

L’école a prospéré et a grandi, un nouveau professeur est arrivé, une demoiselle du nom d’Angel, qui, plus que douée, a voulu aider Leda dans son entreprise. Celle-ci, non mécontente, d’avoir un peu d’aide, put finalement intégrer la garde de façon permanente. Elle jonglait entre l’un et l’autre, caressant le côté doux de son école et le côté fort de son poste de garde.

Servir au Palais-Royal lui plaisait beaucoup, bien qu’elle soit assez sceptique au début, la demoiselle a vite finit par comprendre que confiance est un mot qu’il ne faut jamais oublier, elle a appris à connaitre le roi, qu’elle a, finalement vu grandir, cette reine si spéciale et finalement à leurs faire confiance.

Puis il y eut ce jour, celui où Leda Alissandre, la garde est devenu le capitaine de la garde royale. Ce jour-là le roi est venu la convoquer et devant les nobles, devant chacun il l’a nommé Capitaine. Pourquoi ? Car elle le méritait d’après lui, en ayant entendu son histoire le roi n’avait pu réagir autrement et Leda serait LA personne parfaite pour protéger les souverains de l’île. Elle gère la protection et la garde de palais et assure la garde rapprochée de la couronne, aucun déplacement ne se fait sans elle et elle a, finalement, lié des liens très particuliers avec la famille royale…

VI I– Et maintenant?


1986 – 2011 – Hiromae & Palais Royal


Maintenant Leda à laisser son école à l’une de ses anciennes élèves et s’occupe pleinement de son rôle de capitaine. Elle fait plus confiance aux gens et ne craint plus que ce qui a pu lui arriver par le passé reviennent à la charge.
L’Einherjars  est sereine et souriante, droite et fière, froide quand on ne la connaît pas. Leda gère la garde avec rigidité et justesse, gardant un sourire chaleureux envers ceux qui sont finalement devenu ses nouveaux compagnons, bien qu’elle n’ira jamais leur faire un câlin… Ou autres petite marque d’affection que seul ceux ayant sa pleine confiance peuvent voir chez la demoiselle.  




POUVOIR(S)
RACE : Einherjars

DESCRIPTION DE(S) POUVOIR(S):

- Etincelle :  elle ne sait pas d'où lui est venu ce pouvoir, mais il lui est tout de même très utile et lui permet d'utiliser l'élément de la foudre.
- Voie de la foudre : Pratique pure et simple de la magie de la Foudre
- Forte Influence Vocale :  Pouvoir d'influence, il est bien simple, lorsque la demoiselle donne un ordre, et selon l'intonation de sa voix, celui-ci résonne comme un appel, quelque chose que l'on se sent obliger d'éxecuté. Cependant ça ne marche pas sur tous le monde...

STATISTIQUES :

TYPE : Foudre_ANO : Charme & souffrance
FORCE : 63 _ DEF : 55 _ MAG : 30 _ RES : 50 _ DEX : 48 _ VIT : 54
DMGP : 441 - 529 _ DMGM : 150 - 180_ DEFP : 440_ DEFM : 425 _ PV : 5400

OBJET(S) :
Un sabre Français : L'un des derniers vestiges de sa vie en France. Leda possède un sabre français vinament ciselé.







HORS RP
Petite Phrase Perso



    ❦ WHO ARE U ? : Tatsu <3❦ PRÉSENCE : 7/10❦ COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? COMMENT LE TROUVEZ VOUS ? :Par un partenariat avec Migoto no Shima, par Nolan Fletcher et finalement je connais la fondratrice <3❦ CODE :  All right, Nyaaaa ~

 



Dernière édition par Leda Alissandre le Jeu 17 Mai - 20:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Neko Sexy tendance Rouge

MessageSujet: Re: Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]   Dim 13 Mai - 14:05

Moral et Histoire OK pour moi ma Tatsu ~

_________________


I wanna play, nya ~

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Captain

MessageSujet: Re: Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]   Jeu 17 Mai - 16:59

Vana finit. j'ai fait cours pour l’explication de pouvoir, dite le moi si ce n'est pas bon je réexpliquerais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Neko Sexy tendance Rouge

MessageSujet: Re: Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]   Sam 19 Mai - 10:55

Désolée pour le temps d'attente U^U

Bon, fiche très sympathique, tu as bien saisi le perso, mais je ne me faisais pas de soucis pour ça x)

Te voilà donc VALIDAY ! Tu auras le droit de créer 15 techniques

Bon RP ma Tatsu ~

_________________


I wanna play, nya ~

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leda Alissandre - Le capitaine de la Garde Royale [terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Háma, Rohirrim, Second Conseiller et Huissier de Meduseld, Chef de la Garde Royale
» Tauriel, Capitaine de la garde et fille adoptif du roi Thranduil
» garde royal rohan
» Thorgrim Barundin [Général Nain, chef de la garde royale naine ]
» gondor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hiromae :: Nouveau Départ :: Fiches de Présentations :: Fiches Validées :: Habitants-