AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Le réconfort avant l'effort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Dim 8 Avr - 19:24

Le centre commercial était plutôt grand, même en marchant continuellement la sortie n'y était toujours pas. En fait, Akemi n'avait même pas prit le temps de demander à Noah si elle avait d'autre chose à faire ici... Sans doute trop pressée de sortir d'ici et retourner chez elle avec son amie.... En fait, dans son cœur, elle se sentait comme un enfant la vieille de Noah qui a hâte de recevoir ses cadeaux. Elle avait du mal à patienté, elle avait hâte simplement car ça la rendait heureuse. Du coup, faudra qu'elle pensé poser la question à son amie avant de sortir d'ici pour de bon. Qui sait, elle n'était peut-être pas venue ici seulement pour cette IPod. Enfin bon, Noah quant à elle sembla prendre sans gêne ni hésitation la paille qu'elle avait précédemment mise sa bouche dessus. Oui bien sûr, pour n'importe qui, ce geste pouvait sembler presque normal. Partager ce genre de chose n'effraye même pas certain garçon entre eux. Pourtant, si pour certain ce geste ne veux rien dire, pour Akemi c'est tout l'inverse. Elle ne partage jamais rien avec les autres, si sa ou leur bouche se sont précédemment posé sur l'objet. Ce n'était pas à proprement parler du dédain, car elle pouvait partager sa glace avec certain chien qu'elle aimait bien. Oui, d'un certain sens partage une glace que l'on lèche entièrement avec la langue, avec un chien.. Pouvant en dégouter plus d'un, mais au fond ça ne dérangeait pas Akemi. Seulement, pour elle, là où sa bouche se pose, elle ne permet personne d'en faire de même. Sauf si cela ne la gêne pas. Car pour elle, c'est comme si elle autorisait que l'on puisse partager son intimité. Chose qu'elle a refusé même à son propre père, dont elle ne partage absolument rien avec lui. Alors pour la jeune Shinigami, se geste était plus que significatif. C'était d'ouvertement déclarer aimer partager des contacts physiques intimes avec Noah. Même si ce genre de message, personne ne pouvait le comprendre mise à part elle-même. Après tout, Akemi est du genre plutôt timide quant à ses sentiments. Elle préfère le faire de façon indirect et pas très clairs. Car même si Noah ne comprenait pas, ça l'importait peu. L'important était qu'elle le fasse et que dans son cœur, cela compte comme une marque d'affection.

Mais bon, après Noah avait réellement soif. C'était l'important. Aussi elle n'avait pas demandé ce qu'elle voulait. Égocentrique comme à son habitude, elle avait choisi ce qu'elle aimait. Laissant Noah subir son choix. Enfin, l'égocentrisme n'est pas une chose que l'on soigne du jour au lendemain, sinon dire qu’elle n’arrivait pas vraiment à faire autrement en étant si heureuse dans son cœur. Elle en voulait plus et plus, cette sensation plaisant d'être accepté par quelqu'un était si jouissif qu'elle avait du mal à réfléchir plus loin que le bout de son nez. Alors qu'au fond, le bonheur de Noah lui importait plus que tout. Enfin elle semblait apprécier, alors elle était sauvée pour cette fois. Ensuite, une fois que Noah eut terminée, elle se lécha les lèvres d'une façon presque érotique. C'était d'ailleurs très inutile de se lécher les lèvres, vu qu'elle avait bu avec une paille. Le geste lui était entièrement destiné, sans doute pour la faire rougir ou juste pour éveiller certaine émotion en elle. Son amie réussit son coup, puisqu'elle rougie légèrement, en détournant le regard. Ajoutant timidement avec un air presque suppliant.

"Noah chan ... !"

Son amie la taquinait sur ses cordes sensibles et ça la gênait. Akemi regardait ailleurs et faisait comme si elle n'avait rien vu, même s'il était clair qu'elle l'avait vu faire. Sa langue avait même passé proche de la toucher, encore heureux que ce n'était pas le cas. Mais en fait, elle comprit l'instant d'après la raison du geste. Noah venu l'embrasser longuement sur le coin de ses lèvres. Figée complètement, son cœur arrêta de battre tout le long du baiser. Les yeux grands ouverts, complétement surprise du geste et prise sans défense. Une flèche de cupidon directement au cœur, ses mains se remirent à trembler de nouveau et ses jambes aussi. À dire franc, elle passa proche de s'écrouler au sol tant ses jambes semblait fragile à présent. Elle avait l'impression que c'était une nymphe qui l'avait embrassé tant le baiser venait de la dé-balancer émotionnellement. Même une fois le baiser rompu, elle garda encore la chaude sensation humide sur sa joue le coin de ses lèvres. Pour juste cause, Noah avait mise de la salive sur ses lèvres. Akemi avait à présent la joue humide et sentait clairement encore l'endroit ou Noah avait déposé ses lèvres. Malgré la proximité de leur visage, elle tourna son visage et ses yeux pour regarder Noah droit dans les yeux. Des yeux qui lui lançait du regard la question : Pourquoi ? Akemi avait bien senti que Noah avait fait de son mieux pour se rapprocher de ses lèvres, mais que seulement la position de leur tête lui avait bloqué la route vers un véritable baiser. Si elle avait pu, elle l'aurait fait. Donc même si ce n’était pas le cas, Akemi considérait ce contact comme un vrai baiser sur lèvre, celui que l'on donne à son amoureux. Continuant de la regarder, un regard plein de question... Mais surtout une seule question en particulier. 'M’aimes-tu?'. Bien sûr, c'était sur le sens amoureux et non affectif. Car en fait, Akemi pourrait nier le restant de ses jours les sentiments qui vivait au fond de son cœur, pour elle. Noah était une amie, sa meilleure amie. Elle ne voulait pas imaginer qu’elle puisse être un amour. Ce n'était pas saint d'aimer une autre fille.... Elle ne pouvait pas. Même si au fond, son cœur pensait tout l'inverse.

Puis Akemi réfléchit. Voulait-elle vraiment avoir la réponse? Si Noah l'aimait d'amour, que ferait-elle? Sans doute elle lui briserait le cœur. Aucun doute même. Akemi est stupide et à peur de l'amour. Elle va lui faire du mal, sans l'ombre d'un doute. Alors elle devait éviter la question. Faire semblait d'être stupide et ne pas avoir comprise le geste. D'éviter de démontrer ses sentiments et garder leur relation seulement en tant qu'amie. Au moins ainsi, elle ne pourra pas la blesser. Donc, après réflexion... La jeune fille en arriva à un plan.

"Aa...ahhh ! Tu voulais me remercier c'est cela? Pas de quoi Noah ! Les amies c'est là pour ça !"

Mentir devenait presque une habitude pour Akemi, après tout elle a menti toute sa vie sur ses propres sentiments. Pas étonnant qu'une fois de plus, elle le fasse même avec une personne aussi adorable que Noah. Mais même si ses paroles disaient comme si cela ne lui avait rien fait de particulier, son corps lui était plus difficile à convaincre que sa tête. Elle tremblait et n'arrivait pas à stopper ses tremblements, même avec beaucoup de volonté. Son cœur battait de façon irrégulière et son sang semblait frétiller dans tout son corps comme du soda pétillant. Sans parler qu'elle n'arrivait plus à s'enlever de sa tête la sensation du baiser. Elle n'arrêtait pas d'y penser, au point ou s'en était indécent. Se questionnant sur le gout de la salive de Noah, sur la sensation que pouvait avoir une langue ou de celle de deux pairs de lèvres humide qui se rencontre. Pourtant, elle ne voulait pas penser à tout cela, mais n'arrivait pas à faire autrement. Cette salive sur sa joue lui rappelait continuellement ce contact, même une fois rompu depuis un moment. Elle releva donc son corps un instant, pour qu'elle pose ses doigts sur sa propre joue, à l'endroit ou Noah avait posé ses lèvres. Akemi touchait l'endroit humide de ses petits doigts, comme si c'était un trésor. Elle ne voulait être sûre de ne pas avoir rêvé, que la sensation qu'elle avait n'était pas irréel. Mais non, c'était bien le cas. D'ailleurs, elle ne prit même pas la peine d'enlever cette sensation. Elle pensait même éviter de s'essuyer la joue, attendre que la sensation disparaissent pour le faire. Mais comme ça ne semblait pas être le cas, elle n'allait sans doute jamais le faire. À présent, que devait-elle faire? Ses mains tremblaient, sa voix était enrouée et elle était redevenue rouge de gêne. Akemi aurait pensé qu'elle se serait habituée, après tout c'est leur deuxième baiser et non le premier. Mais aucune chance. Les baiser de Noah son comme de la douleur. Tu as beau avoir eu mal dans ta vie, même le 1000'ième coup fera toujours mal. Les baiser avec Noah étaient pareils, elle ne s'y habituera jamais, tout simplement. Au fond, ça la rendait heureuse comme tout et renforçait son amour inavoué pour elle.

"Tu .... Tu veux aller quelque part avant de partir d'ici ? ..."

Finalement, le fait que Noah soit handicapée étant sans doute une bonne chose. Aucun doute que si Noah pouvait parler, que leur relation ce serait vite dégradé. Aucun doute même qu’aucune des deux n'aurait fini heureuse de cette histoire. Il fallait bien quelqu'un comme Noah, silencieuse en tout temps, pour qu'enfin la coquille d'Akemi soit percée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Dim 8 Avr - 21:52

Une fois de plus, son amie semblait être gênée mais cela la rendait toujours aussi adorable, et ne lui donnait que plus envie de recommencer ce genre de chose. Akemi-san était donc en train de la regarder d'un air incrédule, et son regard était plus évocateur que tout : elle se posait des tas de questions, et elle recherchait visiblement des réponses dans la pupille unique de la belle en fauteuil roulant. Malheureusement, il fallait réellement la connaître pour savoir clairement ce que voulait dire son regard. Celui-ci était extrêmement brillant, la flamme qui c'était éteinte au moment où elle avait perdue tout ce qu'il lui restait été à nouveau en train de brûler d'une chaleur nouvelle, comme si elle Akemi-san avait ravivée ce brasier qui avait commencé à s'éteindre et faire que Noah dépérissait de jour en jour. Car oui, même si elle était tout le temps souriante, qu'elle n'avait jamais l'air de souffrir de sa condition, au final cela lui pesait énormément, à tel point qu'à un moment, elle n'avait plus qu'une seule idée en tête, à savoir se retrouver seule pour pouvoir disparaître tranquillement dans son coin. Mais tout comme son amie devait avoir ses petits secrets, c'était quelque chose qu'elle même aurait du mal à confier, et non pas uniquement car elle n'était plus dotée du don de parole.

Son regard cachait aussi autre chose, le désir. Sans parler de l'attirance qu'elle ressentait pour la jeune fille, car oui, elle était bel et bien attirée par elle, et ce même si elle ne s'en rendait pas encore bien compte, elle voulait réellement être plus proche d'elle. Peut-être que l'on pourrait parler d'empathie, qu'elle avait ressentit la solitude de son amie et qu'elle voulait maintenant lui faire comprendre qu'elle n'avait plus à marcher sur cette voie où il n'y avait que peine et souffrance. Les mots qu'elle lui avait dit plus tôt l'aidait probablement à vouloir se rapprocher d'elle, puisque maintenant, il y avait cette lueur d'espoir en elle, l'espoir de ne plus être seule, d'avoir toujours quelqu'un à ses côtés. C'était peut-être un peu rapide de dire qu'elle voulait faire sa vie avec elle, mais en tout cas, elle avait bien envie de passer énormément de temps avec son amie. Elle était donc vraiment contente de pouvoir passer un peu de temps chez elle, et ce serait aussi l'occasion de la connaître un peu mieux.

Néanmoins, elle pouvait encore ressentir un mensonge de sa part quand à sa dernière phrase, mais cela ne la dérangeait pas. Il était normal, pour ne pas dire courant, que les gens passent leur temps à mentir, cela était propre à l'être humain… Et puis, dans le fond ce n'était pas un mensonge très grave, bien au contraire, elle trouvait même cela attendrissant qu'elle essaie de cacher sa gêne de cette manière. L'on pouvait parler de déni de la réalité, mais Noah ne lui en voulait pas. Toutefois, elle devrait lui apprendre à arrêter de mentir, car cela ne se faisait pas entre amis. Et puis, Akemi-san pouvait tout lui confier, elle n'était pas du genre à dévoiler ce genre de secret, et non pas seulement car elle ne parlait pas. Son amie se redressait donc, et elle ne voyait alors plus ce qu'elle faisait, à tel point que cela la dérangeait un peu, mais elle devrait s'en accomoder. Et puis comme elle commençait vraiment à lui faire confiance, en partie avec ce qu'elle lui avait dit tout à l'heure, elle n'était plus inquiète de la voir partir sans prévenir.

Elle lui demandait ensuite ce qu'elle voulait faire maintenant, et Noah regarda donc la direction d'une boutique de vêtements. Elle attendit donc qu'elles s'y dirigent, puis une fois à l'intérieur, son regard se portait sur chaque rayon, comme si elle cherchait quelque chose de bien précis. Elles déambulèrent ainsi pendant quelques temps, jusqu'à ce son regard soit enfin attiré par ce qu'elle cherchait ! Akemi-san pouvait donc voir une nuisette noire à dentelles, et elle regarda donc son amie avec un large sourire. Si elle devait dormir chez elle, ce serait plus pratique qu'elle est sa propre tenue. Et puis, comme elle venait d'arriver sur cette île, elle n'avait pas encore eût le temps de faire quelques emplettes, et il lui manquait encore pas mal de choses. Elle observait donc la jeune fille aux cheveux écarlate avec un air malicieux, comme si elle voulait savoir ce qu'elle en pensait. Elle ne doutait pas que l'avis féminin de son amie parlerait, et au final peut-être qu'elle voudrait elle aussi prendre quelque chose temps qu'elle lui était.

Elles étaient donc là, dans cette boutique pour vêtements. Noah la regardait, attendant sa réaction avec un sourire sur le visage, l'air vraiment amusée. Nul doute que si elle avait encore ses cordes vocales, elle aurait même rigolée de la situation, mais à l'heure actuelle il n'y avait aucun son qui sortait d'entre ses lèvres, bien que cela ne l'empêchait toutefois pas d'avoir un certain charme.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Lun 9 Avr - 6:27

Plus elle passait du temps avec sa nouvelle amie, plus arrivait à comprendre sa personnalité. C'était logique d'un sens, mais arriver à la comprendre alors qu'aucun mot ou aucun geste ne peut être fait est plutôt remarquable. Le type de personnalité qu'elle pouvait avoir, outre celle d'une victime. La vraie personne, l'âme derrière ce corps inflexible. Le brin de femme qui ne demandait qu'à être découvert. Une personne logique, gentille, aimante et qui visiblement, aimait taquiner les autres. Tout ce dont une fille digne de ce nom avait. Sans pour aussi dire, la perfection de la personnalité. Du moins, selon Akemi. Elle respectait les caractéristiques qu'elle attribuait à ceux dont elle admirait leur personnalité. Sans doute était-ce pour cela qu'elle la trouvait si belle. De voir une si belle personnalité, cacher comme une perle au fond de la mer. En fait, elle avait l'impression d'être tombé sur une épée légendaire couverte de rouille. Semblant au premier regard plutôt une nuisance plutôt que d'une réel utilité. Alors qu'au fond, à gratté un peu sous cette couche superficielle, l'on y découvre bien vite que même certain mythe on leur part de vrai. Certain trésor se trouve sous notre nez et personne ne s'en rend même compte. Akemi pouvait s'estimer chanceuse finalement de l'avoir trouvé avant une autre personne, un trésor pareil, l'on en trouve pas tous les jours. En plus, Noah sera bien la seule personne à supporter les crises de la Shinigami, lorsqu'elle s'enrage pour un rien. Sans doute car elle ne pourra pas répliquer ni fuir. Mais bon, elle devait faire bonne impression et laisser son ancienne personnalité de coté en présence de Noah. Lui masquant cette personne malcommode que pouvait être Akemi, irritable et grincheuse. Certain garçon osait même dire qu'elle avait ses règles 24 heures sur 24, 365 jours par année, tant son caractère pouvait être merdique. Sans parler des stupidités qu'elle fait à journée longue, inversé le sel du sucre, tentez de tuer Hadrien devant des professeurs, oublier de se mettre du déodorant, se prendre une porte dans la tronche.... Ce n'était pas les occasions de ruiner sa réputation qui lui manquait. D'ailleurs, elle se demandait si elle en avait toujours une, ou si c'était seulement par crainte de finir les fesses dans le panier de basketball qui les dérangeaient. Ça qui arrive quand l'on joue la grosse brute, les gens ne vous aime pas et pensent que vous n'avez aucun sentiment. Alors qu'au fond, l'on ne souhaite que l'inverse et que cette brutalité est un peu la façon qu'Akemi à trouver pour éviter que l'on se moque d'elle.

Enfin qu'importe. Noah ignorait tout cela et s'était tant mieux. Elle la connaissait sous un autre jour et elle espérait que jamais sa vision d'elle ne change. D'ignorer ce que les autres lui disent d'elle, car au fond ils avaient tout faux, Noah en savait bien plus sur elle que tous les autres même réunis. Bref, bien que la réflexion fût longue, sa nouvelle amie aux yeux d'améthyste elle sembla confirmer sa dernière requête pour une nouvelle boutique. Pourquoi pas après tout, elle voulut aller dans une boutique de lingerie féminine. Étrange, mais bon si Noah manquait de vêtement, elle n'y voyait pas le mal. Au fond tout le monde a besoin de vêtement. Mais là où elle guida Akemi se séparait bien loin de la lingerie standard. L'on tombait dans la lingerie érotique sexy et féminine. Le genre de zone que même Akemi, elle-même une fille, n'avait jamais osé aller de sa propre personne. Aussi dire que, c'est plutôt gênant aller dans cette section, accompagner de son père. Et comme il est un vrai maniaque, il refuse qu'elle porte des trucs trop court, trop révélateur ou trop... Comme cela. Noah regardait une nuisette noire, transparente et incroyablement sexy. En fait, la nuisette n'était qu'à titre de décoration car elle ne couvrait en rien les endroits intimes, sinon que les couvrir d'un léger tissus transparent et noir. Malgré tout, elle trouvait la pièce plutôt jolie à regarder. Akemi n'avait jamais rien porté d'aussi féminin... Le truc le plus féminin qu'elle ait déjà porté fut un maillot de bain deux pièces. Ouais, chez elle... Ses pyjamas son de coton chaud, à l'image de personnage mignon comme bob l'éponge ou autre. N'importe qui, qui tombe dans les tiroirs des vêtements d'Akemi, pourrait croire qu'il s'agit de là, des vêtements pour une fille de 8ans. Bah quoi... Akemi aime ce genre de chose. Elle dort même avec sa peluche encore. Chose dont personne ne le sait, bien sûr. Ce petit côté enfantin de sa personnalité est un grand secret ça aussi. Elle se ferait facilement ridiculisée par n'importe qui, si l'on trouvait ce genre de détail sur elle. Faudra qu'elle masque toute les preuves une fois que Noah sera chez elle ! Enfin pour l'instant... Cette nuisette... L'on aurait pu croire que cela l'aurait gêné, mais en fait non. Les gouts de Noah n’étaient pas à discuter. Aussi dire qu'elle était trop bête pour associer le fait que cette nuisette était pour ce soir. Pensant bien sûr que Noah voulait s'offrir ce luxe, car c'était ce qu'elle avait prévu en venant dans le centre commercial. Même que, Akemi voulu s'en prendre une elle aussi... Juste pour voir si elle pouvait être sexy. Juste pour voir si elle était vraiment une femme, ou encore qu'une gamine de 16ans. Bien qu'elle y toucha et regarda une pièce, à l'inverse Noah, une nuisette blanche... Il y avait déjà le prix, hors de ses moyens. Mais aussi, que son père allait vraiment la punir sérieusement si elle rapportait ça chez elle. Il pourrait même dire que Noah à une mauvaise influence sur elle, et ça elle détestait. Puis elle s'en fiche être féminine ou non. Elle aime qui elle est, pas besoin de se casser la tête avec tout ça. Prenant donc la pièce en noir que Noah voulait, elle montra, pour confirmer si c'était bien celle qu'elle voulait.

"C'est ça que tu veux ?"

Un ton calme, très contracté même. Mais Noah était une fille après tout. Si elle avait besoin de culotte ou de soutif, Akemi se serait fait un plaisir de resté sérieuse et respectable pour aider Noah correctement, sans arrière pensés. Elle était son amie après tout. Parler de soutif, de string, de truc de fille... Bah c'était un sujet comme un autre. Même si, dans le cas de Noah. L'on passe généralement vite des paroles à l'utilisation. Car même si Akemi était bien loin de pensé à cela, si Noah voulait porter cette nuisette se soir.... Quelqu'un allait bien devoir la dévêtir avant tout. C'était sans doute bien pire que seulement voir Noah avec cette nuisette. Bref, une fois choisi. Avec un grand sérieux presque militaire, Akemi retourna derrière Noah pour aller à la caisse. Son morale s'était un peu dégrader, quand elle avait à son tour, l'espace d'un moment, pensé faire comme Noah et en acheter une. Mais certaine chose ne convienne pas à tous. Puis elle serait sans doute inconfortable à porter une telle chose. Elle a déjà du mal à porter un maillot de bain à deux pièce, alors ça... C'était rêver et c'est bien ce qu'elle fit. Enfin qu'importe, Noah mérite que l'on expose combien elle est jolie et sexy. Car en fait, sans son handicape... Noah est vachement sexy. Akemi devait même s'avouer au fond d'elle d'être un peu jalouse. Les garçons qui se sont intéresser à elle, ne l'était que dû à sa poitrine plutôt généreuse. Depuis qu'elle compresse sa poitrine pour qu'elle semble plus petite, les garçons la drague quasi plus, c'est logique après tout. Qui voudrait bien d'elle. Quel garçon aimerait d'une femme capable de le battre au bras de fer ou dans les sports? Personne... Encore heureux que Noah ne semblait pas la juger de la même façon. Pas pour rien que c'était sa nouvelle meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Lun 9 Avr - 19:16

Visiblement, cela n'avait pas totalement eu l'effet escompté. Noah pensait que son amie serait un peu embarrassée mais il n'en était rien, elle était même parfaitement de marbre face à cette situation qui aurait pût se révélée gênante. Mais après tout, c'était des vêtements pour femme, et comme elles étaient entre elles, il n'y avait donc aucune raison pour qu'elle en soit gênée en fin de compte. Et puis, par la chaleur qu'il faisait, cela serait un peu plus agréable que de porter un pyjama classique. Du moins… c'est ainsi qu'elle aurait pensée si elle pouvait toujours ressentir ce genre de chose, mais ça, elle n'était pas sûre que la jeune fille y est pensée. C'était donc clairement pour avoir l'air un peu attirante qu'elle choisissait ce genre de vêtement, et… aussi car elle voulait s'assurer d'une chose au cours de la soirée. Son corps était meurtris, et même si elle aurait pût ressentir le besoin de vouloir le dissimuler sous le pyjama qu'elle aurait pût lui prêter, elle avait envie de voir sa réaction quand elle observerait son corps couvert de cicatrices. Se faire transpercer par des aiguilles larges et aiguisées laissait forcément des marques, et pas des moindres. Akemi-san en serait-elle dégoûtée ? Ressentirait-elle de la compassion pour elle ? Ou bien en serait-elle simplement indifférente ? En tout cas, il faudrait être idiot pour se rendre compte que cela n'était clairement pas naturel, et c'était donc pour cette raison aussi qu'elle voulait prendre cette tenue, pour savoir comment réagirait son amie en la voyant.

Toutefois, elle notait que la demoiselle semblait être intéressée par une pièce un peu similaire à celle qu'elle même avait choisi, mais de couleur ivoire. Noah en était vraiment heureuse, au moins elles iraient bien ensemble au cours de la nuit, et puis elle s'imaginait déjà la jeune fille avec ce genre de tenue, accablée par sa beauté et pourtant si craquante à être gênée de porter pareil vêtement. Cela lui donnerait d'autant plus envie de la taquiner, même si ce serait purement affectif tellement elle serait mignonne à rougir de son embarras. Mais rapidement, ce petit instant de bonheur sembla disparaître de son esprit en voyant qu'elle ne la prenait pas, mais qu'elle saisissait uniquement celle que Noah désirait. Peut-être qu'elle… n'aimait tout simplement pas ce genre de vêtement ? Ou bien peut-être qu'elle était trop gênée pour revêtir ce genre de chose ? Elle aurait bien aimée lui poser la question, mais ce n'était tout simplement pas possible dans son cas… Tant pis pour cette fois alors, elle ferait en sorte de lui acheter ceci quand elle serait avec quelqu'un d'autre, en guise de cadeau pour la remercier de cette journée, de sa compagnie, de tout ce qu'elle lui avait offert aujourd'hui et qu'elle lui offrirait par la suite. Ce ne serait donc sans doute pas grand chose, mais Noah voulait vraiment la remercier pour tout ça, pour cette petite lueur d'espoir qu'elle lui offrait, et qui continuerait maintenant de grandir de jour en jour. Aussi, pour le moment, elle se contentait donc de pencher légèrement la tête sur la droite et de lui offrir un doux sourire afin d'acquieser à ce qu'elle venait de lui demander.

Il n'y avait maintenant plus qu'à aller payer, et c'est la direction qu'elles prirent, même si maintenant la belle condamnée au silence avait l'impression que l'ambiance c'était un peu dégradée. Elle avait de coutume l'habitude de remarquer ce genre de chose, quoi de plus normal lorsque l'on apparait constamment comme joyeux. Les gens rendent généralement le sourire par politesse, et mine de rien, cela participait grandement à ce que l'ambiance ne s'assombrisse pas. Mais là, Akemi-san ne disait plus rien, peut-être tout simplement parce qu'elle était calme, mais dans le fond elle savait très bien qu'elle devait être en train de réfléchir à quelque chose, et elle voulait donc lui rendre sa bonne humeur, mais comment… ? Pour l'instant, une fois à la caisse, elle regarda de nouveau son sac afin que son amie puisse payer, car elle n'avait sans doute pas les moyens de s'offrir ce genre de chose vue qu'elle avait mentit au sujet de l'argent un peu plus tôt, et aussi car ce n'était de toute façon pas à elle de lui payer ce genre de chose.

Une fois en dehors de la boutique, Noah réfléchissait toujours à la manière de rendre son sourire à son amie, aussi elle cogitait à une vitesse folle pour trouver un moyen. Elle pourrait alors attendre qu'Akemi-san s'arrêtes voir si elle voulait quelque chose d'autre temps qu'elles étaient dans le centre-commercial, mais si cela n'arrivait pas… Si elle continuait jusqu'à ce qu'elles arrivent chez elle ? Elle devait donc trouver quelque chose, mais comme elle ne pouvait pas voir son regard en la poussant ainsi, ce n'était même pas la peine de penser à ce qu'elle décrypte quoi que ce soit… Soudain lui vînt alors une idée : si Akemi-san appliquait toujours le principe de regarder dans une direction pour savoir où elle voulait aller, elle n'aurait qu'à faire en sorte de la faire tourner en rond jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'il y avait un problème. Mais afin de rendre la chose plus efficace, Noah commença à secouer la tête de gauche à droite, jusqu'à ce que son amie se rende compte qu'il y avait donc un problème en revienne devant elle. A partir de là, elle tapota doucement ses cuisses du bout des doigts, murmurant à répétition qu'elle voulait que son amie la prenne dans ses bras. Même si elle n'était pas douée pour lire sur les lèvres, il y aurait bien un moment où elle arriverait à comprendre, surtout qu'elle faisait l'effort de remuer ses lèvres lentement. Elle continuait donc ainsi jusqu'à ce qu'elle comprenne…

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Lun 9 Avr - 21:18

Pourquoi ruinait-elle l'ambiance ? C'était difficile de réprimer certaine pensé ou certaine émotion de son esprit. Souvent rapidement rattraper par nos vieilles blessures, qui ne nous lâchent jamais. D'aussi loin que puissent se souvenir Akemi, elle a toujours été incertaine quant à sa façon d'être ou sur qui elle était. Elle avait beau se sentir bien et acceptée avec Noah, dès qu'elle tombait légèrement émotive, elle déprimait bien souvent. Comme si elle se refusait le bonheur dès qu'elle l'avait sous la main, ne sachant jamais pourquoi elle se refuse de le saisir. Toujours à vivre avec des regrets par la suite, sans savoir pourquoi elle est tout simplement incapable de saisir les opportunités qui s’offrent à elle. Toujours terrifiée, toujours craintive. Trop faible pour estimer son propre bonheur, elle préfère voir le bonheur dans les yeux des autres. Se dévouer corps et âme pour quelqu'un d'autre lui était si facile, sauf pour elle-même. Se faire plaisir à soi-même, lui était simplement impossible. Un peu comme si elle se détestait tout au fond de soi, sans jamais arriver à surpasser se monstre. Voilà pourquoi elle avait une mine plutôt basse. Elle avait vu une occasion de se faire plaisir, de se rendre heureuse. Une fois de plus, elle s'y était refusée. Se trouvant des excuses pour se justifier, quand alors son propre bonheur devait passer avant le reste. Mais tout n'était pas perdu. Noah elle semblait plutôt heureuse, c'était l'important. De voir un radieux sourire sur le visage de son amie était ce qui remplissait réellement son cœur de bonheur. Mais une fois de plus, c'était comme si elle utilisait Noah. Car n'arrivant pas à se rendre heureuse d'elle-même, elle espère que Noah le fera pour elle. C'était le cas d'ailleurs, mais était-ce vraiment la marche à suivre? En finirait-elle dépendante de leur relation? Exigeant que Noah la rende heureuse... Et si elle n'y arrivait pas, devrait-elle en vouloir à Noah? Après tout, ce n'était pas à elle, même si elle était sa meilleure amie, de faire ce genre de chose. Elle devait réussir à trouver un peu de bonheur par elle-même, pour une fois.

Akemi ne voulut même pas rapporter le sujet de l'argent sur le tapis. Elle avait toujours aussi honte, lui ayant fait croire plus tôt qu'elle avait plein d'argent... Alors qu'au fond elle a à peine quoi acheter une boisson. À tout dire, si elle s'était vraiment pris cette nuisette pour elle. Noah aurait dû payer même pour elle. Elle devait arrêter de déprimer, elle n'avait pas d'argent pour s'offrir quoique ce soit, même si elle le voulait vraiment. Les choses gratuites étaient les seules choses dont elle pouvait espérer obtenir. Comme de l'affection de son amie ou encore se jolie sourire de dent blanche et parfaite. Elle paya donc une fois de plus avec l'argent de Noah, totalement dans la honte bien sûr, elle rêvait d'être véritablement riche, un peu comme se Hadrien... Elle aurait pu facilement rendre tant de gens heureux, Noah en particulier. Déjà une chaise avec laquelle elle pourra se déplacer d'elle-même était quelque chose qu'elle comptait bien acheter. Noah mérite son indépendance, dépendre des autres est parfois si dur à supporter, ça elle le savait très bien. Pas pour rien qu'Akemi joue si souvent son indépendante. Dépendre de quelqu'un la dégoute, elle est simplement trop fière pour se faire. Bref. une fois à l'extérieur. Noah semblait encore vouloir aller ailleurs. Tant mieux alors, faire les courses avec Noah n'était pas si déplaisant. Même si, faire des courses quand vous n'avez pas d'argent est dur sur l'estime de soi. Chaque fois, elle se sentait ridicule. Être pauvre voir même endetter était un statut social plutôt rare sur Hiromae, mais c'était bien le cas d'Akemi. Ayant une dette énorme à payer, elle n'avait pas un sous. L'argent qu'elle avait été généralement celle que lui donnait son père, par pitié pour elle. Ou encore celle de ses missions, mais comme elle avait plein de dette, toute cette argent disparaissait en fumer dès qu'elle en avait. Aucune chance, elle restera pauvre le restant de sa vie. Elle devait s'y faire à l'idée.

Au début, la jeune Shinigami se fichait bien de tourner en rond. Noah pouvait vouloir chercher spécifiquement un magasin, qu'elle ne trouvait pas. Mais bon, après un moment. Même Akemi se posait des questions. Noah devait avoir lue le nom de toutes les boutiques dans le coin, pourquoi elle ne lui faisait pas aller ailleurs ? Toujours à tourner en rond ici, ça n'avait pas de sens. D'ailleurs, ça commençait vite à tomber sur les nerfs d'Akemi. Ayant la mèche courte, son attitude déplaisante commençait à revenir, elle avait pourtant réussit à la tenir loin jusqu'ici, mais là, ça sorti tout seul.

"Non mais pourquoi tu me fais tourner en rond... raaaaaah !... "

Mécontente, elle lâcha la chaise pour revenir devant Noah, la regardant d'un air presque fâchée. Ne réalisant instantanément que Noah avait usé de cette méthode pour se faire comprendre et non pour l'énerver. C'est rien qu'une fois devant elle et son regard qu'elle comprit. Noah tapotait sa cuisse, comme elle l'avait fait plus tôt. Sans doute que ce signe voulait dire qu'elle voulait qu'Akemi se rapproche et lui donne un câlin. Seulement ça? Tout ce remue-ménage seulement pour un câlin? Elle aurait bien pu seulement attendre d'être à la maison? Bien qu'elle n'avait rien contre l'idée, mais plutôt 'Pourquoi maintenant'. Devant cette tendresse, elle ne put rester furieuse. Elle devait sans doute avoir comprise ses émotions. Qu'elle semblait moins heureuse qu'au début. Mais au fond, Noah n'avait rien à y voir, mais elle voulait quand même la réconfortée. C'était vraiment la plus gentille des amies qu'elle avait. Penser à elle, même dans ce genre de situation. C'était à la fois mignon et agréable. Heureusement que Noah était ce qu'elle était. Touchant à chaque fois, droit le cœur d'Akemi d'une flèche précise. Elle devait lui répondre, lui dire ce qu'elle pensait à l'intérieur. Même si au fond, elle n’en avait pas envie. Mais puisque Noah semblait pouvoir lire en elle, dire des mensonges semblait presque inutile.

"Tu veux savoir pourquoi je suis triste, c'est ça Noah?" Se penchant doucement, elle lui fit un simple petit câlin. Rien d'énorme, mais qui prouvait quand même toute son attention pour elle. Mais elle se sépara bien vite, c'était juste un câlin pour souligner son affection, sans trop en mettre non plus. "Je suis stupide et égocentrique, c'est tout. J'essayais de penser à moi quant au fond, aujourd'hui c'est une journée ou tu es la reine. Je veux et je vais faire en sorte que cette journée marque ta mémoire le restant de tes jours. Car tu mérites bien de telle chose, tu mérites d'avoir une journée rien que pour toi et de vivre chacun de tes rêves. Tu es si magnifique, belle et charmante. Ça devrait être illégal de laisser des personnes comme toi souffrir, seule, dans l'ombre d'eux même."

Bien qu'une fois de plus, elle tournait la conversation vers Noah et son bonheur à elle. Il y avait certaine parti ou elle ne parlait pas que de Noah, mais aussi d'elle-même. Mais en fait qu'importe. À vouloir réconforter Noah, elle s'était redonner le morale à son tour. Lui faisant un joli sourire, sincère bien sûr. Elle en avait presque oublié plus tôt, combien voir Noah heureuse lui faisait à elle-même du bien. Elle devait éloigner ses pensées égoïste, car de toute façon elle n'y arrivait pas et finissait malheureuse. Garder en tête que sa sublime amie, qui au fond lui apportait un bonheur encore plus grand. Puis même si Akemi voulu, l'espace d'un instant... Être égoïste et dire à Noah ce qui lui ferait vraiment plaisir. Elle ne pouvait pas. Noah aurait de la pitié pour elle et lui achèterait ce qu'elle allait lui dire. Akemi n'avait pas d'argent, elle se sentait vraiment mal et inconfortable de lui demander ce genre de chose. Ça jouait contre son honneur, elle refuserait sans doute même le cadeau. À moins qu'elle puisse payer Noah. Les histoires d'argent étaient difficiles et cela brisait beaucoup sa fierté. Akemi étant une personne très fière, elle préférait encore courir nue dans le centre commercial plutôt que demander à quelqu'un de l'argent. Alors qu'importe. Elle aura qu'à un jour revenir et se faire plaisir, un jour ou l'autre, quand elle aura de l'argent en trop. Pour l'instant, elle devait éviter de trop penser à ce genre de chose. Car sinon Noah allait pouvoir le sentir et elle allait lui faire tourner en rond encore et encore jusqu'à ce qu'elle cède. Mais là encore. Ça présageait une dispute car Akemi ne comptait pas revenir là-dessus. Elle n'accepterait pas que l'on lui fasse un cadeau hors de ses moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Mar 10 Avr - 8:44

Pendant quelques secondes, elles avaient donc tournées en rond, le temps que la jeune fille aux cheveux de feu se rendent compte que quelque chose clochait. Pendant l'espace d'une seconde, Noah c'était demandée comment elle aurait réagit si elle c'était endormie, ou si elle était tombée inconsciente. Est-ce qu'elle aurait aussi tournée sans cesse de la sorte, jusqu'à se rendre compte qu'il y avait un problème et que tout cela ne les menaient nul part ? Malheureusement, c'était une question à laquelle elle n'aurait pas la réponse, et d'une certaine manière, elle préférait éviter de devoir tenter l'expérience. Et puis, en l'état actuel des choses, elle n'était pas fatiguée, alors il y avait peu de chance que cela puisse arriver. Seulement voilà, Akemi-san semblait alors s'énerver, et pas besoin d'avoir un don pour se rendre compte qu'elle était agaçée.

Le ton qu'elle employait ne plaisait pas particulièrement à Noah. Qu'on lui parle ainsi, elle s'en fichait éperdument, non, ce qu'elle n'aimait pas c'était que car elle était la cause d'une telle manière de parler, et elle n'avait aucunement envie de voir son amie dans cet état. Une fois de plus, elle se maudissait elle et son destin pour ne plus pouvoir prononcer le moindre mot, et elle s'en voulait pour ça. C'était sans doute idiot, elle n'y pouvait rien, et personne n'irait jamais choisir un sort comme le sien, mais elle ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir de ne pas pouvoir dire quoi que ce soit, car c'était à cause de ça et seulement ça qu'actuellement, Akemi-san était sur les nerfs. Elle avait donc une petite moue intimidée alors que son amie revenait en face d'elle pour la réprimander de la faire ainsi tourner en bourrique. Mais au fur et à mesure, elle commençait un peu à regretter, se demandait si c'était vraiment une bonne idée d'avoir ainsi cherchée un moyen de lui rendre son sourire, car actuellement, elle ne ressentait rien d'autre que de la colère, colère qui était tournée vers elle… Certes, l'on ne pouvait pas non plus parler de haine ou de pulsion de violence, mais Noah n'aimait tout simplement pas ça. Le monde entier, autour d'elle, était rempli d'émotions négatives, constamment, même les gens autour d'eux à l'heure actuelle baignaient simplement dans ce torrent de violence émotive. Les gens avaient beau porter le masque de la neutralité sur leur visage, elle pouvait passer outre et savoir ce qu'il ressentait, c'était là la malédiction qu'elle avait reçue depuis sa plus tendre enfance, en naissant différente des autres… Peut-être qu'ici, tous étaient différents des Humains, mais au final, qu'est-ce que cela pouvait bien changer ? Cela ne les empêchaient pas de ressentir des choses, et au final, qu'il soit Humain ou non ne changeait pas grand chose, cela ne leur permettait pas de pousser outre leurs émotions. Noah baignait donc au beau milieu de ce flot d'informations, et quoi qu'on en dise, même si il n'y avait pas que des choses négatives, c'était toujours celle là qui nous influencait le plus. Lorsque l'on va bien, la moindre petite chose peux suffir pour nous faire changer, et ainsi aller mal, alors que ce n'est pas forcément vrai dans l'autre sens. Il faut un sentiment suffisant fort pour que l'on oublie la douleur, et donc au final elle ressentait tout simplement trop bien ce genre de chose, alors elle n'avait pas envie que son amie aille mal, et encore moins par sa faute. L'état d'esprit d'Akemi-san lui importait bien plus que celui des gens tout autour d'eux, et même si c'était égoïste, personne ne pourrait jamais lui en vouloir pour ça, car tous préféraient toujours privilégier un être cher qu'un inconnu.

Heureusement, ne pas pouvoir parler était également une aubaine pour Noah. Même si elle ne pouvait pas faire grand chose à cause de son corps, il ne lui restait tout de même bel et bien que les actes. Ainsi, l'attention qu'elle portait à Akemi-san était suffisante pour que toute sa fureur vole en éclat. Là était donc son pouvoir, mais non pas en tant qu'anomalie de la nature, mais plutôt en tant qu'individue. Les mots sont des choses fragiles, selon la manière dont on les prononce, la vitesse, l'intonation, le moment, ils n'ont jamais le même impact. En gardant le silence, elle ne pouvait qu'inviter la jeune fille à s'adoucir, car au moins elle ne pouvait pas faire l'erreur de parler d'une manière qui pourrait déplairer à son amie. Et il faut croire qu'Akemi-san commençait peu à peu à la comprendre, aussi c'était probablement pour ça qu'elle c'était donc calmée aussi vite qu'elle c'était enflammée.

Elle lui demandait alors si c'était car elle voulait savoir pour quelle raison elle était triste, au même moment où elle la prit dans ses bras. Mais ça, Noah le savait déjà. Elle arrivait déjà assez vite à la cerner, et elle comprenait que c'était car elle jouait une sorte de jeu qu'elle ressentait autant de peine. Le fait qu'elle soit gênée de la sorte à chaque fois qu'elle recevait un peu d'affection, qu'elle se prive ainsi d'autant de chose, qu'elle mente, c'était car elle voulait donner une image d'elle même bien particulière. Pourquoi elle avait donc le droit de voir une Akemi-san différente de celle que les autres observaient ? Ça, elle n'arrivait pas vraiment à le comprendre. Elle savait qu'elle en était la cause, mais elle n'arrivait pas encore à savoir ce qu'elle avait de si particulier pour ça, alors pour le moment elle se contentait de profiter de cette brêve étreinte ; délicate et chaude ; affective et apaisante ; douce et reposante… Et même si c'était bref, c'était suffisant, car au moins le message était passé. Elle la regardait donc de son seul œil, écoutant la suite de ce qu'elle avait à dire pour justifier son état d'esprit. Mais elle n'était pas totalement d'accord avec ce que voulait son amie, car si elle lui souhaitait de passer une journée mémorable, que celle-ci lui était consacrée, elle ne voyait pas pourquoi elle devrait être la seule à en profiter. De sa vie, jamais elle n'avait été suffisamment égoïste pour être la seule à profiter de quelque chose, aussi lorsque l'on venait à lui offrir une chose, elle faisait toujours en sorte de le partager. Alors cette journée, ce n'était pas la sienne, mais la leur. Et puis, dans le fond elle ne voulait pas d'une journée qui resterait gravée dans sa mémoire, elle n'avait pas besoin d'un tel souvenir. Non, ce qu'elle recherchait c'était une existence normale malgré son handicap et pouvoir vivre une journée banale en bonne compagnie, et ce pas seulement aujourd'hui, mais pour toujours… Mais au final, comme elle ne pouvait pas exprimer cela, elle se contenta donc de sourire légèrement, comme à son habitude, même si son regard montrait toutefois qu'elle était tout de même un peu gênée par cela.

C'est alors qu'elle pouvait ressentir autre chose émanant de son amie, un mélange de plusieurs émotions qui se battaient en elle. Elle y lisait du désir, quelque chose de profond qui était bien présent. Peut-être même était-il déjà là depuis très longtemps, mais qu'Akemi-san faisait simplement en sorte de l'enfouir dès qu'elle le pouvait, le dissimulant au beau milieu du tumulte qu'il y avait dans son cœur. Par déduction, Noah devinait qu'elle voulait toujours ce qu'elle avait observée à l'intérieur du magasin, sinon elle ne s'en serait jamais approchée. Et si c'était uniquement par curiosité, elle n'aurait pas fait que regarder ce vêtement là, mais aussi tout ceux qui se trouvaient dans le rayon. Donc, si elle s'en était approchée, c'était bel et bien car celui-ci en particulier avait dû attirer son regard et l'intéresser, et pourtant elle ne l'avait pas prise… Et ça, ce devait être à cause de l'autre émotion que la belle assise dans son fauteuil pouvait ressentir, à savoir la fierté. À nouveau, elle en déduisait que ce devait être à cause du mensonge qu'elle avait énoncée plus tôt au sujet de l'argent, mais ça pour Noah ce n'était clairement pas un problème. Certes, elle ne roulait pas non plus sur l'or, sinon sa vie serait bien plus agréable, mais elle avait tout de même un peu d'argent qu'elle gardait depuis un moment, et cela ne la dérangeait clairement pas de le dépenser pour une amie si elle voulait quelque chose qu'elle ne pouvait s'offrir. Mais non, Akemi-san avait sa fierté et elle ne pouvait accepter une telle chose. Pourquoi ? Car elle considérait ne pas être digne d'une telle attention ? Ça, ce n'était pas à elle d'en juger. Car elle ne voulait pas être prise en pitié ? Elle même était constament sujet à de la pitié, alors si pour une fois elle pouvait échanger un peu les rôles, elle ne s'en priverait pas ! Car ce n'était pas son argent ? Noah pouvait bien décider de quelle manière elle dépensait le sien. Et puis, n'étaient-elles pas amies, comme elle le lui avait si bien dit ? D'une manière ou d'une autre, elle se jurait de revenir ici sous peu et de faire cet achat, pour ensuite pouvoir lui offrir par la suite. Elle ne savait pas encore ni quand ni comment, mais elle était bien déterminée à mettre à bien ce projet.

Mais pour le moment, elles ne pouvaient pas rester au beau milieu de cette allée du centre-commercial, et puis le sujet était clos, si sujet il y avait eu dans la mesure où Noah ne pouvait rien dire. Elle continua donc de sourire, puisqu'au final ce n'était que partie remise. Toutefois, avant qu'elle ne retourne derrière elle pour avancer et aller chez la jeune fille, son regard se portait de nouveau sur la boisson, et elle en profitait tant qu'Akemi-san était devant elle et qu'elle pouvait lui demander, même si c'était uniquement via un simple coup d'œil prolongé de quelques secondes…

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Mer 11 Avr - 13:20

Ah ... L'amitié ... Une chose plus difficile encore qu'il n'y parait. Akemi n'était pas toute seule pour rien non plus, il faut avouer. Car au fond, elle a un jolie physique, une jolie réputation, aucune raison pour ne pas être aimée des autres. Sinon sa personnalité, tout simplement. Juste trop bête pour accepter être aimée ou accepter que l'on lui porte de l'affection. Pour des raisons qu'elle ignore en plus. Sans doute par peur d'être blessé, par peur d'avoir des regrets, par peur de ne pas être appréciée. Sous cette logique de crainte constante, elle préférait au final resté seule. Après tout, il n'arrive jamais rien à celui qui ne fait rien. Prendre le risque d'être malheureuse était pour elle, un risque mal calculé. Pour elle, l'amitié n'était qu'un risque qu'elle jouerait. Le risque d'être blessé et sans doute jamais s'en remettre. La peur d'avoir un jour à pleurer seule dans son coin, de tristesse et de chagrin. Pourtant, Noah n'était pas si différente. Elle restait humaine, avec des sentiments comme tout le monde. Il y avait toujours le risque, celui ou même une handicapée pourrait lui planter une hache dans le cœur, si elle le voulait. S'être ainsi ouverte à quelqu'un lui demandait beaucoup d'effort, même si pour une personne dites 'Normale' cela semblait si facile. Certain réussissait à y voir les moments de bonheur, alors qu'elle n'y voyait que les probables moments sombre. Elle vivrait sans doute dans cette crainte de voir son armure un jour percé, chose qui jusqu'ici n'était pas encore arrivé. Oui, elle devait se l'avouer, jusqu'ici elle avait fait un sans-faute. Personne ne l'avait blessé. Autant aussi dire qu'elle n'avait laissé aucune opportunité à personne de le faire. Mais son cœur est si grand, si tendre, si fragile... Sans cette armure qu'elle se faisait face aux autres, elle n'y aurait pas survécu. Être plus sensible à ses bonnes valeurs, mais aussi ses points faibles. Rare sont ceux capable de vraiment comprendre le sens du mot aimé. D'être capable de valorisé une relation avec quelqu'un à un point où l'on pourrait presque en croire à un mariage. À la vie à la mort, dans l'honneur et la fiabilité, pour le meilleur et pour le pire. Voilà ce qu'était le sens de l'amour pour elle. Hélas elle n'était pas dupe, ce genre de valeur n'est pas respecter de tous, surtout de nos jours. Rien n'est plus éternel, ni fiable même. Pourtant Akemi elle, ne blaguait pas là-dessus Elle retrouverait Noah jusque dans les abysses s'il le fallait, simplement car elle lui avait promis d'être là. Une promesse n'est pas seulement des mots, c'est une nouvelle façon de vivre. C'est aussi de mettre son honneur en jeu, face à elle mais aussi envers soi-même. Être capable de respecter ses propres paroles, quoi qu'il arrive. Pour ne pas avoir à un jour regretter de ne pas avoir été jusqu'au bout. De gardé à l'esprit, que qu'importe l'éventualité, même mauvaise de leur relation. Elle n'ait rien à se reprocher. D'être aussi dévouée pour les autres était en quelque sorte, sa sécurité. Celle pour éviter de trop en souffrir.

Mais en même temps, Akemi n'était pas un cadeau non plus. Son attitude semblait même avoir déplus à Noah, chose normal après tout... Son caractère était pourri. Elle avait de belle valeur, mais pour ce qui est de sa façon d'être. C'était dans sa nature d'être brutale et parfois même déplaisante. Sa pensé dépassait souvent sa parole, disant que trop souvent des conneries qui lui passe par la tête, sans trop qu'elle ne les pense non plus. Malgré bien toute ses tentatives pour masquer qui elle était, Akemi n'était ni plus ni moins qu'un grand livre ouvert. Elle tentait souvent de mentir, mais au final ses mensonges n’étaient jamais très fiables. Elle n'avait pas l'esprit assez malicieux pour compter de vrai bon mensonge. Les seuls qu'elle arrivait à faire, était des mensonges pour masquer la rude vérité. Et même encore, elle n'y arrivait pas toujours. La réalité la rattrapait souvent, cette histoire d'argent n'en était qu'une preuve. Mais en oubliant les mensonges, Akemi avait ça de bon. D'être naturelle, rien de superficielle. Ne se laissant pas influencée par les tendances, ni même par les habitudes collectives, ni non plus par le physique ou par les mauvaises réputations que pouvait avoir les autres. Elle était ce qu'elle était et jugeait par elle-même les autres. Et même encore, juger est un grand mot. Elle tente plutôt de catégorisé si une personne a un bon fond ou si elle est 'Mauvaise'. Le reste lui important peu. Tant qu'au final, le cœur prévaux. Oui car au final, il n'y a que ça qui importe, le cœur.

Bref, pour en revenir avec la situation. Noah semblait ... Enfin, l'émotion était plutôt complexe à décrire par un simple regard. Mais si Akemi devait y mettre un nom, elle aurait dit agacée. Elle semblait avoir quelque chose à dire, pas forcément en bien, mais se contentant de seulement lui sourire. Vu que ce n'était tout ce qu'elle pouvait faire de toute façon. En fait, il y avait ça de bon avec Noah. Quoiqu’à la fois c'était aussi une source de souffrance... Mais puisqu'elle ne pouvait s'exprimer, les chances de blesser Akemi était mince. Ou du moins, réduite par rapport aux autres. L'on pourrait presque dire que son amitié avec Noah était un geste égoïste et calculé. Mais en fait c'était drôlement méchant de réduire Noah qu'à de simple probabilité, même si, ce n'était pas vraiment le cas. Elle l'aimait pour qui elle était. Mais à la base même de l'ouverture d'Akemi, Noah était simplement un choix qui lui semblait sans trop de risque. Que voulez-vous, éviter d'être blessé est pour elle, une façon de vivre. Mais au final, elle rendait Noah heureuse par la même occasion. Personne n'était perdant de cette relation, ça s'était le point positif à retenir. D'ailleurs Noah sembla vite passer pardessus son agacement. Autant dire que ce n'était qu'uniquement car même si elle voulait s'exprimer, elle n'aurait pu. Akemi aurait bien pu lui poser la question et sans doute qu'à force de devinette, elle aurait sût ou était le mal. Mais restons francs, elle n'allait pas non plus tentez de savoir en quoi elle agaçait Noah. Par peur de ne pas aimer ce qu'elle pourrait y trouver. Pour tout dire, si Noah avait persisté dans cette humeur, Akemi aurait changé de sujet. Forçant Noah à faire de même, puisque de toute façon... Elle n'avait pas le choix. Enfin bon, ce n'était pas le cas de toute manière. Cette dernière voulu simplement boire à nouveau, du gobelet bientôt vide. À dire franc, Akemi avait soif elle aussi et avoir sût que Noah avait si soif... Elle en aurait pris deux. Mais bon. Elle avait déjà fait beaucoup de dépense aujourd'hui. Elle attendrait d'être chez elle pour boire à son aise. Elle n'en mourra pas toute façon. Et même si c'était le cas, elle aurait été heureuse de donné sa part à Noah.

Mais en fait, s'était aussi une occasion de se pardonner pour son attitude quelque instant plus tôt. Oui, Akemi avait une personnalité chiante, mais son cœur n'était jamais bien loin. Elle approcha donc la paille des lèvres de son amie, avec un grand sourire même. Heureuse de comprendre ce que voulait avoir son amie et de pouvoir lui offrir. Ce genre de chose la rendait elle-même heureuse, de pouvoir donner aux autres était d'un grand plaisir. Même si elle acceptait rarement l'inverse. Certaine personne reçoivent, sans jamais donner en retour et en vivre bien. Ce genre de personne avait une méthode de réflexion différente d'Akemi, qui elle se refusait de recevoir quelque chose, sans qu'il y ait un échange équivalent en retour. Offrez un cadeau à Akemi et elle vous en donnera un de même valeur en retour. Mais l'inverse ne s'applique pas. Elle peut donner aux autres, sans rien recevoir en retour et elle s'en fiche. Lorsqu'elle donne, son bonheur est sa monnaie d'échange. De voir un sourire sur le visage des gens, de voir leur yeux remplit de bonheur... Était seule récompense qui importait. Par pour rien qu'Akemi adorait les enfants, de voir leur réaction quand ils reçoivent un cadeau est tout simplement merveilleux. Sans pour aussi dire, la plus belle chose au monde. Mais le même principe s'applique aussi avec les gens plus adulte, même si elle ne s'attend pas forcément à des réactions expressives non plus. Quand l'on donne, l'on doit partir du principe que l'on ne recevra rien en retour. Sinon alors, ce n'est pas donner, mais plutôt un échange. Akemi donnait, mais acceptait avec grand plaisir les visages heureux ou les remerciements. D'ailleurs, pendant que sa nouvelle amie terminait de boire, par pure affection, elle alla poser sa main sur sa joue. Du côté de son œil manquant, regardant justement cette blessure qu'elle avait à l'œil. De son pouce, elle caressait justement en dessous du bandage, n'osant pas s'y approcher trop, de peur de lui faire mal. Mais comment faire autrement que se sentir mal à l'intérieur en voyant ce genre de blessure. Elle n'osait même pas imaginer ce que c'était sous le bandage, mais elle se doutait que ça n'avait rien d'aussi jolie que l'œil magnifique qui lui restait de l'autre côté. Se posant des questions simple, comment quelqu'un pouvait-il arriver à faire du mal à quelqu'un d'autre. Même en ignorant ses sentiments pour Noah, elle n'arrivait pas à concevoir de faire du mal à quelqu'un avec un si beau regard. Dans sa tête, elle pensait " Ce sont vraiment les humains les vraies monstres ". Car malgré bien les créatures sanguinaire et mortelle qui vivaient sur Hiromae, elle n'avait jamais vu de telle chose. Et pourtant, avec tous les vrais monstres de combat et de sang qui vivait ici, elle aurait dû. Mais la bêtise humaine restait toujours inégalée. À l'intérieur, elle se promit même un jour de rendre justice à Noah. Une promesse qu'elle se fit tout au fond de son âme, une promesse sombre certes, mais elle était déesse de la mort après tout. Son amie ne le savait pas bien sûr, mais cette amie qu'était Akemi était aussi une tueuse de nature. Vivant pour égalisé les forces dans ce monde, rendre justice à ceux qui le mérite et réaliser les pires meurtres pour ceux qui ne le mérite pas. Un jour, dans l'ombre, elle rendrait justice à ses blessures. Même si cela ne changerait rien à la situation, c'était simplement dans sa nature, d'être la déesse de la justice à travers ce monde malhonnête et sombre.

"Un jour, tu me laisseras voir ?"

Il n'y avait rien de plaisant à regarder les blessures de quelqu'un d'autre. Mais connaitre Noah, même pour ses pires moments l'intéressait. Mais surtout, elle voulait voir de ses propres yeux, toute la gravité des tortures qu'elle avait dû subir, ou du moins ce que son corps avait laissé derrière lui. Car sans doute que qu'importe ce qu'elle pourrait imaginer, la réalité sera sans aucun doute, toujours pire. Mais il est sans doute mieux qu'Akemi ne comprennent jamais, dieu sait combien cela pourrait éveiller en elle des sentiments de haine vraiment sombre. Mais après tout, l'amour n'est jamais bien loin de la haine. Son grand cœur était sujet à ce genre de haine profonde, de sentiment vengeur, attribué à celui de la justice. Cela n'en était que partie remise, car elle comptait bien découvrir la vérité sur son amie. De comprendre sa souffrance du mieux qu'elle le pouvait et donner un peu de justice pour cette fille qui en avait reçu aucune. Car bon, même si Akemi aurait voulu la soigner, la remettre sur pied et lui redonner une vie normale.... Elle n'y arriverait sans doute jamais. La venger était de son domaine, ayant été conçu spécifiquement pour ce genre de chose. C'était dans sa génétique, elle ne pouvait nier ses origines de grande faucheuse. Seulement tentez de justifier la mort des gens par leur crime. D'éliminer le mauvais de ce monde pour en garder que le bon. C'était son travail de déterminer qui devait vivre ou non. Qui devait être heureux ou malheureux. Qui pouvait souffrir ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Mer 11 Avr - 20:24

La jeune fille comprit assez rapidement que Noah avait soif, et dans un radieux sourire elle approcha la paille de ses lèvres afin qu'elle puisse se déshydrater. Doucement, elle tendit légèrement le cou et déposa ses lèvres autour du tube en plastique, aspirant lentement en se rendant compte qu'il n'y avait plus énormément. Elle pouvait alors sentir le goût sucré envahir son palet, reposant sur sa langue un long moment alors que le tout coulait lentement au fond de sa gorge. La fraicheur de la boisson était elle aussi agréable, comme si sa bouche entière hurlait bonheur à l'idée d'être un peu moins séche et si brûlante. Mais le plus plaisant, c'était probablement cette douceur qu'elle avait pût ressentir, le mélange crèmeux n'était probablement pas ce qu'il y avait de plus désaltérant, mais c'était tout de même agréable, aussi ce choix n'était-il au final pas si mauvais.

Deux choses venaient alors perturber la belle opprimée, ce qui faisait qu'elle arrêtait donc de boire. La première était tout simplement qu'Akemi-san ne lui avait pas dit qu'elle pouvait finir, aussi elle préférait donc lui en laisser de crainte de se faire réprimander par la suite car elle pourrait avoir un comportement égoïste. Et puis, après tout, c'était elle qui avait payée, donc il était logique que ce soit à elle de terminer cette boisson, même si il n'en restait vraiment plus énormément. La seconde était cette main posée sur sa joue, aussi délicate qu'une fleur, aussi douce que la soie et aussi chaude qu'un feu de cheminé. Elle aimait sentir cette main sur elle, et elle aurait voulue que ce contact se prolonge, encore et pour toujours, qu'elle puisse ressentir indéfiniment cette sensation qui avait le mérite de l'apaiser. Noah ne bougeait donc plus d'un pouce, son regard attendrit restant à observer celui de son amie comme si c'était là la plus belle chose qui soit. Étrangement, elle se sentait horriblement faible à l'observer de la sorte, comme si toutes ses forces étaient amoindries, comme si toutes ses défenses étaient abaissées. Elle avait même l'impression d'être dans un monde un peu à part, une dimension parallèle où elles étaient les seules à se trouver. Peut-être que le temps c'était même réellement arrêté pour elles, car la jeune fille en fauteuil n'entendait même plus les bruits autour d'elle, ou du moins, elle n'y prêtait même plus attention, tellement qu'elle avait donc l'impression qu'il n'y en avait pas. Et pour ce qui était des mouvements, il n'y avait que ceux des pupilles légèrement tremblantes d'Akemi-san. Elle profitait donc de cette pause temporelle, espérant que celle-ci durerait longuement car au moins, elle pouvait apprécier ce regard en face d'elle sans se soucier du temps qui passait.

Il était tellement similaire à celui qu'elle avait autrefois, à tel point que cela aurait pût en être effrayant. Elles avaient véritablement les même yeux, et pourtant ce n'était pas nécessairement chose courante, aussi cela était vraiment surprenant. Après, peut-être que l'on avait plus l'habitude de voir cela chez les abérations de la nature, mais pour elle qui avait cotoyée plus d'Humains que de monstres, c'était réellement quelque chose d'anormal. Noah était donc sous le charme de ce regard, ainsi que de cette délicate et douce main posée sur sa joue. Elle pouvait alors sentir son pouce l'effleurer lentement, et même se glisser un peu sous le tissu, comme si elle cherchait à lui accorder un peu de réconfort. Mais elle n'avait plus mal désormais, aussi il n'y avait donc pas de raison qu'elle se sente gênée pour ce genre de chose. C'est alors qu'elle pouvait ressentir de la souffrance de la part de son amie, comme si elle avait mal rien qu'à l'idée d'imaginer la douleur qui pouvait nous envahir au moment du choc. A cet instant, Noah avait bien crue qu'elle allait mourir tellement cette sensation était horrible, tellement sentir ce métal froid traverser son nerf optique était épouvantable. Elle avait même eût l'impression que la tige avait été plongée plus loin que son globe oculaire, râclant avec sadisme la cavité de son crâne, et le pire dans tout ça était sans doute qu'elle n'en était même pas morte… Rien que d'y repenser, de revoir cette pointe s'approcher lentement et la traverser, elle se sentait apeurée… Pourquoi elle ? Pourquoi était-elle née avec ce don ? Elle le détestait, elle aurait réellement souhaitée vivre une existence normale auprès de son amie, car elle savait pertinament qu'elle l'aurait acceptée même si elle n'était pas humaine… En revanche, l'inverse n'était pas forcément vrai, mais elle ce serait accrochée quoi qu'il arrive.

C'est alors qu'elle lui demandait si elle pourrait un jour voir cette blessure, et dans le cœur de Noah naissait l'interrogation. Pourquoi voulait-elle voir cette blessure ? C'était tout simplement immonde, il n'y avait pas de quoi s'en extasier… Et pourtant, elle voulait la lui montrer, afin de connaître sa réaction. En serait-elle dégoûtée ? C'était justement ça l'expérience qu'elle voulait tenter. Alors rapidement, elle profita du fait que le pouce d'Akemi-san était sous son bandeau pour abaisser la tête tout en la reculant, le tissu se retrouvant donc au niveau de son front, sous ses cheveux. Néanmoins, elle avait agit de manière impulsive, et maintenant que cette paupière crevée, percée et enflée était dévoilée, elle s'en sentait gênée. Si l'on pouvait dire que son œil gauche était magnifique, profond et envoûtant, l'on ne pouvait ressentir que dégoût du droit. Il était réellement horrble, totalement rouge, la paupière étant collée à l'œil à cause du sang séché et de l'asbence d'humidité. On pouvait encore voir le trou au travers de la peau, ainsi que le globe oculaire déformé en dessous de la paupière, comme si le dégénéré qui lui avait fait ça c'était amusé à faire de la bouillie avec cette partie de son corps…

Rapidement, elle détourna le regard, gênée par l'apparence de son propre corps… Comment pourrait-on dire qu'elle était belle maintenant ? C'était complétement faux… Si elle pouvait éventuellement l'être habillée, il n'en était rien lorsqu'elle serait dévêtue, et il était donc complétement stupide de dire qu'elle était belle si elle avait besoin d'artifice pour l'être. Heureusement, avoir les cheveux long lui permettait pour le moment de cacher un peu cette blessure qui la rendrait à jamais affreuse, mais cela n'empêchait toutefois pas une larme unique de couler le long de sa joue gauche… Elle était vraiment désolée de devoir infliger ce spectacle à Akemi-san, et elle comprendrait parfaitement qu'elle soit dégoûtée, ou même qu'elle est envie de vomir… Et si elle se demandait pourquoi elle lui avait montrée si tôt, sans préparation, elle aurait répondue que c'était tout simplement car il n'y avait pas de raison d'attendre plus longtemps pour dévoiler ce genre de chose. Car après tout, si elle avait l'air parfaitement humaine avant, maintenant il ne faisait plus aucun doute qu'elle était un monstre…

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Mer 11 Avr - 23:50

La jeune écolière était dans ses pensées, tendrement, sans trop de gêne... À caresser avec tout son amour et sa douceur cette joue chaude et invitante. Elle la caressait, de son si beau visage. C'était difficile à croire une fois de plus, qu'elle tenait le visage de quelqu'un de cette manière. La regardant avec affection, sans doute même de l'affection interdit. Celui d'une femme qui en regarde une autre, par amour. Elle avait beau nier tout ce qu'elle voulait, dès qu'elle croisait le regarde de Noah, elle n'avait plus envie de le quitter. Se fixer ainsi, simplement car elle se sent si bien dans son regard. Le plus beau de l'histoire était sans doute la réciprocité de la chose. Le regard de sa nouvelle amie était comme le sien et pas juste par sa couleur, mais aussi par les sentiments qui se cachait derrière. Pourtant, même si ce moment semblait parfait. Noah voulu instantanément réaliser sa demande. Chose qui avant tout la surprise, de voir que Noah le fit tout de suite, devant des gens d'ailleurs. Sur le coup, Akemi figea, arrêtant même de respiré un instant. Ce n'était pas tant la vision de la chose mais de voir combien Noah avait été brusque. Elle avait même utilisé son pouce pour le faire, la peur d'Akemi fut bien sûr centrée sur les blessures, qu'elle avait eues peur de toucher et lui faire du mal. Après tout, même si Noah n'avait pas mal à cet endroit, il n'y avait rien qui indiquait à la Shinigami si elle avait mal ou non. Enfin, jusqu'à maintenant il semblait que non, mais le geste avait été un peu inconscient. Mais voilà c'était fait. Elle pouvait voir cette œil torturé de ses propres yeux. Un œil qui ne laissait voir rien de jolie, ça même si elle voulait penser le contraire c'était impossible. Ça n'avait rien de glorieux, elle avait été clairement poignardé droit dans l'œil, C'était d'un sadisme épouvantable, même si un peu avant elle voulut se l'imaginer, là de le voir n'avait que fais une seule chose en elle... L'enrager. Oui à l'intérieur, son sang se mettait à bouillir rapidement. D'une rage de voir que quelqu'un dans ce monde puissent avoir fait ça à une jeune fille sans défense. Mais s'enrager ici et maintenant n'arrangerait rien. Si vraiment elle comptait rendre justice, elle devra avant tout planifier son coup, en utilisant toute sa tête pour une fois. Mais elle comptait vraiment le faire à présent, sa pensé deviendrait très bientôt des actes. Mais pas devant Noah, en fait elle ne comptait même pas lui en parler.

Mais pour l'instant, elle laissa toutes ces idées de côté. Car son amie était gênée, non pas d'une gêne comme l'avait fait Akemi plus tôt, mais être gênée par son corps. Par les défauts que composent qui nous sommes. À dire franc, même si ce n'était pas pour les bonnes raisons, elle était tout de même très mignonne avec son air timide. Malgré bien cette œil meurtrie, après tout, les médecins devait attendre que les blessures interne se soigne ou un truc dans le genre... La Shinigami ne connaissait rien en médecine, mais elle savait qu'il était possible d'avoir des opérations pour ce genre de chose. Restructuré l'œil et en mettre un qui serait faux. Elle ne retrouverait pas la vue, mais elle pourrait éventuellement avoir un joli visage de nouveau. C'était peut-être qu'une question de temps, ce qui laissait à penser même... Que ça ne faisait pas si longtemps qu'elle était handicapée. Une année tout ou plus. Sans doute beaucoup moins, elle en savait rien. Le choque avait donc dû être encore plus difficile, de devoir changer sa vie entièrement du jour au lendemain. Mais pourtant, les blessures qu'elle avait ne la repoussaient pas. Bien sûr, elles ne les trouvaient pas jolie. Mais faut avouer que si Akemi aimait Noah à la base, c'était de base en sachant qu'elle était pleine de défaut physique. Ce genre de détail de beauté lui importait peu à dire franc. Elle ne jugeait pas la qualité de quelqu'un à son physique, mais plutôt à ce qui se cachait à l'intérieur. Même si, dans le cas de Noah. Même en oubliant le mental, elle la trouvait belle quand même.

"Tu as du souffrir beaucoup ... J'ai les mains qui tremble à essayer de m'imaginer ce qui a bien pu t'arriver..."

Et elle ne mentait pas, elle tremblait vraiment. Oui, Noah lui bouleversait beaucoup son petit cœur d'un tas d'émotion différente. Allant de l'amour, de la haine, de la colère, de la pitié, de l'empathie et même de la joie. Mais dans tous les cas, elle ne voulut même pas savoir ce qui lui était réellement arrivé et les détails. La blessure parlait d'elle-même et ce n'était rien de joyeux. Pourtant face à cela, une seule chose lui passa par la tête. Cette image utopiste qu'elle voyait depuis toujours en rêve.

"L'on dit aussi qu'il n'y a pas d’héroïsme sans cicatrice. Pour moi, t'es une sorte d'héroïne... Non mieux, mon héroïne. Tu es un modèle de courage, je tâcherais de me souvenir de toi dans mes moments les plus sombres. Car tu m'inspire, ta bravoure me fascine jusqu'au plus profond de moi."

Parole venu du cœur, car elle le pensait vraiment. Noah avait beau pensé ce qu'elle voulait, Akemi dans la même situation aurait voulu mourir quelque part. Le plus vite possible même. Pourtant Noah, réussissait à lui sourire et à être heureuse malgré tout. Elle pleurait certes, mais son cœur restait lumineux. Elle était une survivante, elle avait vaincu la mort et elle souriait à nouveau. Qu'importe celui qui avait voulu la tuer, ou lui faire du mal dans sa vie. Il avait finalement échoué. Car malgré tout ce que l'on a pu lui faire endurer, elle était là, droit devant elle. À vivre quelque chose de spécial avec une autre personne. À sourire, à se moquer d'Akemi, a pensé normalement comme une fille normale. Sa vie avait été modifiée, mais qu'est ce qui compte au final... Être heureux. La méthode importe peu, tant que l'on peut vivre un peu de bonheur avant de mourir. C'était là le principe à la vie. Dès que Noah démontrait un peu de bonheur, c'était symbole qu'elle avait vaincu se démon de son passer. Et ça en soi, c'était admirable. En fait, plus que jamais Akemi n'avait aussi sûre dans sa façon de penser. Elle savait maintenant quelque chose de certain, elle aimait Noah. La manière qu'elle l'aimait était spécial, n'osant pas dire que c'était du véritable amour ou bien de l'amitié. Mais chose sur, elle l'aimait. Les méthodes de l'interpréter étaient plus que nombreuse, voir trop complexe pour être comprise. Mais elle voulait lui montrer, être clair. Oui car là il n'y avait aucun doute, elle ne pouvait plus faire marche arrière. Elle s'était aventurée si loin, que revenir en arrière serait presque méchant. Alors elle descendit doucement sa main, Glissant sur la joue de Noah, allant se posé sous son menton. Dans le but de lui tourner la tête doucement. Pour qu'elle puisse la regarder face à face. Elle lui monta même un peu la tête, pour ensuite doucement approcher son visage d'elle. Oui, ses intentions étaient claires à présent. Elle allait l'embrasser, sans trop lui demander son avis. Mais même si Noah n'était pas d'accord, c'était trop tard. Elle le ferait quand même. Cela allait exprimer ses sentiments. Noah serait libre de faire ce qu'elle voulait après. Akemi avait tout simplement senti que maintenant était le bon moment. Le moment pour l'embrasser, quitte à le faire devant tout le monde. Déposant légèrement ses lèvres sur ceux humide, la jeune fille en ferma même les yeux, goutant avec passion et sans gêne les lèvres qui s’offraient à elle. Oui, tant qu'à se faire repousser après, ou tant qu'à savoir Noah pas d'accord. Elle voulait au moins profiter du baiser, en se laissant aller, l'embrassant un peu moins délicatement. Plutôt avec passion ardente, elle voulait savoir sa réaction.. elle l'avait reçu. Même si elle comptait réserver ce baiser pour un endroit plus priver, oui car elle comptait lui donner de toute façon... Au final, l'endroit où le moment n'avait plus trop d'importance. Si ce n'est que le gout sucré de Noah, qu'elle avait frémis depuis un bon moment à l'idée de les gouter, ses lèvres. Mais si vraiment elle écoutait ses pulsions, elle aurait pu continuer toute la journée. Mais un bon et long trente secondes fut bien suffisant pour avoir échanger leur salive. Puis une fois terminée, elle se redressant simplement, pour regarder à nouveau Noah. Akemi était vraiment heureuse, ça se lisait dans son regard. Elle avait l'impression qu'un poids sur son cœur avait disparu. Elle se permit même d'ajouter.

"Je te l'avais dit que tu allais embrasser des gens aujourd'hui ! Je t'avais prévenue.... hihihi"

Bien sûr, Akemi était complètement gêner et elle tremblait encore. Mais son sourire était plus fort qu'elle. Juste trop heureuse, elle avait envie de rire, sans aucun motif particulier. Ou alors courir et hurler comme une folle... Faire une folie quoi, courir loin d'ici avec Noah et faire quelque chose d'absolument pas prévu, ou juste de s'amuser bêtement. Quoiqu'il en soi, elle ne pouvait sans doute pas être de meilleure humeur. Même gagner un million ne pourrait surpasser son bonheur actuel. Elle était déjà au maximum, le sommet possible était atteint.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Jeu 12 Avr - 17:36

A dévoiler ainsi son œil droit, cela avait semble t-il fait naître la rage chez Akemi-san. En soit, elle pouvait le comprendre : nul doute que si cela n'était pas arrivé à elle mais à l'une de ses amies, elle aurait ressentit de la haine pour celui qui lui aurait fait ça. Mais heureusement, c'était tombé sur elle et non pas sur quelqu'un d'autre, et elle était donc suffisamment gentille pour ne pas en vouloir à l'homme qui lui avait fait ça. Il ne fallait pas nourrir le cycle de la vengeance, sinon on en arrivait à s'engager dans une longue lutte perpétuelle et sans fin… Il suffisait que l'on cherche à se venger soit même, ou bien qu'une personne pour qui l'on compte apprenne ce qui nous étais arrivé, et à ce moment là on ne voyait plus la fin de cette histoire… Noah avait donc été assez clémente pour mettre un terme à cela, alors que pourtant, plus que quiconque, elle aurait eu des raisons d'en vouloir à cet homme. Elle ne le connaissait pas, il n'était qu'un type comme un autre, et pourtant cela ne l'avait pas empêché de la mettre à mal. Et puis, c'était en partie sa faute si elle était dans cet état après tout. Cet homme avait simplement un problème, aussi on ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. Quand aux blessures qu'elle avait reçue, au début, son regard trahissait simplement son plus grand désir au moment où elle se faisait torturer, à savoir, mourir. Elle avait voulue mourir pour arrêter de trahir, et même si elle ne pouvait plus crier, ce fou avait lu cela dans ses yeux. C'était donc pour cette raison qu'il avait commencé par lui crever l'œil droit, car au moins on ne pourrait plus rien lire chez elle, et puis, il comptait bien la tuer en continuant ainsi. Mais avant qu'il ne puisse s'attaquer à son autre œil, elle avait voulue que tout cela s'arrête, elle ne voulait même plus mourir mais plus simplement arrêter de souffrir, et ça, il l'avait encore ressentit, raison pour laquelle il c'était contenté de la torturer ainsi. Et par chance, il avait ensuite dû prendre la fuite, car elle n'était pas sûre qu'il en serait resté là à dire vrai…

Alors tout ce que Noah voulait, c'était rester avec son amie. Elle ne voulait pas être vengée, cela pourrait impliquer qu'elle se mette en danger, d'une manière ou d'une autre, et ça elle ne pourrait pas l'accepter. Mais avec un peu de chance, c'était quelque chose qu'Akemi-san ressentait sur le coup, et peut-être se calmerait-elle par la suite. D'ailleurs, Noah espérait bien parvenir à la calmer, et ce même si elle ne savait pas encore comment elle allait si prendre. Mais elle n'avait vraiment pas besoin d'être vengée, cela ne lui rendrait pas son ancienne vie, et elle ne voulait pas infliger de peine à ceux pour qui ce massacreur comptait… Une vie était simplement une vie, aussi mauvaise soit-il, elle avait toujours son importance, et elle ne voyait donc aucune raison de l'ôter tant que n'était pas venue l'heure de cet homme. Et puis, si Akemi-san décidait de le tuer, Noah craignait un peu qu'elle ne devienne comme lui, car au final, elle ne serait pas si différente, elle tuerait simplement sans considération… Elle devait donc réussir à la convaincre de laissait tomber, mais plus tard, puisque dans tous les cas, elle l'interrogerait bien à un moment ou à un autre pour en savoir plus. Pour le moment, Akemi-san tremblait, et elle devait vraiment être horrifiée de ce qu'elle venait de voir, et elle le disait elle même, ou du moins c'est ainsi que Noah le traduisait. Un jour, elle espérait pouvoir lui dire ce qu'elle avait vraiment vécue, la souffrance qui l'avait parcourue, en somme, pouvoir partager cela avec elle. Pour le moment, son amie pouvait simplement s'imaginer tout ça, même si elle n'avait même pas encore vue toutes les cicatrices qu'il y avait sur son corps, mais la belle voulait réellement faire comprendre à son amie tout ce qu'elle avait ressentit. Elle n'avait aucun intérêt à garder cela pour elle, cette douleur continuerait simplement de la ronger jusqu'à ce qu'un jour, elle craque. Elle devait donc le partager quand elle le pourrait, et surtout quand elle se sentirait prête.

C'est alors que son amie lui disait qu'elle était courageuse et brave. Peut-être… C'est sûr que pouvoir accepter cette situation, il fallait une bonne dose de détermination, mais ne fallait-il pas plutôt parler de folie ? Des fois, Noah y réfléchissait, car peut-être avait-elle sombrée dans le désespoir sans même s'en rendre compte, et que c'était donc pour cette raison que tout cela était bien plus facile à accepter. Un être normal aurait probablement déjà perdu la raison, et il serait soit devenu complétement fou, soit il aurait fait en sorte de se laisser mourir, n'ayant plus goût à rien. C'est donc pour ça que Noah doutait un peu d'avoir sombrée, car il y avait toujours des choses qu'elle aimait et qu'elle voulait faire. Elle avait peut-être une vie difficile maintenant, mais elle souhaitait réellement continuer à vivre et faire en sorte que ses rêves aboutissent. En fait, elle voulait être architecte, et même si cela serait désormais plus compliqué pour elle, elle avait encore pas mal de temps pour trouver un moyen de concrétiser cette idée. Mais même si elle était brave, elle n'avait rien d'héroïque. Ce genre de personne qu'admirait Akemi-san, ce n'était pas elle. Quand son père adoptif était mort, elle n'avait même pas été capable de le protéger, alors même si elle était restée en vie, ça ne faisait pas d'elle une héroïne pour autant. Dans l'histoire, c'était plutôt son beau-père le héros, puisqu'il était mort pour elle, ayant fait en sorte de résister le plus longtemps possible à la torture pour ne pas qu'elle soit tuée à son tour, même si cela l'avait amenée à un bien triste destin… Et pourtant, ça aurait dû être à elle de le protéger, puisque c'était lui qui lui avait tout offert, un foyer, une nouvelle vie, et de l'amour… Même si elle n'était pas sa fille biologique, il c'était occupé d'elle comme telle, et elle aurait donc dûe tout faire pour le protéger, afin de lui prouver sa reconnaissance, quitte à mourir pour ça. Mais peut-être n'aurait-il pas accepté cela, pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait rien de plus triste en cette Terre que de voir sa progéniture périr sous ses yeux… En fin de compte, elle ne savait tout simplement pas quoi en penser.

Ce fût Akemi-san qui vînt la tirer de ses pensées obscures. Elle pouvait sentir sa main glisser le long de sa joue, redessiner sa mâchoire pour finalement saisir délicatement son menton et la forcer à lui faire face. Elle aurait pût chercher à résister, à maintenir la tête sur le côté, mais elle se laissa simplement faire, désireuse de savoir ce que son amie avait en tête. Elle aurait simplement aimée qu'elle lui remette le bandeau par-dessus l'œil droit, car maintenant qu'elle avait vue cette horreur, il n'y avait pas de raison de continuer à l'exposer plus longtemps. Une nouvelle fois, elle avait l'impression que le temps s'écoulait au ralenti, et qu'elle pouvait donc voir sa tendre amie s'approcher d'elle pour l'embrasser. La douceur de ses lèvres était vraiment incomparable, et de toute sa vie elle n'avait pas souvenir d'avoir un jour goûtée quelque chose d'aussi doux et agréable. Ce dessert était donc des plus plaisants, et si Akemi-san fermait les yeux, l'unique paupière de Noah restait ouverte. Elle voulait observer ce doux visage si proche du sien, voir à quel point elle était sereine et mignonne, au point même qu'elle ne voulait pas que cela cesse. Elle aurait pût continuer d'embrasser la jeune fille jusqu'à être à bout de souffle si il le fallait, mais elle ne voulait plus se séparer d'elle, elle voulait continuer de sentir cette douceur légèrement sucrée par le goût de la boisson, subtilement fraîche pour la même raison, et un peu humide car elle avait dûe inconsciemment passer sa langue sur ses lèvres, puisqu'au final elle même l'avait fait. Mais même si ce contact se prolongeait suffisamment longtemps, tout avait une fin, et Akemi-san décida finalement de reculer. Noah, en revanche, chercha désespérement à prolonger ce baisé, s'avançant le plus possible, même si au final ses lèvres se retrouvaient de nouveau en contact avec l'air environnant. Elle était simplement entière conquise par la jeune fille qu'elle avait en face d'elle, n'arrivant pas à réfreiner ce désir de vouloir sa présence…

C'était triste d'une certaine façon, puisqu'elle ne pourrait jamais lui offrir le moindre plaisir charnel. Et cela ne marchait pas que dans ce sens, mais aussi dans l'autre : Noah ne pouvait rien ressentir, sauf ses baisés, mais à force pourrait-elle seulement se contenter de ça ? Il était normal qu'au bout d'un moment, elle puisse ressentir un désir un peu plus important et veuille passer à la vitesse supérieur, mais elle ne serait jamais en mesure de la satisfaire… Pour elle, ce n'était pas grave, elle avait acceptée sa condition et donc tout ce qui allait avec, mais qu'en serait-il pour son amie ? C'était vraiment cruel en fin de compte : elles ressentaient toutes les deux quelque chose l'une pour l'autre mais ne serait jamais en mesure de l'exprimer pleinement. Mais à nouveau, elle était tirée de sa réflexion par une petite blague de son amie, et la voir rire ainsi était vraiment… plaisant. Elle ressentait alors encore plus le besoin de l'avoir près d'elle, mais comme elle ne pouvait rien exprimer autrement que par des gestes, elle regarda simplement son amie, tendant les lèvres à son attention pour qu'elle lui offre un autre baisé. Elle n'en avait pas eu assez avec le premier, et si elle avait sût que ça pouvait être si plaisant, elle ce serait essayée à ce genre de chose plus tôt. Mais d'un autre côté, elle était bien plus heureuse de découvrir cela avec Akemi-san.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Ven 13 Avr - 8:17

Délicate, douce et même ... Savoureuse ? C'était bête d'associer quelqu'un à un gout, et de trouver ce gout plutôt bon en fait. Faut dire, Akemi était elle aussi paralysée après tout. Son sens de l’odorat étant fichu, elle avait en revanche un sens du gout plutôt bon. Voir même supérieur à la normale, sans parler non plus de sa longue langue de serpent, elle arrive même à se lécher le bout du nez avec sa langue. Elle avait en somme plus d'une faculté buccale exceptionnelle. Ce qui en général se voyait principalement uniquement dans les baisers, du quel elle savourait l'humidité des lèvres qu'elle suçotait avec une passion certaine. D'un sens, un baiser avec un homme ou une fille n'avait rien de si différent. Les lèvres sont composé de la même façon, mais malgré cela... Elle n'arriva pas comprendre pourquoi elle éprouvait l'envie d'embrasser les lèvres d'une fille. Tout au fond de son cœur, elle le savait, elle n'était pas aux femmes. Depuis toujours, elle trouve les garçons mignons. Pour rester honnête pour une fois, elle était même curieuse de la sexualité masculine, car ça l'attirait. Mais chez les femmes, elle n'avait rien de tout cela. Aucune idée sexuelle ne traverse son esprit, en temps normal. Ni même l'envie d'embrasser une amie du même sexe. Elle savait déjà tout ça, là n'était pas le problème. Le problème était, pourquoi alors elle embrassait une fille et aimait ça ? Même en embrassant Noah avec toute sa passion de son cœur, elle aurait avoué sans mentir ne pas être attirée par les femmes. Et pour garder les choses au clair, elle ne prenait pas Noah pour un homme non plus. Elle était féminine, et c'était justement sa féminité qui l'attirait. Ne comprenant pas cette attirance, qui en fait... n'avait rien de sexuelle. Oui en fait quand elle y pensait.... Les endroits comme les jambes, les fesses, les seins même... Elle les avait à peine regarder. Non pas par dégout, seulement car ce n'était pas ce vers quoi elle était attirée. Mais elle savait une chose, le visage de Noah lui par contre l'était. Elle adorait ses yeux, son nez, sa bouche, ses joues, ses cheveux, son air timide, son sourire, la petite lueur qui brille dans son regard. Elle était tombée en amour avec qui elle était et ses émotions. C'était difficile à mette le doigt dessus, car elle se savait amoureuse, mais ne savait pas pourquoi. Ou encore, expliquer pourquoi le physique d'une fille illuminait pour la première fois son regard. Regardant le corps d'une femme d'une autre manière, une manière qu'elle avait honte à accepter.

Si elle acceptait maintenant à se dire qu'elle pouvait regarder les seins de son amie avec une attirance, se serait comme trahir toute les fois où elle en a regarder et auquel elle n'aurait rien éprouvée. Une seconde pensé traversait son esprit, se laissait-elle glisser lentement dans les désirs de Noah ? Amoureuse d'elle au point d’outrepasser ses préférences sexuelles? Jusqu'ici cela semblait la solution la plus logique. Elle aimait Noah et son cœur ne semblait pas connaitre de limite à l'amour. La notion de l'amitié semblait même à présent quelque chose de flou. Était-ce normal d'aimer d'amitié quelqu'un à ce point? Au point de l'embrasser, de vouloir même aller plus loin? Était-ce encore de l'amitié ou s'il y avait un autre nom? Ou alors n'avait-elle pas encore comprise le sens de l'amour? Au final, tentez de chercher ou à expliquer pourquoi elle embrassait Noah était sans doute un grand mystère du cœur. Vouloir le comprendre était bien plus difficile qu'il n'y paraissait. Mais chose sûre, tant qu'elle écoutait son cœur. Il n'y avait aucun risque de blessure, car parfois se servir de sa tête dans ce genre de situation n'apporterait rien de bon. Sinon qu'un tas de question sur son identité sexuelle qui prenait un grand coup. Surtout pour une fille de son âge, l'identité sexuelle peut souvent être vécue difficilement. Les épreuves ne faisaient que commencer de toute manière. Un jour ou l'autre elle devra posé les vraies questions, par rapport à elle-même et ce qu'elle veut vraiment. Ou si au fond, elle n'est pas juste en train de donner ce que Noah veux seulement par amour.

Bref, période du baiser normalement terminée, la Shinigami avait les hormones de l'amour qui vivifiait son corps de joyeux rayon de soleil, s'évacuant par son sourire et son air radieux. À dire franc, ce n'était pas grand-chose, un simple baiser. Mais elle était heureuse comme elle ne l'avait jamais été. Ce sentiment de bonheur était bon, vraiment trop même. Ça lui donnait envie de mettre sa vie sur pause pour garder ce sentiment de bonheur pour toujours. Elle ne voulait plus pensé à rien, sinon qu'à Noah et son si magnifique visage. Bien que tâché d'une vilaine cicatrice, elle l'avait même oublier. Akemi la regardait dans son ensemble et continuait toujours de pensé, consécutivement, qu'elle était belle. Même rigolote et mignonne, lorsqu'elle tendit bêtement ses lèvres, d'un symbole qui voulait dire 'Embrasse-moi encore'. À dire franc, il devait y avoir une sorte de démon intérieur qui devait la retenir car même pour elle, l'envie de lui sauter littéralement dessus, à l'embrasser sur le plancher s'il le fallait.. Lui démangeait jusqu'au plus profond de son être. Mais d'une retenue digne d'un dieu, après tout s'était ce qu'elle était... Elle gardait sa décence encore avec quelque doigts, lui glissant presque des mains, mais pas encore. Il n'y avait qu'un seul obstacle à sa fougue et ses envies... L'envies de garder son histoire avec Noah, intime. Non pas qu'elle avait honte, mais se désire d'intimité lui était important. De pouvoir l'embrasser sans que d'autre regarde, de pouvoir lui dire des mots sans que d'autre puissent les entendre. De l'intimité quoi. Oui depuis le début s'était ce qu'elle voulait. Se désire était plus fort que jamais à présent, elle doutait même pouvoir se retenir jusqu'à son retour chez elle. Ça devait être tout de suite et maintenant. Pas de temps à perdre, trouver un trou et y aller. Mais avant toute chose, la personne la plus importante... Elle devait éviter de lui briser le cœur. Car après tout, Noah ne pouvait pas lire dans ses pensées !

"Je sais je sais, t'en fais pas se n'est que le premier ! Je ne voulais pas arrêter non plus... Mais t'es d'accord si l'on continue dans un endroit... Disons... Plus intime?"

Son sang bouillait vraiment à présent, mélanger dans la hâte, l'excitation de un franc désir. Elle ne voulait pas attendre et encore moins après avoir vu que Noah non plus ne semblait pas vouloir arrêter non plus. À dire franc, c'était surtout à cause de Noah qu'elle était si excité à recommencer, de voir qu'elle avait aimé cela voulait dire hors de tout doute, qu'elle partageait les mêmes sentiments. Même si elle le savait déjà, mais là aucune chance de se tromper. Elle courut même d'un pas excité derrière Noah, pour la poussé presque brusquement vers l'avant. Marchant plutôt rapidement, elle balayait des yeux les endroits possibles. Pensant s'il pouvait exister un endroit intime dans chacune des boutiques. En fait, elle trouva mieux... Les toilettes. Mais pas n'importe quelle toilette, des toilettes pour personne handicapée. C'était une toilette plutôt grande, pour une seule personne et la porte pouvait se verrouiller. Qui plus est, Noah était vraiment handicapée. Leur présence était donc plus que justifier, même si de base, elle n'avait pas apporter Noah à l'intérieur pour ce propos. D'ailleurs... Elle espérait intérieurement qu’elle n’ait pas réellement besoin d'y aller. Mais qu'importe, elle ouvrit la porte, glissa Noah à l'intérieur et la ferma. Porte verrouiller bien sûr. C'était fait à présent. Elle avait son intimité avec Noah. Plus rien ne retenait ses sentiments, la bête n'était plus en cage. Mais sans brusquer non plus les choses, elle retourna doucement devant elle, s'assoyant sur Noah sans même lui demander son avis. Collant son dos sur elle, mais pas trop. Car le plus important était son visage, qu'elle pouvait regarder en tournant la tête. Elle était confortable sur Noah, très coller à elle d'ailleurs. Elle pourrait de cette façon l'embrasser sans avoir éventuellement mal dos à se pencher et se courbée. Elle espérait juste que son poids ne soit pas trop gênant, même si elle ne pouvait rien sentir. Jusqu'ici, elle n'avait pas démontrer aucune gêne. C'était naturel, elle s'était coller à elle et avait même prit les bras de Noah pour qu'elle l’enlace au niveau de sa taille. Oui se coller était facile, mais l'embrasser de nouveau l'était moins. Même si elle l'avait fait quelque seconde plus tôt. Elle la regarda même un instant, voyant qu'elle avait oublié de replacer son bandeau sur son œil, elle le fit. Ce n'était rien de compliquer et elle ne le faisait pas pour elle mais plutôt pour Noah. Elle devait sans doute préférée quand elle était au maximum de sa beauté, un sentiment qu'elle pouvait comprendre. Même si son corps cicatrisé ne la gênait pas plus que ça. Ensuite, elle ajouta.

"Tient voilà, belle comme un cœur. Onee-chan"

L’appellation 'grande sœur' était voulu bien sûr. N'ayant pas de sœur, elle ne voulait pas se titre à quelqu'un d'autre. Mais en fait, elle avait envie de l'appeler grande sœur, déjà car elle était plus vieille, mais aussi car elle l'aimait vraiment beaucoup. Dans son cœur, Noah avait autant de place qu'aurait pu prendre une grande sœur. Même si normalement c'est la grande sœur qui défend la plus petite, inversé les rôles ne changeait rien à ses sentiments. La chaleur de Noah était partout autour d'elle, lui touchant les bras avec ses mains et tout son corps avec le sien... Il ne manquait qu'à unir leur lèvre à nouveau pour compléter le tout. Mais cette fois, Akemi ne fit que s'approcher tout près, collant son nez avec le sien, mélangeant du même fait leur souffle... Elle était si près, que même sans y toucher, elle pouvait sentir la chaleur des lèvres de Noah sur les siennes. La regarder de haut était assez sexy, car oui elle avait les yeux ouvert cette fois, même d'aussi près elle arrivait à la regarder encore droit dans son regard. En fait s'était si près qu'elle n'y voyait plus grand chose. Mais elle savait qu'elle regardait droit dans les yeux de Noah. Pouvant presque laisser leur cil se toucher lors de léger battement. Elle attendait, tout simplement. Attendant que Noah l'embrasse et non que ce soit l'inverse. Pour Akemi s'était important, que ce soit elle qui lance la danse, comme elle le souhaitait. Elle lui avait seulement donné les outils pour le faire, mais c'était toujours et quand même à elle de faire le choix d'étendre doucement ses lèvres pour se mélanger au sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Ven 13 Avr - 21:53

Elle attendait patiemment de recevoir un autre baisé, mais celui-ci ne venait pas, et à la place Noah pouvait entendre la voix de son amie, ce qui lui faisait rouvrir son seul œil et revenir à une expression plus naturelle. Elle pouvait comprendre son point de vue : si elle n'avait aucune gêne à se dévoiler ainsi devant tout le monde, c'était probablement car elle ne connaissait personne et qu'on ne risquait sans doute pas de lui faire de remarque à ce sujet. Mais pour le cas d'Akemi-san, ce pouvait être tout autre. Après tout, elle ne savait pas depuis combien de temps elle vivait sur Hiromae, mais probablement depuis bien plus longtemps qu'elle, et peut-être qu'elle était même née sur cette île. Aussi, elle avait peut-être besoin d'un peu de temps avant de pouvoir se révéler aux yeux du monde comme étant en couple avec elle. Et puis, dans le fond elle pouvait comprendre qu'elle désirait un lieu un peu plus intime et romantique pour pouvoir s'adonner pleinement à ce genre de chose, ce dédale au beau milieu du centre-commercial n'était pas ce qu'il y avait des plus magnifiques, même si l'architecture était très intéressante !

Mais un détail lui venait alors à l'esprit : depuis quand était-elle intéressée par ce genre de chose ? Aussi loin que remonte ses souvenirs, elle n'avait jamais ressentit quoi que ce soit un jour pour quelqu'un, ou du moins, rien d'aussi fort. Alors pourquoi maintenant ? Qu'est-ce qui avait déclenché ce besoin de vouloir être avec une personne, de partager plus que de l'amitié au point même de désirer sa présence en permanence ? Même si c'était peut-être la fougue du début et de la première fois alors qu'elle venait juste de rencontrer Akemi-san mais elle avait déjà envie de bâtir de grandes choses entre elles. Dans le fond, elle avait un peu l'impression d'être comme dans l'un de ces films où il suffit d'un simple regard pour savoir que la personne que l'on a en face de nous est la bonne. Peut-être qu'en fait, cela pouvait réellement arriver dans la vie. Mais l'autre question était de savoir pourquoi elle était soudainement attirée par une personne du même sexe qu'elle. Comme elle ne c'était jamais intéressée à ce genre de chose, il aurait été logique que dans un premier temps, elle s'essaie aux hommes. Mais non, c'était Akemi-san qui avait ouvert la porte de son cœur, ce petit muscle rouge si fragile qu'elle avait prit délicatement entre ses doigts. Elle ressentait réellement quelque chose de fort pour elle, à tel point qu'elle avait encore du mal à identifier clairement ce qu'elle souhaitait. En tout cas, son amie était vraiment une belle jeune femme, réellement adorable et sans doute avec un cœur en or pour vouloir ainsi l'aider, et surtout l'accepter malgré sa condition. Elle était donc réellement heureuse d'avoir croisée une personne comme elle !

Finalement, elles se baladèrent un peu vite en cherchant un endroit où elles pourraient être tranquille. Il y en avait tellement, et elles auraient tout aussi bien pût sortir du centre pour chercher un parc où elles seraient tranquille. Mais ici, c'était tellement grand qu'il devait bien y avoir un ou deux endroits où il n'y aurait personne pour les déranger. Une salle de cinéma, un bain public peut-être, ou même encore une simple cabine d'essayage. En fin de compte, les idées ne manquaient pas, mais Akemi-san opta finalement pour des toilettes. C'était d'un romantisme ! Mais la manière dont elle cherchait un endroit tranquille, à tel point qu'elle avait choisit celui-ci, elle trouvait cela vraiment adorable ! Elle venait alors s'asseoir sur elle une fois à l'intérieur de la cabine, se retrouvant très proche de son visage, et finalement la tentation était vraiment, mais vraiment des plus rudes… Comment pouvait-elle résister à ses lèvres ? A ce petit contact chaud et doux auquel elle n'arrêtait pas de penser maintenant qu'elle y avait goûtée ? Elle se fichait bien du fait qu'Akemi-san soit une fille, au final cela n'avait réellement rien d'importance. La seule chose qui comptait, c'était les sentiments qu'elle ressentait à son égard : ils étaient forts et grandissants, et elle se sentait défaillir à chaque fois qu'elle observait ses lèvres ou même encore son regard. L'idée de s'approcher était donc des plus tentantes…

Mais pour le moment, son amie lui remettait son cache-œil, et Noah devait alors admettre ne plus vraiment y penser avant qu'elle ne le fasse. Toutes ses pensées étaient focalisées sur la magnifique jeune fille qu'elle avait sur les genoux, et qui attendait maintenant de recevoir un baisé… Sa grande sœur hein ? Était-il normal de ressentir autant de sentiment pour quelqu'un que l'on considérait comme sa sœur ? Après, comme elle n'était pas liée par le sang, ce n'était pas gênant, mais l'appelation pourrait en déranger plus d'un.

Noah en fit pour le moment abstraction, s'approchant simplement comme elle le pouvait, embrassant délicatement Akemi-san dans un premier temps, effleurant juste ses lèvres comme si elle était une chose fragile que l'on pourrait briser si l'on ne faisait pas preuve de délicatesse. Mais à mesure que le temps passait et que leur souffle se mélangeait, elle intensifia un peu ce baisé, pressant un peu plus ses lèvres contre le siennes en cherchant légèrement à ouvrir la bouche, comme si elle voulait rendre cela plus endiablé encore. Était-il normal de ressentir un tel désir ? Peut-être… Mais elle n'osait pas aller chercher la langue de son amie, c'était comme si elle n'était pas encore familiarisée avec ce genre de chose, et elle avait donc besoin de l'aide d'Akemi-san pour se laisser un peu plus aller. Après tout, avant, elle n'avait jamais embrassée personne…

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Ven 13 Avr - 23:39

Comme d'habitude, Akemi devait agir toujours comme elle le voulait. C'était elle qui avait choisi ce que Noah avait mangé, bue... Elle avait choisi leur destination et même ces toilettes étaient son propre choix. Elle avait pris des choix pour son amie, sans jamais trop lui demander son avis. Pour la raison unique et simple qu'elles ne peuvent communiquer correctement. À dire franc, Noah avait toute les raisons du monde de vouloir faire les choses à sa manières. De simplement pouvoir exprimer son avis, ses préférences, ses gouts. Au final, même quand Akemi voulait lui faire plaisir de tout son cœur, elle avait toujours le sentiment d'agir égoïstement. La forçant à vivre la vie selon elle, selon ses gouts à elle... Elle ne pouvait même pas trouver un terrain d'entente avec Noah, puisque le débat ne pouvait pas avoir lieu. Son amie handicapée devait sans doute pensé à des choses qui lui faisaient plaisir. Elle devait sans doute regarder Akemi en espérant qu'elle comprenne, et quand bien même tout son amour pour elle.. C'était difficile à supporter la simple idée de ne pas savoir ce qui lui ferait plaisir. D'être si près d'elle, pouvant l'embrasser même... Se coller à elle comme il devait en être interdit. Ne comprenant pas d'ailleurs pourquoi elle faisait ça avec une fille qui lui était presque encore étrangère. Oui, elle ne connaissait pas grand-chose d'elle et inversement, elle non plus ne la connaissait pas vraiment non plus. Elle ne connaissait même pas son affreux boulot et elle pensait même que Noah en serait effrayé de le savoir. Oui car même si tuer les vilains esprits, et ceux qui ne devrait pas vivre pouvait presque être juste. La base restait la même. Elle devait tuer une entité vivante. C'était son destin, elle n'y échapperait pas. Même si Noah n'était pas d'accord. Même qu'un jour, elle devrait éventuellement guidé Noah vers le paradis, lorsqu’elle sera trop vieille. C'était les lois de la vie et de la mort, une Shinigami guide les gens dans leur mort. Elle les transporte pour pas qu'ils aient peur de la lumière, ou les fera payer pour leur crime le restant de leur jour. Mais à chaque fois, c'était son épée qui était couverte de sang. Heureusement, elle n'avait pas pris la vie de personne à date. La tâche elle ne changeait tout de même pas, c'était son destin. Elle devrait très bientôt remplir ce rôle, celui qu'elle veut devenir. Car s'était son destin et elle l'avait accepté depuis longtemps. Elle en avait oublié tout le reste, école, amis, amour... Tout ça lui avait semblé jusqu'ici inutile à sa quête. Noah à elle seule, arrivait à tout changer.

Ses buts avaient-ils changé ? Est-ce qu'elle pourra vraiment vivre avec Noah pour toujours, ou si un jour elle devra défaire ses liens avec elle pour poursuivre son destin? Le lieu était mal choisi pour réfléchir à cela, surtout qu’elle ne voulait pas s'imaginer vivre sans Noah à présent. Sa vie, ses buts, son devoir, ses obligations familiale.... Tout cela... semblait pour la première fois de toute sa vie, être secondaire. Oui, il n'y avait que Noah qui comptait vraiment. C'était quelque chose qu'elle appréciait et aimait mille fois plus que son destin, seulement être avec elle et profiter du bonheur. Profiter de sa chaleur, de ses lèvres, de son regard, de son amour. C'était comme si elle goutait à quelque chose qui aurait dû lui être interdit, pour éviter qu'elle ne soit corrompu par des sentiments qu'elle ne devait pas avoir. L'amour, la compassion, le don de soi... Était des choses qu'elle aurait dû oublier, si vraiment elle aspirait à devenir Shinigami. Chaque instant où elle vivait son amour, elle trahissait sa propre nature. Bafouait son destin et sa famille de Shinigami. La vie humaine et le bonheur humain sont des choses qu'elle n'aurait dû jamais être capable de sentir... Du début à la fin, Akemi était une personne raté et stupide. Incapable même de respecter la nature même de sa race...

Elle se laissait bêtement guidé par son défaut de conception, son cœur. À suivre les délicats baisers de la belle sur laquelle elle était assise. Akemi avait fermé les yeux, se laissant simplement envoutée par la situation surréaliste, un peu comme si elle rêvait. Elle aurait pu parier sa main à couper qu'il était impossible qu'elle embrasse quelqu'un aujourd'hui... Encore moins une fille. Pourtant elle le faisait, dans ce moment magique et silencieux, ou seul l'écho du suçotement humide des lèvres se faisaient entendre. C'était complètement indécent et sensuelle comme bruit, pourtant elle le faisait quand même. Mélangeant salive, odeur, souffle même. Noah en ouvrir même légèrement la bouche. En fait, une fois de plus, elles communiquaient ensemble sans un mot, sans que personne d'autre sur terre n’ait pu comprendre. Elle voulait que bouche fusionne comme de vrai personne amoureuse. À savoir avec la langue. Akemi fit de même en ouvrant sa bouche, plongeant un peu plus loin, fusionnant encore plus leur contact buccale. Mais à dire franc, elle ne savait pas trop comment s'y prendre. Sa langue était timide, elle ne voulait sembler trop pressé, mais ne voulait pas montré qu'elle n'était pas intéressée non plus. La glissant lentement, léchant l'intérieur des lèvres de Noah avant tout, puis même les dents. Entant doucement entre les dents, pour retrouver sa nouvelle partenaire pas très loin. Une fois en contact, elle voulut la crasser, se frotter à elle, la faire sortir de son trou lointain. Car même si Noah volait garder sa langue dans sa bouche, celle d'Akemi était si longue qu'elle pouvait la rejoindre sans trop de mal. D'ailleurs, elle n'avait jamais autant aimé que aujourd'hui, sa longue langue de serpent. Espérant aussi que ça ne ferait pas trop peur à Noah, mais bon l'on a tous nos petit défauts physique. Le contact en lui-même fut long, même s'il ne semblait pas s'y passer beaucoup de temps, son infiltration avait sans doute dû prendre un bon cinq minutes. Les minutes semblait à présent des secondes, toujours pas bientôt sur le point d'enlever sa bouche loin de celle de Noah, elle continua et continuerait sérieusement durant plusieurs heures. Elle ne voulait que ça, l'embrasser, encore et encore... Comme si cette bouche était une véritable drogue dont elle était devenue complètement accro. Même que, elle ne pensait plus pouvoir s'y détacher. Que ferait-elle une fois qu'elle aurait rompu le baiser ? Y avait-il vraiment un seul mot, ou une seule phrase possible à dire après cela ? Y avait-il seulement une manière pour dire quoique ce soit après un contact aussi intime ? Oui car il n'y avait pas grand-chose de plus intime avec Noah, elle ne sentait pas le bas de son corps après tout, le contact le plus doux et intime qu'elle pourrait sentir était sans douce le baiser qu'elle lui offrait. Qu'elle pouvait savourer et apprécier de la même façon qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Sam 14 Avr - 13:15

Le contact de ce baisé avait réellement quelque chose d'envoutant, comme si maintenant qu'elles étaient en train de s'embrasser, elles ne pouvaient plus se séparer l'une de l'autre. C'était tellement étrange, elles venaient de se rencontrer et pourtant un lien si fort semblait les unir l'une à l'autre, tellement que cela aurait pût en être effrayant. Surtout que l'attirance qu'elle ressentait n'était pas seulement physique, mais aussi spirituelle. Noah avait l'impression qu'elle pourrait être plus proche de cette jeune fille plus que n'importe laquelle, que celle-ci serait la seule à pouvoir la comprendre aussi bien de la souffrance que dans la joie. Jusqu'à lors, elle n'avait jamais pensée qu'une personne puisse réellement trouver son âme sœur et encore moins chez une personne du même sexe mais maintenant, son jugement était entièrement revu. Comment ne pouvait-elle pas être liée à Akemi-san ? Elle était venue la voir alors qu'elle était seule devant cette fontaine, à laisser simplement le temps s'écoulait jusqu'à ce que quelque chose se passe. Et elle était la seule personne à être venue, les centaines d'autres personnes qui se trouvaient là n'ayant jamais daignés bouger le moindre petit doigt pour elle. Mais il ne faisait nul doute que si Noah avait eu le moyen de se déplacer, que si à cet instant son champ de vision avait été un peu plus large et qu'elle aurait donc pût remarquer la présence de son amie, elle serait elle aussi allée la voir. Peut-être que ça aurait été la curiosité, ou bien alors l'attirance, mais elle était maintenant persuadée que c'était le destin qui voulait qu'elles se rencontrent. Sinon, pourquoi ce seraient-elles retrouvées dans ce centre-commercial, toutes les deux livrées à elles même sans qu'il n'y est personne pour les contraindres à faire autre chose ? Elle en était persuadée, c'était un coup du sort, comme un signe qui lui faisait ainsi comprendre que même si sa vie était à la limite d'être misérable, il ne fallait pas pour autant qu'elle arrête d'espérer, qu'aussi sombre nous apparaît l'avenir, il n'est pas pour autant fait uniquement que de désespoir.

Son souffle mélangeait à celui d'Akemi-san, elle avait alors l'impression d'avoir un peu plus chaud, alors que pourtant la température n'avait pas pût monter d'un cran aussi subittement. Est-ce que c'était ça que l'on appelait l'excitation ? Son cœur battait plus vite, et elle pouvait sentir son sang circuler rapidement dans ses veines, comme si chaque pore de sa peau allait exploser. A son tour, elle fermait aussi les yeux, se laissant aller à ses pulsions les plus primitives qui soit, et qui pourtant étaient tellement plaisantes… Si elle avait pût sentir les muscles de son corps, nul doute qu'elle ce serait détendue à l'instant, comme si elle était en train de fondre. Mais pour le moment, elle cherchait simplement à se rapprocher un peu plus d'Akemi-san. Elle voulait qu'elle soit le plus proche d'elle possible, qu'elle puisse sentir sa chaleur contre la sienne, ainsi que la douceur de sa peau laiteuse. Cet instant de tendresse laissait alors place à un peu plus de passion, la demoiselle aux cheveux rouge laissant finalement sa langue glisser à l'intérieur de sa bouche, vue qu'elle même n'était pas encore capable de le faire. Elle pouvait la sentir pénétrer en elle, dessiner lentement chaque recoin pour finalement arriver jusqu'à sa langue à elle. Le contact humide de celle-ci était loin d'être déplaisant, bien qu'un peu étrange au premier abord. Leurs salives se mélangeaient, et même si l'abondance de celle-ci à l'intérieur de sa bouche aurait pût la déranger, elle souhaitait plutôt déguster un peu plus ce met des plus particuliers. Mais le plus bizarre restait sans doute de sentir ce muscle se déplacer contre le sien, comme si Akemi-san cherchait à enrouler sa langue autour de la sienne. La friction était réellement enivrante, et une fois encore, même si tout cela paraissait étrange, Noah avait l'impression de ne plus pouvoir s'en passer…

Alors finalement, comme si c'était là quelque chose de naturel pour elle, comme inscrit dans son code génétique, elle décida finalement de répliquer, cherchant elle aussi à jouer avec la langue de son amie. Dans un premier temps, elle se faisait hésitante, cherchant simplemet à lécher celle-ci qui essayait de faire de même, pour finalement se décider à la presser contre l'autre, répétant ainsi cette opération pendant plusieurs longues secondes… Mais il lui était de plus en plus difficile de respirer à rester ainsi. Cet échange était réellement plaisant, à tel point qu'elle n'avait jamais ressentit quoi que ce soit de plus agréable et de plus tendre, mais elle devait reculer un peu pour reprendre son souffle, car avec cette chaleur elle avait un peu de mal à respirer. Elle ouvrit à moitié son unique œil, observant encore quelques instants le magnifique visage d'Akemi-san, et même si cette simple vision pour ne pas dire chef d'œuvre suffisait à la pousser à continuer, elle devait toutefois rester raisonnable. Elle recula donc doucement, mais c'est alors qu'apparaissait le conflit entre son esprit et son corps. Ce dernier ne voulait pas rompre le contact, il désirait encore et toujours plus de plaisir à partager avec la jeune fille, alors que son esprit lui voulait arrêter, même une seconde, uniquement le temps de reprendre son souffle. Et pourtant, en son fort intérieur, elle était là aussi partagée, car elle n'avait jamais connue chose plus délicieuse, et qu'il serait tellement plus plaisant de prolonger ce baisé plutôt que de faire quelque chose d'aussi futile que respirer… Heureusement, elle avait assez de volonté pour se priver l'espace d'un instant, et même si sa langue resta encore quelques instants en contact avec celle d'Akemi-san, elle reculait doucement, un filet de salive continuant de les unir l'espace d'une seconde avant de finalement se rompre de lui même.

Dans un souffle chaud, Noah prit une très légère inspiration, mais elle ne pouvait rester raisonnable plus longtemps et décida finalement de revenir presser ses lèvres contre celles d'Akemi-san, en un geste bien plus doux cette fois-ci. Si elle avait pût goûter à la longue et délicieuse langue de son amie, cette fois-ci elle voulait simplement déguster avidement ses lèvres, savourer le plaisir d'un simple baisé qui en disait pourtant long sur ce qu'elle ressentait vraiment. Elle se laissa donc aller à fermer une nouvelle fois son œil, apaisant simplement son esprit grâce à la présence de la délicieuse jeune fille qui était contre elle. Tout le reste n'avait désormais plus d'importance… Dans son esprit, le fait qu'elle soit paralysée était maintenant devenu un simple détail, puisqu'Akemi-san parvenait à lui faire oublier la souffrance qu'elle avait si longuement ressentit. Elle se fichait pas mal de savoir qu'elle avait échangée son premier baisé avec une fille, elle était bien plus charmante que n'importe qui, et elle pourrait sans aucun doute lui procurer bien plus de chose que n'importe quel homme qui lui n'agirait que dans le seul but de plaisir charnel. Et jamais elle ne souhaiterait vivre avec ça avec quelqu'un d'autre qu'elle… Réellement, la seule chose qui importait vraiment maintenant, c'était Akemi-san, et rien d'autre.

Elle resserra alors légèrement son emprise autour de son amie, comme pour la rapprocher un peu plus d'elle malgré sa faible force. Ce n'était pas tant l'effet en lui même qui important, mais surtout le geste. Elle désirait l'avoir près d'elle, plus que quiconque, et elle essayait donc de faire comprendre ça à sa petite Akemi-san. Du bout des doigts, elle essayait même de glisser ses mains sous ses vêtements afin de pouvoir sentir le contact doux et délicat de sa peau. Elle désirait simplement un peu de tendresse, mais pas n'importe laquelle, celle que seule la jeune fille sur ses genoux pourrait lui procurer. Et finalement, elle rompit à nouveau le baisé pour l'observer dans toute sa splendeur. Elle voulait voir son joli minoi, ce petit air gêné, sa réaction après cet échange à la fois subtile et passionné. Noah elle même était dans tout ses états : son unique prunelle tremblait légèrement sous le coup de l'émotion, comme si à tout instant elle pouvait se mettre à pleurer de joie. Ses joues étaient teintées de rouge, à la fois le mélange de la gêne que de l'excitation. Et ses lèvres restaient légèrement entre-ouvertes, laissant s'échapper un souffle brûlant qui allait peut-être continuer d'attiser la flamme d'Akemi-san. Mais elle fît rapidement place à un sourire délicat et sincère, comme si de cette façon elle cherchait à remercier son amie pour ça. Pas uniquement le baisé, mais pour tout ce qu'elle lui offrait, pour toutes ces magnifiques paroles qu'elle lui avait offert au cours du peu de temps qu'elles avaient passées ensemble. Elle posa simplement son front brûlant contre celui de la jeune fille, leurs cheveux se mélangeant, créant une magnifique robe de feu et d'ébène.

A cet instant, Noah aurait réellement souhaitée être dans un endroit encore plus intime que celui-ci, sans qu'il n'y est réellement aucun risque que personne ne puisse les déranger. Elle voulait de nouveau entendre la voix d'Akemi-san, ainsi que ses gémissements pendant qu'elles échangeaient leur preuve d'amour. Elle souhaitait la voir comme personne ne l'avait jamais vue, totalement détendue, et dans un endroit qui n'appartiendrait qu'à elles. Alors que ses doigts cherchaient encore à caresser la peau de la demoiselle en dessous de ses vêtements, elle recula un peu la tête pour voir entièrement son visage, puis elle agita très lentement ses lèvres afin qu'elle puisse réussir à déchiffrer ce qu'elle voulait dire. Elle lui proposait d'aller dans sa chambre ou chez elle. Au final, que ce soit l'une ou l'autre option, cela ne changeait pas grand chose, Noah voulait simplement être le plus à l'aise possible avec elle. Elle était prête à répéter ses paroles silencieuses jusqu'à ce qu'Akemi-san comprenne, et elle eût un léger regard en direction de son sac au cas où elle accepterait d'aller chez elle, car dans ses affaires se trouver le numéro de sa chambre… Puis, comme pour souligner cette demande, elle offrit à nouveau baisé à la magnifique jeune fille aux cheveux de feu…

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Sam 14 Avr - 17:37

Jamais elle n'aurait cru que d'embrasser quelqu'un pouvait être si éprouvant. Le geste était si banal, si simple. Seulement la bouche qui se déplace ainsi que la langue. Pourtant, elle sentait que c'était éprouvant et forçant à la longue. Sans parler du souffle, respiré par les narines, alors qu'elle était collée à la peau de Noah... Ne suffisait pas vraiment. Le cœur, l'excitation, le désire, la passion... Tout ça demandait beaucoup d'oxygène. Mais à dire franc, elle pouvait s'en passer longuement. Avec tout le sport qu'elle faisait, elle avait un bon cardio et elle respirait très bien. Voir mieux que les gens normaux. Pouvant courir une course, en respirant seulement par le nez. Cette épreuve du baiser finalement, était comme un sport secret dont elle n'aurait jamais soupçonner. Leur contact était chaud, intime et très sensuelle même. C'était même romantique d'une certaine façon, car plus que jamais elle pouvait lire dans l'esprit de Noah. Oui, elle pouvait comprendre chacune de ses pensées... Qui n'était que focaliser sur leur langue et leur baiser. Pour une première fois, elle avait un échange d'égale à égale. Ou aucune des deux n'avait d'avantage sur l'autre. Toute deux muette, à se parler avec leur langue... D'une toute autre manière. Même si Noah semblait au final resté plus raisonnable qu'elle, en rompant le baiser. Mais ce n'était pas les raisons qui manquaient, fatigue des muscles de la bouche, manque de souffle... Elle savait que ce n'était pas qu'elle voulait, mais bien car elle n'en pouvait plus. À dire franc, Akemi hésita à l'assassiner en ne la laissant pas fuir. Elle, était encore partante. D'ailleurs ça pouvait clairement se lire sur son visage, se visage émotif et désireux qu'elle avait. Un visage sans défense, dépendante et amoureuse. Il suffisait d'un simple geste à présent pour que Noah détruisent le cœur d'Akemi. Jamais elle ne s'était sentie aussi vulnérable, comme si elle exposait ses plus grands points faibles sans gêne en faisant confiance à Noah pour prendre soins d'elle.

Même si le contact suivant ne se fit pas avec la langue, sa nouvelle 'amie' -Oui avec elle ne savait plus si elle devait dire petite amie ou amie- semblait à son tour exprimer cette envie de partager leur salive et leur contact des plus intimes avec la bouche. Akemi tant qu'à elle, se fichait un peu d'y mettre la langue ou non. Elle voulait suivre la danse avec elle. Pour une première fois, la laisser décider de leur action. Se soumettre à sa volonté, voilà ce qu'elle voulait. Même si s'était ce qu'elle croyait, tout changeait dès le moment où elle senti de petite main se glisser sous son chandail. Elle lui touchait la peau, sous sa veste de coton chaude. Elle avait le sentiment même que Noah aurait été plus loin si elle n'était pas handicapée. Cette main avait clairement des intentions qu'elle oserait dire... Sexuelle. Du moins, c'était ainsi qu'elle le perçu. Dès ce moment, elle senti un malaise. Ayant jusqu'ici été confortable de leur contact physique, elle touchait droit à la plus grande faiblesse de son âme. La réaction qu'elle eut fut défensive, elle ne voulait pas blesser Noah, ni même encore lui faire du mal dans ce qu'elle désirait. Mais sans toucher à Noah, laissant la main ou elle était, son corps s'était crisper. Inconfortable à se contact, presque terrifiée même. Elle dût même rompe le baiser avec sa partenaire pour lui souffler de petit mots chaud de sa bouche excitée.

"Arrête... Je... Ne suis pas prête pour ça......" Elle nota une grande pose "Désoler...."

C'était tout ou rien, mais elle espérait qu'elle pourrait comprendre. Elle ne se sentait pas prête pour ce genre de contact. Même si elle ne lutterait sans doute pas si Noah continuait, mais elle savait à présent que ça lui faisait vraiment peur. Akemi si forte, si robuste... Était encore qu'une fille sans défense contre ce genre d'approche. Elle était terrifiée même. Oui, c'était surtout la peur qui la dominait. Peur de partager le peu de chose qui lui était le plus intime au monde, à savoir son propre corps. Mais d'un autre côté, elle pouvait comprendre Noah. Elle ne faisait rien de mal en glissant sa main sous ses vêtements. Des gens normaux auraient réagi ainsi. Akemi était loin d'être normal, elle était coincée. Sa timidité envers la sexualité touchait des sommets presque rigollot. Elle pouvait accepter d'embrasser Noah pour la raison que cela n'avait rien de sexuelle mais plutôt que c'était romantique. Le reste, était trop pour elle encore. D'ailleurs... Ça sera sans doute toujours trop pour elle. Si elle s'écoutait vraiment, elle préférait ne jamais explorer ce domaine. Elle était bien dans son innocence, elle était bien dans son ignorance. Elle n'avait pas le gout de découvrir les choses dégoutante que pouvait désirer et faire son corps. Elle espérait ne pas blesser Noah à ce sujet.... Peut-être un jour, si c'était vraiment ce que Noah voulait. Mais elle doutait que cette envie vienne d'Akemi. Même dans 100ans, elle ne serait sans doute jamais prête. Ce n'était plus vraiment de la timidité, mais plutôt un blocage qu'elle avait. Une sorte d'auto-défense ultime envers son âme et son cœur. Sachant qu'une fois cette barrière traversé, c'était plus seulement une simple histoire d'amour... C'était une histoire à vie. Un peu comme un mariage, unis pour toujours. Voilà ce que signifiait ce genre de chose pour elle. Alors elle doutait beaucoup s'offrir un jour à quelqu'un. Même si... Pour Noah, s'était différent...

Ah... S'était compliqué... Au final elle se sentait comme la méchante de l'histoire. Pourquoi était-elle si coincée... Elle avait peur et elle n'arrivait pas à surmonté cela. S'était plus fort qu'elle, elle n'arrivait pas à passer à travers. Malgré bien son amour pour Noah et malgré bien son corps qui ne semblait pas vouloir s'y défendre. D’ailleurs pour la première fois de sa vie sans doute, elle avait eu des idées sexuelles. Ça lui faisait peur, car son corps semblait encore plus chaud à présent. C'était comme si son corps prenait plaisir à contredire ses paroles. Elle ne savait plus quoi faire, elle avait presque envie de pleurer même. Pleurer comme un bébé, simplement car elle n'arrive pas à contrôler sa propre personne. Elle qui prime par-dessus tout, la liberté de ses pensées et de son corps. Se sentir incapable de contrôler son corps la rendait nerveuse. La terrifiait même... Mais qu'importe. Noah lui avait souri à son tour car elle était heureuse. Elle lui avait même soufflé des mots en silence. Des mots qui semblaient vouloir dire qu'elle voulait aller chez elle. Chez Noah... Voilà une idée qui semblait excellente. C'était mieux que d'aller chez elle en tout cas. Surtout car pour une fois, elle irait selon les gouts de Noah. Elle pourrait sans doute la comprendre un peu mieux de cette façon. Connaitre sa couleur préférée, ce qu'elle aime manger, boire, faire... Et sans doute même dormir sous le même toit. Elle trouvait l'idée encore plus géniale que de seulement aller chez elle. Alors, à son tour Akemi fit un grand sourire.

"D'accord ! Chez toi alors !"

Maintenant qu'elle n'était plus gênée d'approcher son visage de celui de Noah. Elle lui bécota la joue en souriant. Frottant ensuite son visage avec le sien, elle termina le tout avec un baiser sur les lèvres. Un jolie 'Smack" typique des baisers plutôt court. Mais maintenant que sa passion avait été exaucée, elle était satisfaite et l'embrasser fougueusement avait été comblée. Elle pouvait attendre et laisser reposer leur bouche un peu. Mais le truc était... Que pour s'y rendre, elle devait se lever de sur Noah. Et ça elle n’en avait franchement pas envie. Le corps de Noah était si chaud et confortable, elle avait peur d'avoir froid si elle la quittait. Même si en fait elle devait avouer qu'il commençait à faire plutôt très chaud. Déjà avec l'été, mais avec l'excitation et les contacts... Elle commençait même à avoir un peu de sueur sur son corps. Pourtant, elle ne voulait pas la quitter. Elle se sentait si bien... Pour rester honnête même, elle pouvait percevoir un peu se contact comme celui d'un câlin charnel qu'offre une mère à sa fille. Car il faut dire, depuis qu'elle savait parler, Akemi avait cherché durant toute sa vie, l'affection de sa mère. C'était sans doute se gros vide d'une présence maternelle qui lui faisait tant apprécier être sur ses genoux et dans ses bras... Comme une petite gamine en fait. C'était bébé d'un sens, mais même si ce n'était pas sa mère, le sentiment plaisant lui était là. Elle se sentait aimée et serrer dans les bras de quelqu'un... C'était tout ce qui l'importait. Tournant alors la tête, Pour regarder droit devant elle, ou plutôt le sac au sol... Elle le prit en se penchant un peu, mais elle ne se leva pas. Restant sur Noah, offrant son cou sans défense face à des baisers si jamais il devait y en avoir. Elle chercha doucement dans le sac de Noah, pourquoi faire? Bien évidemment, elle ne pourrait pas deviner ou vivait Noah. Même si, elle pouvait lui conduire en regardant dans la bonne direction comme d'habitude. Mais à dire franc, même si la première fois qu'elle l'avait fait, elle évitait de regarder dans l'intimité de Noah, cette fois elle le faisait dans le but de fouiller dans son intimité. La connaitre, trouver ce qu'elle aime et ce qui l'importait. D'ailleurs elle se trouvait un peu mal polie de fouiller un peu partout. Mais elle n'y pouvait rien, ce désir de la connaitre était plus fort que tout. À un moment, elle trouva des clés. Sans doute que l'une d'elle devait ouvrir là où elle vivait. De plus, elle reconnaissait la forme de certaine des clés. C'était des clés de la pension du lycée d'Hiromae. Même sans connaitre le numéro de la chambre exactement, elle savait à présent plus ou moins ou se dirigée. Puis, alors qu'elle continuait de fouiller, ne regardant même pas Noah directement. Elle avoua doucement, dans un moment qui était sans doute inapproprié.

"Je crois que je t'aime."

Et comme si de rien n'était, elle continuait de remuer les choses dans le sac. À dire franc, elle ne savait même plus ce qu'elle faisait dans le sac. Sa main qui se baladait était devenue à présent une simple diversion. Mais elle avait dit quelque chose de très difficile, de très exigent.... Une fois après, elle leva finalement son corps. Faisant dos à Noah quelque instant, la raison était simple en fait, elle pleurait. Pas des larmes joies, ni des larmes de peines. Des larmes de stresse. La pression était forte en elle qu'elle en pleurait. Son cœur vivait trop de moment fort, mais en fait... Elle ne comptait pas masquer son visage de larme très longtemps. Car elle pivota, pour regarder Noah. Lui montré volontairement qu'elle pleurait. Oui à présent, elle se sentait capable de lui montrer même ses faiblesses. Elle pleurait oui, mais elle avait un sourire quand même.

"Tu es la première personne à qui je dis cela."

Ouais, elle ne le disait même pas à son père. Le mot 'je' et 't'aime' ne s'était jamais jusqu'à présent retrouver dans la même phrase. Elle n'était pas du genre à exprimer ses sentiments très souvent, elle les gardait pour elle normalement. Mais Noah avait à présent son cœur, elle méritait de connaitre sa pensé même la plus secrète et intime. Car elle ne mentait pas, elle savait vraiment que à présent... Il y avait aucun doute. Elle était bien tombé amoureuse, même aussi fou que ça pouvait sembler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Sam 14 Avr - 21:40

Vraisemblablement, l'idée d'aller chez elle plaisait vraiment à Akemi-san, et cela suffisait à emplir son cœur de joie. Elles allaient pouvoir passer du bon temps ensemble, rire, s'amuser, faire ce que de jeunes filles normales faisaient. Après, Noah n'avait pas grand chose pour s'amuser dans sa chambre, déjà parce qu'elle venait tout juste d'emménager, mais aussi car elle avait toujours pensée n'avoir besoin de rien. Dans ses bagages, quand elle était arrivée, elle n'avait apportée que des vêtements et une photo de son défunt père adoptif. C'était tout ce qu'il lui fallait, le reste n'était vraiment que matériel et donc loin d'être réellement nécessaire. Mais ce n'était pas grave, elles pouvaient très bien s'amuser sans rien, simplement à se raconter des histoires ou bien à rester l'une dans les bras de l'autre. Et puis, Noah se voyait déjà dans la salle de bain avec son amie, celle-ci en train de l'aider à se laver car elle ne pouvait pas le faire seule. Dans un sens, elle avait envie d'être la poupée d'Akemi-san, qu'elle s'occupe d'elle, lui brosse les cheveux tout en s'amusant à lui montre de la mousse de bain sur le nez sans qu'elle ne puisse la retirer.

Mais c'est alors que lui revenait en mémoire ce qu'il c'était passé il y a un instant. Elle avait montrée une certaine réticence au moment où elle avait essayée de poser ses mains au niveau de son ventre, sous ses vêtements. Elle désirait seulement apprécier le contact de sa peau, mais vraisemblablement, cela était passé comme étant une approche très… direct. Il est vrai que si elle avait eu l'usage de ses membres, ses mains auraient probablement été un peu baladeuse, mais jamais elle n'aurait forcée son amie à s'adonner à ce genre de chose, aussi bien car l'une comme l'autre, elles n'y connaissaient, et qu'elles auraient besoin d'un peu de préparation mentale… Et puis, pour sa part, elle avait un peu du mal à imaginer la manière dont cela se passait entre deux personnes du même sexe. Du coup, elle ne savait pas si Akemi-san serait d'accord pour qu'elle voit son corps nu, ni même si elle supporterait de voir le sien. Pourtant, elle aurait forcément besoin d'elle si elle voulait être propre et présentable… C'était là encore l'un des inconvéniants de son handicap, elle ne pouvait tout simplement rien faire seule, elle avait forcément besoin de l'aide d'une tierce personne. Mais un autre soucis était qu'elle ne pouvait même pas lui parler, et elle n'était donc même pas capable de savoir ou non si cela la dérangeait. Et puis si Akemi-san n'y pensait pas, que ferait-elle ? Tellement de questions tournaient dans sa tête, elle essayait de réfléchir à un moyen quand elle fût interrompue dans sa réflexion par son amie.

Au début, Noah en resta simplement figée. Dans sa tête, tout venait de s'arrêter, il n'y avait plus rien d'autre qu'elle et son amie. C'était tellement soudain qu'elle ne savait pas quoi dire et surtout quoi penser en réalité. Mais au bout de quelques secondes, tout semblait revenir, et elle se rendait alors compte de la porter des mots de son amie. Elle avait encore du mal à en croire ses oreilles, mais rapidement elle se rendait compte que ces mots étaient sincères. Tout était si magnifique qu'elle avait tout simplement du mal à l'accepter. Quelqu'un venait de lui dire que l'on l'aimait… Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas entendue ces mots, qu'elle était si seule et là, à l'entendre dire ça, toute la solitude qui l'habitait venait de s'évanouir. Mais déjà, Akemi-san se levait, lui tournant le dos, mais à l'entendre elle se doutait bien qu'elle était en train de verser des larmes. Puis elle se retournait, comme pour confirmer cela, tout en disant qu'elle était la première personne à qui elle disait ça. Noah se contenta simplement de sourir, murmurant ensuite pour lui dire : « Je t'aime ». Elle, elle en était certaine. Elle aimait Akemi-san, de tout son cœur et de tout son être. Si elle le devait, elle mourait par amour pour elle. De toute manière, avant elle n'avait rien, alors maintenant elle ne pouvait plus imaginer sa vie sans la présence de la jeune fille. Même si ce n'était qu'une minute par jour, elle voulait passer ce peu de temps avec elle, que ce soit pour tout ou pour rien, l'important restait d'être avec elle.

Elle tendait alors simplement les lèvres vers l'avant, espérant qu'elle comprendrait que ce geste leur permettrait de sceller leurs mots. Après certes elle ne l'avait pas prononcé, cela n'avait pas été audible, mais ce n'était pas tant d'entendre ces mots qui était important, mais nettement plus de savoir que la personne le pensait. Et ça, Noah en était vraiment certaine maintenant, comme si l'entendre de la part d'Akemi-san avait été la clé pour déverrouiller totalement cette émotion grandissante. Elle voulait donc simplement prendre cette petite dans ses bras pour la consoler. Après tout, elle n'avait pas de raison de pleurer, ce n'était pas une honte de pleurer, et encore moins d'avouer à une personne les sentiments que l'on ressent pour elle. Elle voulait donc l'avoir contre elle jusqu'à ce qu'elle se calme, et elle ouvrit simplement ses paumes afin d'inviter la demoiselle à la rejoindre. Elle bougeait alors doucement ses doigts de manière à intensifier sa demande, comme si elle invitait réellement Akemi-san à se rapprocher, un peu dans le genre d'une provocation, même si elle n'avait aucune mauvaise pensée derrière la tête.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Sam 14 Avr - 23:20

Cela avait été si difficile... Dire seulement quelques mots qui lui venaient du cœur. Mais elle avait fait attention à bien choisir ses mots, 'Je crois que' était symboliquement pour se désengager des mots fatidique. Car elle était certaine de l'aimer, mais pas certaine de savoir comment elle l'aimait. L’on n’embrasse pas ses amies, encore moins avec la langue. Elle devait être bien plus que ça... Mais pas vraiment à la fois... Car elle sentait que Noah était sa meilleure amie et non sa petite copine. Un peu comme... Si elle l'aimait comme un homme pouvait aimer une femme. Mais à fois comme une amie peut en aimer une autre. Une qualification qu'elle oserait appeler : Une amie avec un plus. Son amitié pour elle avait brisé les barrières physiques, elle voulait même l'embrasser.... Ou alors, elle était juste stupide à ne pas réaliser qu'elle était réellement amoureuse d'une fille. Mais cette éventualité, elle pourrait la nier le restant de ses jours. Pour elle Noah est une amie, une amie comme elle n'en aura jamais une autre. D'ailleurs, le fait de lui avouer avouer ce genre de sentiment la faisait pleurer comme une gamine. Vraiment sans défense, sa fierté semblait avoir disparue. Elle ne pleurait jamais devant personne et le faisait devant Noah. De longue larme, tombant une à une de ses jours pour finir au sol. Elle n'aurait jamais cru que dire je t'aime à quelqu'un aurait été aussi dur. Même si au fond elle pensait vraiment. À dire franc, elle ne tentait même plus de revenir ses larmes. Elle les laissait sortir simplement, n'ayant plus honte de faire sortir ce qu'elle ressentait en elle. Mais en fait, même si le dire était fort libérateur. Le lire sur les lèvres de Noah la bouleversa émotionnellement. Elle fit même un petit bruit étrange digne d'une personne surprise. Elle en revenait pas d'entendre (Ou plutôt de voir) les mots je t'aime sortir de la bouche de quelqu'un, à son égard. Quelqu'un... l'aimait ?! L'information n'arrivait à atteindre son cerveau, elle ne pouvait le concevoir. En fait, plus elle y pensait, plus tout ceci lui semblait surréaliste. Aucun doute maintenant, elle était dans une sorte d'illusion depuis le début. Ou alors elle rêvait. Quelqu'un essayait de se jouer d'elle ! Ça ne pouvait être vrai... Elle n'arrivait pas à l'accepter

Noah tant qu'à elle tentait de sous son âme de lui faire comprendre de venir vers elle. Et à dire franc, c'était ce qu'elle voulait. Retourner dans ses bras chaud et retrouver son calme et sa tête. La chaleur de Noah la détendait si bien, elle évacuait le stresse d'une façon extraordinaire coller sur elle. De plus, elle voulait réaliser chacun des désirs de Noah. Même si s'était contre sa volonté ou ses gouts. Faire plaisir à Noah était tout ce qui lui importait... Car au fond, ce n'était jamais juste pour elle. Akemi pouvait se faire plaisir elle même si elle le voulait. Câliner Noah même si elle ne le voulait pas, s'acheter quelque chose qu'elle voulait, dire des paroles qu'elle voulait... Elle pouvait tout faire ça. Noah elle, n'avait rien. Alors dès qu'elle pouvait enfin comprendre une exigence de Noah, cela semblait devenir plus important que tout le reste. Ainsi donc, elle exécuta sans trop attendre, allant la prendre dans ses bras en serrant plutôt fort. C'était plus qu'un câlin, c'était un message 'Ne me quitte jamais' tant la câlin était fort. Elle enfouie même son visage au creux du cou de Noah, nichant son visage et se lèvres sur la chair tendre de celle qui constituait toute ses pensées... Lui chuchotant d'une voix larmoyante.

"Merci..."

N'ayant pas vraiment de la remercier de l'armer, mais elle le devait. Car elle se sentait mieux maintenant qu'elle savait que quelqu'un dans ce monde l'aimait. Elle ne serait donc plus jamais seule, elle avait enfin quelqu'un avec qui partage ses peines, ses joies, ses envies, ses passions... Tout ce qu'elle avait toujours souhaité. Bien vite, elle fut calmée. Ce ne fut pas bien long, dans les bras de Noah elle pourrait surmonter n'importe quoi. Sur le coup, elle se trouva même idiote d'avoir pleurée, elle qui ne pleure jamais. L'on pouvait la torturé et lui couper les deux bras qu'elle n'en verserait sans doute même pas une larme. Mais Noah l'avait réussi. Comme quoi mêmes les plus grands guerriers avait leur petite faiblesse. Pitoyable, mais à la fois si charmant et agréable. C'était une faiblesse qu'elle aimait bien au fond. Une fois le câlin terminée et debout à nouveau. Elle sécha ses larmes avec son bras. Tentant de reprendre une tête un peu plus 'normale'. Car elle ne pourrait pas sortir d'ici si elle avait l'air d'avoir pleurée. Enfin après elle démontra le paquet de clé qu'elle avait en main. D'un air sûr, déterminée et sans doute trop enthousiaste.

"Bon allons à ton appartement d'accord ? J'ai envie d'enlever ces chaussures... Et j'ai plein d'idée sur ce que l'on pourrait faire ensemble pour s'amuser !"

En fait, elle n’en avait aucune. Par contre ses chaussures lui faisaient effectivement mal. Un détail jusqu'ici qu'elle avait oublié, mais comme elle faisait attention à son apparence, elle était avec de petit soulier serrer plutôt chique et noir. Plutôt une jolie paire de chaussures, elles les avaient prises pour sortir en ville. Mais elle est vite inconfortable à l'intérieur. Préférant encore et toujours ses bons vieux souliers de course, idéal pour marcher et courir. Bref, sortir du centre commercial quoi. Elle n'avait pas acheté grand-chose finalement, mais elle allait vraiment sortir avec un jolie cadeau en main. Elle avait magasiné de l'amour ♥. Cela dit, aussi étrange que pouvait être la situation. Elle prenait pour la première fois conscience qu'elle était dans une toilette. Bien qu'elle-même n'ai pas envie de quoique ce soit, elle ne savait pas pour Noah. Même si la question allait être plutôt gênante à dire, voir presque impolie... Mais vu l'état de Noah, Akemi devait poser ce genre de question. Le genre de question qu'elle ne poserait sans doute jamais à quelqu'un d'autre.

"Hum... Mais avant de partir, vu que l'on y est... Tu veux aller au petit coin? "

Akemi allait agir ou non en fonction de la réponse donner. Pour après aller à la pension de l'école, plus précisément chez Noah. Ou y aller tout de suite en fait, tout dépendait de ce que Noah désirait encore faire. Peut-être qu'elle voulait encore quelque chose ici aussi... Enfin maintenant les choses avaient été dites, les câlins avaient été fait, les bisous avaient été donné, les larmes avaient été pleurés. Plus aucune raison ne pouvait les retenir, sinon que des petits détails ici et là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Silence

MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Dim 15 Avr - 20:58

La petite Akemi-san avait finalement décidée de venir dans ses bras, et bien qu'elle n'était pas capable de l'enlacer Noah était tout de même certaine que cela lui faisait plaisir de savoir qu'elle pouvait trouver du réconfort chez elle. En réalité, elle ferait tout pour son amie puisque c'était tout ce qu'elle avait désormais, la seule présence à ses côtés… Bon, ce n'était pas totalement vrai, il y avait aussi Mariko-sama qui avait promit de s'occuper d'elle, mais cela se rapprochait bien plus d'un désir maternel plus qu'autre chose. Quand à Nolan-sempai, même si il était dans la même filière qu'elle, elle n'était pas sûre de le revoir un jour… Après tout, cette île était tellement grande qu'en réalité elle ne savait même pas si elle pourrait ne serait-ce que le croiser. Et comme elle ne pouvait pas bouger, il y avait peu de chance qu'elle le croise dans les couloirs du Lycée, à moins bien sûr qu'il vienne à sa rencontre pour prendre des nouvelles. Alors dans tout ça, Akemi-san était réellement la plus importante, et surtout celle qui avait prit la plus grande place dans son cœur. Elle était si gentille avec elle, tellement douce qu'elle avait encore un peu de mal à croire que tout cela était bien réel. Surtout que dans tout ça, elle n'avait rien à gagner, elle décidait de s'occuper d'elle sans rien demander en retour. Ou plutôt, sans rien demander de matériel. Akemi-san devait simplement désirer un peu de reconnaissance, de respect, mais surtout, un peu d'amour… Elle l'avait dit elle même, elle n'avait pas d'amis, elle était seule. A ce sujet, elle se demandait si c'était vrai, si il n'y avait réellement personne pour qui elle comptait. N'avait-elle aucun proche ? Était-elle encore avec ses parents ? Noah n'en savait rien, mais dans son cas à elle, elle savait vraiment qu'elle était toute seule… Elle avait tout perdue, une seule soirée avait suffit pour faire basculer tout son quotidien, le chambouler entièrement, et elle n'avait même pas pût l'accepter immédiatement. Elle avait dûe attendre de sortir du coma, et c'est seulement dans son lit d'hôpital qu'elle avait commencée à réaliser certaines choses… En fait, ce soir là elle était tout simplement morte, et c'est maintenant qu'elle se retrouvait sur Hiromae, à rencontrer des personnes comme elle qu'elle se sentait revivre. C'était un nouveau départ, elle le savait, et elle ne comptait pas gâcher sa chance, elle comptait faire en sorte de combler le vide dans le cœur de son amie, même si elle ne savait pas encore comment… L'idéal serait probablement de rester naturelle, jusque là ça avait très bien marché.

Elle laissa donc libre cours à ses envies, et à défaut de pouvoir serrer Akemi-san contre elle, elle avait une magnifique vue sur son cou. Doucement, elle pencha donc la tête, venant déposer un baisé sur sa peau, soufflant doucement afin de la faire frissoner. Elle n'avait pas à s'en faire, ce n'était pas grave de pleurer, car après tout personne n'est parfait, et il est parfois bon de relâcher un peu la pression. Et au vue du caractère de la demoiselle, elle ne devait pas la relâcher très souvent, alors au contraire, c'était même bien qu'elle est versée des larmes. Cela lui permettait de décompresser, de retrouver son calme et surtout d'avoir le cœur plus léger. Noah était vraiment contente de l'avoir, cette personne d'apparence si forte et pourtant au cœur si tendre… Elle entendit alors le remerciement de son amie, mais ce n'était vraiment pas nécessaire… Pourquoi la remercier ? C'était normal qu'elle la réconforte, aussi elle n'avait pas besoin d'être remerciée pour ça. Et puis, n'en aurait-elle pas fait autant pour elle ? Noah en était persuadée… Le contact fût alors rompu, et son amie séchait alors ses larmes pour ensuite l'observer d'un air radieux.

S'amuser ? Elle ne savait pas vraiment comment elles allaient faire, sa chambre était tout simplement vide, et il n'y avait personne d'autre avec elle… Il n'y avait donc tout simplement rien à faire, même pas un simple jeu de carte. Alors même si elle disait avoir plein d'idées, c'était probablement en partant du principe qu'il y avait au moins le strict minimum chez elle… Noah espérait donc simplement que ses idées n'impliquaient pas quelque chose de matériel, sinon tout cela était compromis. Elle lui souriait alors doucement. Retirer ses chaussures, hein ? C'était quelque chose qu'elle ne pouvait plus comprendre, un plaisir qu'elle ne pouvait même plus ressentir. Il y avait tellement de chose dont elle avait dûe se passer au moment où sa vie avait prit un tournant, si bien que maintenant, elle devait se satisfaire de chose totalement anodine. Un simple regard, un sourire, tout cela était pour elle quelque chose de réellement agréable. En fait, elle était désormais contrainte et forcée d'apprécier des choses qu'une personne en bonne santé trouverait normal, puisqu'au final les choses un peu plus complexe ne lui étaient plus autorisées aujourd'hui…

Même la question suivante que lui posa Akemi-san et non sans une certaine gêne n'était plus quelque chose qu'elle pouvait faire normalement. Pendant l'espace d'une demi-seconde, elle eût un air triste. Elle ne pouvait vraiment rien faire seule, à tel point que cela en était presque navrant… Qu'est-ce que les gens pouvaient bien ressentir en la voyant ainsi ? En fait, elle le savait… Il n'y avait que de la pitié, et rien d'autre. Elle était simplement l'exemple à ne pas suivre, tout le monde devait faire en sorte de s'en sortir mieux qu'elle, quitte à choisir l'option de la mort pour ne pas être ainsi. Il n'y avait qu'Akemi-san qui était différente… Elle, elle se fichait bien de sa différence, elle arrivait à voir au-delà et acceptait Noah pour ce qu'elle était de façon générale, aussi bien avant qu'après son accident. Elle ne s'arrêtait pas sur cet élément de sa vie, elle se fichait visiblement de son corps, mais l'appréciait réellement pour son esprit. Alors finalement, dans un sourire triste, elle secoua la tête de gauche à droite pour lui signifier que non, pour le moment elle n'avait pas besoin d'y aller. Mais même si elle souriait, cette fois elle n'arrivait pas à ôter complétement la peine qu'elle avait dans le regard. Mais ce n'était ni l'endroit, ni le lieu pour en parler. Et en réalité, ce n'était pas tant l'idée d'être une totale assistée qui la dérangeait, mais de ne plus avoir les personnes qui lui étaient cher… Bien sûr, Akemi-san était très gentille ! En fait, elle ne pourrait même pas espérer meilleur compagnie que la sienne, mais elle ne pourrait jamais lui présenter les autres personnes qui comptaient pour elle, et cela avait le mérite de la détruire un peu… Mais tout ça, elle devrait lui dire une fois dans sa chambre, cet endroit n'était pas adapté pour une conversation aussi solennel.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   Lun 16 Avr - 6:04

[Fin du rp]

Suite ici : Lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le réconfort avant l'effort.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le réconfort avant l'effort.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Le réconfort avant l'effort [terminé]
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Après l'effort, le réconfort. [Libre]
» Après l'effort, le réconfort (message de soutien au staff).
» Après l'effort, le réconfort !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hiromae :: Les Extras :: Archives RPs-