AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Habitant

MessageSujet: Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥   Mar 27 Mar - 20:44


TAKAHASHI SAKI
Le ridicule ne tue pas… Autant en profiter !


FOLLE À LIER ♥

Feat Tout ce qu’on trouve sous le tag
« Geisha »~ ♪

INFOS GENERALES

NOM : Takahashi

PRENOM(S) : Saki

ÂGE : Oulah ! Voilà longtemps que je ne compte plus… Disons une cinquantaine d’années ? ♥

NATIONALITE(S) : Japonaise

LIEU DE NAISSANCE : Île d'Hiromae

ORIENTATION S. : Je n’ai plus l’âge pour ça, mon chou ♥

OCCUPATION : Propriétaire du LovuLovu Host Club~♪

RACE : Ongumi

POUVOIR(S) : Solidification de la Folie (Pouvoir)/Armurerie Infinie (Pouvoir secondaire)/Hospitalité (Pouvoir tertiaire)

NIVEAU DE LICENCE : Rang B. Au-dessus, c’est bien trop fatiguant !



PHYSIQUE
« Les gens critiquent mon apparence, mais franchement, quitte à avoir un corps, autant en exploiter toutes les possibilités ! »

L’Ongumi porte un véritable culte au corps humain, d’où son envie de l’exploiter au maximum, de l’orner autant que possible, d’en profiter presque jusqu’à l’excès. Et l’on peut dire qu’elle a réussi : elle est connue dans toute l’île pour son excentricité et son apparence fantasque. Cette femme de cinquante ans d’apparence prend toujours très soin d’elle-même, plus que ne le ferait un être humain sensé : jeune, elle était réputée pour sa beauté et garde les bons réflexes. Elle mange équilibré et se vante d’un métabolisme jalousé par les top-modèles, car elle grossit peu : à l’heure actuelle, elle doit faire une soixantaine de kilos pour 1m65. Elle prend en moyenne un bain par jour, un de ces bons bains brûlants à l’eau parfumée qui rend la peau douce et pure, quand ce n’est pas un sauna ou un séjour dans son onsen personnel ; elle fréquente tellement les sources d’eau chaude et les bains publics qu’elle a des bons de réduction ! Quand elle sort de l’eau, elle se sèche avec de grandes serviettes moelleuses puis s’enduit d’huiles parfumées, avant de passer des heures à composer son habillement.

Habillement qui se compose essentiellement de longs kimonos en soie, de toutes les nuances de couleur inimaginables et brodés d’une étonnante variété de paysages, de plantes et d’animaux. Elle possède une centaine de kimonos, tous différents les uns des autres ! Ses préférés ? Une gamme de trente-six kimonos rouges, pourpres et bleus brodés chacun d’une des « Trente-six vues du Mont Fuji » du célèbre Katsushika Hokusai, son artiste favori. Une fois le kimono choisi, Saki l’enfile sans prendre la peine de porter des sous-vêtements : bien que sa petite poitrine commence à subir les assauts de la gravité, elle se refuse à acheter un soutien-gorge, et pour ce qui est du reste… Elle passe outre. Puis elle verni ses ongles de doigts et de pieds d’une couleur assortie à ses vêtements avec patience et application, allant jusqu’à dessiner de petits motifs divers. Une fois le vernis sec, elle chausse ses éternelles geta de bois laqué, quand elle ne choisit pas les sandales romaines, accroche ses ravissantes boucles d’oreilles à breloque qui tintinnabulent au moindre mouvement, couvre sa tête de chapeaux étranges venus du monde entier, et c’est parti !... Vous imaginez la scène…

Voilà pour les vêtements. Mais le corps qui se cache sous ces couches de tissus est tout aussi extraordinaire et intrigant (et il n’y a rien de pervers dans cette phrase). Déjà, ses cheveux. C’est assez inhabituel comme commencement, mais tant pis. La chevelure de l’Ongumi est d’un noir de jais, striée d’argent, nourrie d’huile d’olive et d’argan pour qu’ils restent fins, soyeux et lisses, légèrement vaporeux, une merveille capillaire. Comme ils lui descendent jusqu’à la taille, elle les noue en gigantesques chignons, en nattes ou en queue-de-cheval. Elle ne les laisse libre que quand elle se baigne ou quand elle se sent d’humeur à. Par contre, si elle se réveille particulièrement en forme, elle peut réaliser des merveilles et ce qui lui tient lieu de tignasse se change en cage à oiseau ou en bateau à voile.

Cette chevelure sombre encadre un visage un peu masculin, sillonné de légères rides dont Saki fait sa fierté, trouvant ridicule les crèmes et cosmétiques qui prétendent faire paraître vingt ans de moins. Quand on a réussi à vivre jusqu’à un âge comme le sien (elle a sans doute bien plus des cinquante ans dont elle se vante), on exhibe fièrement les preuves de sa survie en ce monde, non ? Pour elle, ses pattes d’oie sont ses médailles de guerre. Cette frimousse de gentille grand-mère prend un air un peu mystérieux dès que les yeux entrent en scène, ces iris violet foncé tirant sur le rouge, étincelants de malice et d’une autre chose plus démoniaque, assombris par des cils surnaturels. Passons rapidement sur son nez en patate et attardons nous un instant sur sa bouche, encore pulpeuse, aux lèvres colorées de rose passé, comme des pétales séchés… Il lui arrive très souvent de se maquiller lourdement, réminiscences de son court passé de geisha, et passe de longues heures à perfectionner le blanc de son visage et le rouge de ses lèvres.

Ce corps alourdi d’ornements somptueux se meut avec douceur et minutie, sur un pas dansant à cadence mesurée, volutes et arabesques de gestes calmes, apaisants, et souples comme un chat. Tout mouvement semble étudié, réalisé à la perfection, ce geste de main, ce sourire intriguant, ce mi-clos des yeux, ce geste de tête… Quand elle sort avec un éventail, elle ressemble à une artiste de spectacle nô et fait voleter son instrument comme s’il s’agissait d’un papillon. Qu’elle se rafraichisse ou qu’elle l’ouvre devant son visage avec un mouvement sec du poignet, on ne peut pas ne pas rester fasciné par la perfection qui en émane. Et quand elle se bat, elle est toujours aussi minutieuse, aussi précise et aussi rigoureuse qu’elle l’est dans la vie quotidienne. Notons aussi sa grande souplesse à peine affectée par la vieillesse de ses os et de ses muscles, souvenir de ses années de trapéziste : elle fait toujours la joie et l’étonnement des élèves quand elle intervient pendant les cours de gymnastique pour faire la roue ou exécuter des figures sur les agrès !


MORAL
« Un brin de folie n’a jamais fait de mal à personne. … Quoique… »

Un seul mot suffirait pour décrire Saki : excentrique. Ou fantasque. Ou folledingue… Ou… … En fait, il y a une multitude d’adjectifs s’appliquant à la vieille Ongumi, une foultitude de synonymes qui expriment l’idée générale de l’originalité ou de la folie la plus noire. Saki, c’est l’incarnation de la gentille vieille dame un peu (beaucoup ?) fofolle, remplie de malice, de ruse, d’amour et d’humour… Mais un humour un peu caustique, un amour un peu débordant, une ruse un peu machiavélique et une malice un peu trop malicieuse, justement. Allégorie de l’optimisme, elle voit toujours le bon côté des choses, toujours enjouée, rieuse, souriante, à l’écoute des autres. Sa fierté naturelle l’a dispensé de nombres de moqueries et brimades, car les gens sont souvent déstabilisés de voir qu’elle s’assume totalement et qu’elle revendique sa bizarrerie. Elle dispense volontiers de « bons » conseils à ceux qui en ont besoin (ou pas…), ce qui en fait la confidente de beaucoup d’élèves de la Pension, chose qu’ils n’oseront pas toujours (s’)avouer.

Pourquoi ? Parce que Saki dérange. Elle a une absence totale de gêne et de honte, portant en permanence un accoutrement extravagant, parlant avec naturel de choses intimes et récitant des blagues salaces comme certains le font avec une liste de course ou un poème de Verlaine. Ne vous offusquez pas si elle vous interroge sur votre vie amoureuse, votre position préférée, vos mensurations, les textos que vous envoyez, les produits que vous achetez… Face à son redoutable raz-de-marée de questions, la meilleure technique, c’est l’acceptation. Sa mentalité libérée s’étend à son travail : elle ne voit vraiment pas le mal qu’il y a à s’occuper d’un club d’hôtes car, comme elle dit, par rapport à son ancienne maison de passe, ce n’est franchement pas méchant ! Elle a aussi une conception relativement étrange, pour ne pas dire absente, du terme « privé », car elle s’introduit n’importe où n’importe quand sans demander d’autorisation ; elle a d’ailleurs une grande notoriété auprès des élèves de la Pension pour sa manie de surgir au milieu des cours pour « saluer quelques connaissances » et poser des questions intimes aux professeurs et aux étudiants. N’ayant absolument aucun préjugé, plus tolérante que n’importe qui dans cet Univers, elle distribue les surnoms ridicules au petit bonheur, appelant ses interlocuteurs « mon lapin en sucre », « ma fée des bois », « mon nounours en peluche », « mon mérou », « ma petite flaque de vomi », « mon hamster dodécaphonique des abysses », bref, tous les petits noms possibles et imaginables, et ce même à des adultes ou des inconnus ! Et quand elle ne surnomme pas, elle ajoute des suffixes japonais affectueux à la pelle et souvent à travers.

Saki aime tout… Ou presque. Conformément à la culture japonaise (pour une fois qu’elle est conforme !), elle raffole de paysages naturels et possède un nombre non négligeable d’œuvres d’artistes variés, dont certaines toiles d’Hokusai. Et ce ne sont pas forcément des reproductions ! Elle boit du thé et du jus de fruit à outrance et ses alcools préférés sont le saké, le sherry et le brandy. Elle fume très peu car elle n’aime pas le goût ou l’odeur du tabac, mais consomme de temps en temps un peu de marijuana… Très cultivée, elle lit énormément et regarde un nombre impressionnant de films. Elle parle le japonais mais aussi le chinois, l’anglais, un peu de français, du grec, du latin et même du russe ! Très proche de la nature, c’est une férue de botanique. Ses auteurs préférés sont majoritairement japonais (Basho, Soseki Natsume, Haruki Murakami…), mais elle goûte aussi les auteurs russes, français et américains. Et quand elle dit livre, elle comprend tout ce qui est littéraire : mangas, contes, nouvelles, recueils de lettres, poèmes, romans… Sa passion pour la musique s’étend à absolument tous les domaines avec une préférence pour le classique et le rock : elle assiste à tous les concerts de « Fucked’UP ! » ! Ce qu’elle déteste, ce sont les racistes, les homophobes, les hypocrites, bref, vous voyez le tableau…

Les seuls moments où Saki révèle sa nature sadique, où elle devient inquiétante, voir effrayante, c’est quand elle combat. Elle a un moral d’acier qui ne flanche jamais, tuer ne lui fait ni chaud ni froid. Malgré tout elle évite autant que possible les effusions de sang et les combats, ne massacrera jamais d’innocents et tentera toujours de discuter ou de trouver un compromis. Mais si la manière douce ne marche pas, elle ne fera preuve d’aucun état d’âme et éliminera ses ennemis avec froideur, rapidité et efficacité.


HISTOIRE
Certaines personnes ont un passé tellement riche que le commun des mortels s’étonne que tant d’évènements puissent tenir en une seule vie : c’est tout à fait le cas de Saki Takahashi, dont la biographie complète serait aussi longue que surprenante. Nous n’écrirons ici qu’on court résumé, en espérant rendre avec le plus de fidélité les détails de la vie de notre chère excentrique…

Saki Takahashi est née sur Hiromae, mais… Elle ne sait plus vraiment quand. Malgré de longues recherches, sa date de naissance et l’identité exacte de ses parents restent inconnues, et même elle ne se souvient pas tout à fait de son âge, qu’elle situe vers le milieu de la cinquantaine. Après tout, les Ongumis ont une longévité vraisemblablement très élevée et ne sont pas tellement attachés à leur passé, préférant vivre au jour le jour, donc on ne peut pas lui tenir rigueur de ces oublis, ni les mettre sur le compte d’un quelconque Alzheimer !

Fille d’une femme se nommant probablement Kiku et d’un certain Yutaka Takahashi, possiblement Ongumis eux-aussi, elle n’a ni sœurs ni frères connus à ce jour… Ou aucun qui ose le manifester publiquement. Déjà toute petite, Saki, en plus de ses goûts vestimentaires bizarres, avait un caractère rebelle et indépendant, et à son premier jour au jardin d'enfant elle réussit à s'enfuir tellement elle s'ennuyait. Elle passa le reste de la journée à se promener dans l'île et à discuter avec un clochard fou qui lui parlait de l'arrivée imminente d'êtres venus de l’espace qui asserviraient les Japonais. Elle rentra saine et sauve chez elle, où ses parents morts d'inquiétude la punirent sévèrement. Malgré tout, Saki s'évadait jour après jour de la maternelle et finit par rester chez elle en compagnie de la bonne, Fubuki, qu'elle adorait.

Kiku, pour soulager sa domestique quelques heures par jour de la présence envahissante de sa fille, décida d'inscrire cette dernière à un cours de cirque. Saki revint du premier cours en exultant, bien décidée à faire de l'acrobatie son métier. Après quelques semaines, son professeur abondait en son sens, répétant que Saki était son élève la plus souple, la plus agile et la plus motivée, et qu’elle avait un potentiel en tant que trapéziste ou gymnaste de haut niveau, au choix. Puis vint l'entrée à l'école primaire de Brhuerd. Saki n'en revint pas qu'une école puisse être située dans un si bel endroit. La jeune Ongumi, qui faisait tourner les professeurs du jardin d'enfant en bourrique, devint une élève studieuse et appliquée. Passionnée de littérature mais tout autant de trapézisme, elle décida de se spécialiser dans les deux pour avoir toujours un diplôme de secours dans le futur, en cas de difficultés économiques. Saki passa les concours avec succès et entra au collège avec une année d'avance.

La Pension éveilla en elle le même sentiment d'émerveillement que l'école primaire. Malgré son emploi du temps encore plus chargé, elle continua ses cours de cirque. À la même époque, elle découvrit l'âge merveilleux de l'adolescence et mit à profit ses nouvelles formes et sa nouvelle énergie pour monter son premier spectacle d'acrobatie aérienne. Cette représentation eut un succès retentissant dans toute l'île et la conforta dans sa vocation future. Il n'y a rien de très intéressant à raconter sur la suite de la scolarité de Saki, mis à part le fait que son tempérament bien trempé et ses excellentes notes lui forgèrent une solide réputation.

À dix-sept ans, vers la fin de ses études, dans l’optique d’aider financièrement ses parents qui commençaient à avoir des problèmes d’argent, elle décida de devenir geisha et réussit à concilier cours classiques, cours de cirque et minarai de manière à optimiser au plus tous ces apprentissages différents. Elle quitta la Pension peu après avoir obtenu un diplôme en langues, histoire de l’art et littérature appliquée, et fut invitée à devenir professeur, ce qu'elle refusa poliment. Lorsque sa oneesan fit d’elle une maiko se posa le dilemme de son avenir. Suivant son rêve de toujours, elle abandonna sa formation de geisha et devint trapéziste et acrobate dans un théâtre de Miyora, sous le pseudonyme de «Lady Dreaming». Son numéro était connu dans l'île entière, et elle avait une telle réputation qu'elle fût engagée par une troupe qui se produisait dans le monde entier, alors qu’elle n’avait que la vingtaine ! Elle fit le tour de la terre, émerveillant les Français, les Russes, les Mexicains, les Égyptiens et tellement d'autres par sa grâce et son talent. Quelques années plus tard, au Cambodge, elle appris la mort de ses parents. Elle retourna en catastrophe sur l'île pour assister à l'enterrement.

Saki, qui avait à peine trente ans, quitta alors le monde du théâtre. Elle s'installa dans le pavillon familial et décida de reprendre sa formation de geisha. N’ayant rien oubliée de son minarai, elle vit rapidement venir le jour où elle troqua son col rouge contre le col blanc des geishas confirmées. Après une période de quelques mois où elle offrit ses services d’interlocutrice durant les zashiki, elle décida d’arrêter son rôle d’hôtesse : sa beauté était toujours intacte mais la quarantaine arrivait, et elle se reconvertit en odoriko, c’est-à-dire une geisha spécialisée dans la danse. Ses années d’acrobate furent ici très précieuses et elle acquis très vite une grande notoriété dans le milieu, les clients restant séduits devant sa grâce naturelle.

Elle quitta un beau jour le monde des geishas sur un coup de tête, mais resta très proche d’une collègue, Sayuki Nakatsukasa, qui vivait au Japon, près de Yokohama. Celle-ci mourut quelques mois plus tard d’une mauvaise pneumonie et, sur son lit de mort, révéla à Saki, venue la voir en ses derniers instants, qu’elle était propriétaire d’une fameuse maison de passe de la région. Loin de s’en offusquer, l’Ongumi proposa d’elle-même de devenir la nouvelle gérante de l’établissement ; il pouvait être dangereux pour les filles de joie de se voir abandonnées tout d’un coup. Pour plusieurs raisons (majoritairement économiques), Saki n’eut pas d’autre choix que de continuer à prostituer ses nouvelles protégées, et, tout en cherchant une solution alternative, elle fit du bordel malfamé un lieu de luxe et de volupté, s’inspirant de ce qu’elle avait vu et appris lors de son métier de geisha en évitant au maximum de ternir l’image de cette caste qui lui avait tant apportée. Peu à peu, elle améliora la condition des prostituées dont elle s’occupait comme d’une mère et, grâce à elle, plusieurs réussirent à s’émanciper et à trouver un travail légal.

L’activité de proxénète, elle, n’était toutefois pas légale, et malgré les bonnes intentions de Saki, qui se démenait pour offrir aux filles de joie travail et mari, le gouvernement local intima la fermeture de la maison close, environ trois ans après la mort de Sayuki. Un procès contre l’Ongumi eut lieu, mais pour la forme : il apparaissait clairement qu’elle n’avais jamais pensé à mal, et le fait que son avocate soit une de ses anciennes « filles » ne pouvait que le confirmer. Saki dut payer une amende et fut interdite de séjour sur la préfecture de Kanagawa. Elle obtint un délai de deux mois pour fonder une association d’aide aux prostituées, « Mikomi no Oiran », afin d’être sure que non seulement les siennes mais toutes les autres du Japon puissent espérer un meilleur avenir.

Son délai expiré, Saki rentra sur Hiromae après trois ans d’absence. Elle retrouva son pavillon familial, confié durant tout ce temps à une descendante (mais de quelle génération ?) de l’ancienne bonne familiale Fubuki. Une fois réinstallée, les formalités réglées et les affaires inutiles vendues pour payer ce qu’il y avait à payer, Saki décida de chercher un travail pour finir ses jours le plus décemment possible, même si mourir se situait loin, très loin dans sa liste de choses à faire !

C’est ainsi que, quelques temps après, Saki racheta le LovuLovu Host Club dont elle s’occupe depuis quelques mois. Quoi, ça vous étonne ? Et bien, mon pauvre… Vous n’avez pas fini d’être surpris !





POUVOIR(S)
RACE : Ongumi

DESCRIPTION DE(S) POUVOIR(S):

Solidification de la Folie,
Ou comment faire de vos cauchemars une réalité.
Saki a un don qui l’effraye plus qu’elle ne veuille l’avouer. Elle peut donner corps à la folie, la rendre matérielle, sous forme d’une matière sombre semi-liquide qui peut se solidifier sur demande et prendre de multiples formes. Cette solidification de la folie peut bien entendu servir à attaquer, soit en insufflant la folie à quelqu’un en diluant la matière noire dans son sang, soit en utilisant la propriété de solidification pour infliger des dégâts. Mais elle peut aussi extraire la folie de quelqu’un pour la ramener à la raison. Il y a un fort désavantage à ce don, c’est qu’au-delà d’une certaine quantité de folie solidifiée il faut la stocker quelque part… En l’occurrence, dans le corps de Saki. Il est inutile de préciser les effets secondaires d’une telle action, je suppose…
----
Points + : • Don très puissant et assez versatile.
Points - : • Très dangereux pour Saki si l’utilisation se prolonge au-delà d’une heure à peu près.

Armurerie Infinie,
Ou comment savoir se battre avec… UN OURS EN PELUCHE ? Wtf ?!
Saki possède un don bien pratique qui consiste à pouvoir manier absolument n’importe quel objet comme s’il s’agissait d’une arme, et ce d’instinct. Ce pouvoir marche bien sûr avec les armes normales et les objets « dangereux » comme couteaux, ciseaux ou battes de baseball… Mais aussi avec d’autres ustensiles insoupçonnés comme des pommes, des lampes de chevet, des CD, des clés USB, des pantoufles ou un bloc-notes ! Peu importe ce qui lui tombe entre les mains, elle saura immédiatement s’en servir pour attaquer. Vous ne voyez pas le potentiel offensif d’une tarte aux pommes ? Préparez en une, demandez à Saki de vous accompagner dans une zone dangereuse et admirez le spectacle ! Toutefois, ce pouvoir a des limites, les limites de l’objet utilisé ; ce n’est pas demain la veille qu’un rouleau de papier-toilette terrassera un dragon… C’est pourquoi Saki prend toujours la précaution de transporter avec elle quelque chose de plus dangereux, comme un revolver ou des couteaux de lancer. De plus, ce don est limité à l’offensif. Saki serait incapable de se servir correctement d’un téléphone portable, mais elle pourrait bien vous déboîter une épaule avec !
----
Points + : • Maîtrise innée des armes.
• Peut attaquer avec n’importe quoi.
Points - : • La puissance des attaques dépend de la nature de l’objet, qui n’est en rien influencée par le don : une bâton reste un bâton et une peluche reste une peluche !
• Ce pouvoir ne confère absolument aucun bonus pour ce qui est de la force, de la vélocité, de la précision et caetera de Saki.

Hospitalité,
Ou comment faire pour qu’on se sente bien avec vous… En théorie.
Si son nom ne vous l’aurais pas déjà fait deviner, voici en quoi consiste le pouvoir d’Hospitalité : il fait en sorte que les gens, peu importe leur humeur ou leur caractère, se sentent apaisés auprès de Saki. Même si l’Ongumi est totalement dérangée, excentrique et insupportable pour certains, on ne peut pas s’empêcher d’éprouver au fond de soi un peu de bien-être à la côtoyer. Mais l’Hospitalité, pour une raison inconnue, est décuplée dans un lieu béni par Saki. Ainsi, dès que vous franchissez le seuil de sa maison ou de son club d’hôtes, vous vous sentirez inexplicablement détendu, comme si vous pénétriez dans un lieu familier et rassurant. Plus utile pour le commerce que le combat, il a néanmoins l’avantage non négligeable de soutenir le moral de troupes et de redonner confiance en soi.
----
Points + : • Très utile pour le commerce et les relations sociales avec ceux qui se laissent avoir par le piège ♥
• Peut apaiser certains adversaires et, dans tous les cas, apporte un soutien et un réconfort inconscient aux alliés lors d’un combat.
Points - : • Don légèrement gâché par le caractère de Saki qui insupporte très vite les gens un minimum sains d’esprit.
• Reste franchement inutile face à un minotaure ou un psychopathe armé d’une mitraillette.

STATISTIQUES :

TYPE : Lumière, Ténèbres, Cristal_ANO : Charme, Décadence
FORCE : 10 _ DEF : 15 _ MAG : 95 _ RES : 80 _ DEX : 20 _ VIT : 80
DMGP : 60,72 _ DMGM : 950,1140 _ DEFP : 112 _ DEFM : 960 _ PV : 8000

OBJET(S) :
Aucun en particulier.






HORS RP
J’ai toujours raison. Même quand j’ai tort, j’ai raison.

    WHO ARE U ? : Je m’appelle Alexandre mais la majorité des gens me connaissent sous le charmant ( ?) petit nom de Samychou. Je suis le Pokémon attitré de la folle qui nous sert de Fondatrice, j’ai nommé Ayumi. Qu’ai-je fait pour mériter ça ? *se cache de sa dresseuse et de son terrifiant boyfriend* Je suis un peu fou mais très gentil si vous me donnez du chocolat et une grosse couette bien moelleuse °^° Je mange les petits enfants aussi. Nyah :3

    PRÉSENCE : Autour des… 6/10 ?

    COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? COMMENT LE TROUVEZ VOUS ? : C’est une longue et douloureuse histoire, pleine d’amour et de haine, un récit épique, poignant, vibrant de lyrisme et de sentiments déchirants ! ♥

    CODE : Ok by Eria ! (Et je plussoie)



Dernière édition par Saki Takahashi le Dim 8 Avr - 20:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Fonda • Archimage Tarée

MessageSujet: Re: Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥   Lun 2 Avr - 10:37

Bienvenue cher pokémon ! :3

Désolé pour l'attente, mais ton pouvoir nécessitait que je me penche bien dessus et qu'on mette certains détails au propre avec Ayumi ^^

Bon que dire sur ta fiche que tu ne te doutes pas déjà ? J'aime beaucoup ton style, rien à dire sur le moral, le physique ou encore l'histoire, belle fiche.

Pour les pouvoirs, pas de soucis pour le deuxième (je le trouve même très fun xD).

Le premier en revanche est à changer ou à retravailler :

- Premièrement, il n'existe pas de "monde des rêves" et encore moins d'entités y vivant et passant des pactes. Si un tel plan existait, ce serait clairement la patrie des Ongumis :p

- Deuxièmement, le pouvoir est trop vague est difficile à gérer, ces effets n'étant à priori pas constant et très aléatoires. Certes, cela se fera via les techniques mais c'est tout de même pas forcément simple à mettre en place. J'ai rien contre l'aléatoire mais le "chaos total" est plutôt dur à gérer sur forum xD

- Troisièmement, point un petit peu plus personnel, cela ressemble un peu trop dans la finalité au pouvoir d'Eria. Car en somme cela altère la réalité et en plus d'une certaine redondance, deux pouvoirs du même "type" (entre guillemets car j'ai bien compris que c'est pas tout à fait la même chose non plus hein ^^) de cette puissance c'est pas vraiment faisable. Si les trucs "bateaux" sont courants (télépathie, télékinésie, magie, pyrokinésie, etc) les pouvoirs influençant la réalité, la chance ou je ne sais quoi encore sont beaucoup plus rare. Après rien ne t'empêche de jouer sur les rêves mais faudra le faire différemment :p

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Habitant

MessageSujet: Re: Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥   Mar 3 Avr - 15:22

À la base je voulais faire de Saki une cuisinière et j'avais le pouvoir de prêt mais j'ai craqué quand j'ai vu que la place de proprio du Host Club était libre, donc j'ai créé le pouvoir actuel à la hâte, pendant une période de somnolence durant un cours sur l'Australie... Et après relecture, même moi je me suis dit qu'il allait pas x) Je comptais le remplacer mais avec tous les contrôles qui me tombent dessus j'ai pas eu le temps =_=

Dès que je trouve je vous préviens ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Habitant

MessageSujet: Re: Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥   Dim 8 Avr - 20:33

C'est changé~♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Fonda • Archimage Tarée

MessageSujet: Re: Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥   Lun 9 Avr - 8:54

C'est validé !

Tu as le droit de faire 7 techniques ^^

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

Saki Takahashi est là. Et si vous envisagiez la fuite ? ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Simpsonisez vous
» Georges Saati, vous avez raison mais ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hiromae :: Nouveau Départ :: Fiches de Présentations :: Fiches Validées :: Habitants-