AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

Partagez | 
 

 Yurihime Miria ~ Ara ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Helpers ~ Prof Tradi

MessageSujet: Yurihime Miria ~ Ara ?   Lun 27 Fév - 4:14


YURIHIME MIRIA
I have so much knowledge... but I can't say "no !" to Onee-sama either...


Nyôrô-prof ~

Feat  Konpaku Youmu [Touhou]

INFOS GENERALES

NOM : Yurihime.

PRENOM(S) : Miria.

ÂGE : 9 ans.

NATIONALITE(S) : Japonaise.

LIEU DE NAISSANCE : Japon (Kyoto)

ORIENTATION S. : A priori Homosexuelle, mais ce n'est pas encore exactement très bien défini...

OCCUPATION : Professeur de Combat (filière lycée générale).

RACE : Homonculus.

POUVOIR(S) : Innate Time Control (Pouvoir) / Wind Master (Voie de Magie)



PHYSIQUE
Note : Toute la fiche est écrite selon le point de vue d'Eria.

Maintenant que vous m'avez posé la question, difficile pour moi de résister à la tentation de m'épancher un peu sur le physique de ma Miria.
Bien qu'elle soit en théorie ma petite soeur (et après tout, elle n'a bel et bien que neuf ans), elle était jusqu'à récemment la plus grande de nous deux, dans la mesure où elle fut crée directement avec un corps approchant les quatorze ans. Ainsi, elle n'a pas pris un centimètre ni une ride depuis, et n'en prendra d'ailleurs jamais... Nous sommes donc aujourd'hui plus ou moins de la même taille (elle me doit encore quelques centimètres, mais ne chipotons pas), soit dans la moyenne de taille de mon âge, et si elle n'est pas d'une beauté fatale, elle n'en est pas moins incontestablement mignonne à croquer ! D'ailleurs, je ne m'en prive pas.
Je ne cache pas que je préférais ses cheveux d'un blanc métallique lorsqu'ils étaient longs, mais ils la gênaient dans ses mouvements et je peux comprendre qu'elle les ai coupés, les raccourcissant jusqu'à ses épaules et faisant une frange surplombant ses yeux. Comme elle mets volontiers le ruban noir que je lui ai offert pour agrémenter sa coiffure dont elle se soucie originellement peu, je lui pardonne.
Ainsi, ses cheveux de neige et d'argent encadrent ses grands yeux surmontés de sourcils fins et délicats. Ah, ses yeux, de véritables phénomènes ! Selon l'éclairage, ils peuvent virer du bleu au vert en quelques secondes ! Bien que les iris aux couleurs variables ne soient pas un fait exceptionnel, c'est en général un phénomène léger et progressif, mais les yeux de Miria changent parfois si vite qu'un observateur non-initié pourrait croire à un mauvais sort... Ce qui, selon la situation, pourrait ne pas s'avérer faux puisque, lorsqu'elle utilise son pouvoir de Contrôle Temporel (une sorte de capacité étrangement innée qu'elle possède, indépendante de son pouvoir magique lié au vent), ses yeux virent cette fois complètement au rouge. Un si beau rouge, qui lui va si bien, dommage qu'ils ne prennent cette teinte que lorsque Miria décide de se battre sérieusement, ses ennemis restent rarement en vie pour s'en souvenir. Son visage poupin est particulièrement expressif, et reflète de façon impitoyable la moindre émotion de Miria, un véritable livre ouvert révélant sa trop grande honnêteté et son incapacité à cacher quoi que ce soit à qui que ce fut. Surtout pas à moi.
Elle est généralement vêtue d'un ensemble vert composé d'une veste et d'une longue jupes scolaire - bien que n'étant pas de l'uniforme d'Hiromae -, au-dessus d'une chemise blanche à manches courtes, le tout ornementé de chaussettes noires montantes. Elle noue généralement le col de sa chemise d'un ruban semblable à celui qu'elle a dans les cheveux. Bien qu'il lui arrive de changer certains de ces éléments, comme des manches longues, des chaussettes moins hautes, etc... elle reste toujours globalement dans ce même style.
Encore un petit détail : Miria porte autour du torse, sous ses vêtements, un long ruban de soi, jumeau de celui que je porte toujours au poignet. Ce ruban est le symbole de notre lien et de notre amour, le signe qu'elle ne s'offre qu'à moi uniquement. Si d'aventure vous venez à le voir, attendez-vous à voir votre espérance de vie diminuer drastiquement... (comprenez que si Miria ne vous a pas déjà tué, je saurai m'en charger personnellement).


MORAL
Difficile de décrire le caractère de Miria en quelques mots, mais faisons un effort... Si il ne s'agissait que de moi, je dirais que le principal trait de caractère de ma Miria est la dévotion, mais justement, cela ne concerne que moi. Car oui, je suis la moitié de Miria comme Miria est ma moitié, nous deux sommes une. En particulier le soir, quand nous sommes seules, considérant sa tendance à refuser mes avances en public, mais je m'égare, ce n'est pas encore le sujet... Ca le sera ce soir, sans doute.
D'ici là, apprenez tout de même que Miria est une femme d'une générosité exceptionnelle, et d'une gentillesse sans limite. Certes, le terme "femme" pourrait paraître exagéré considérant qu'elle fait tout juste treize ou quatorze ans et qu'elle n'en a en réalité que neuf, mais ne vous y trompez pas, elle est née avec plusieurs siècles de connaissances directement incorporés à son âme créée de toute pièce, et peut donner des leçons de morales et de logique à n'importe qui - elle arrive même, de temps à autre, à m'en donner à moi, c'est dire !
Toute de douceur et de tendresse, sa belle voix semble couler dans vos oreilles comme le son de l'eau, mais attention, sous son calme éternel se cache une détermination à toute épreuve. Ou presque, je suis sans doute la seule personne à pouvoir, dans certaines situations, la briser momentanément... l'exception qui confirme la règle, si vous voulez. Dotée d'une grande capacité d'adaptation, elle sait faire face à bien des situations dans lesquelles beaucoup s'arracheraient les cheveux, et sa patience semble souvent infinie - ce qui, à vrai dire, est presque vrai. Par contre, elle est intraitable et sans pitié avec les bonnes manières, tenez-le vous pour dit !


HISTOIRE
Que dire de Miria, sinon que dès son apparition dans ma vie, il y a eu un "avant" et un "après" Miria ?

Les premières années de ma vie furent d'une banalité d'un morne affligeants. Dès que je fus capable de marcher, de parler, puis de lire (ce dont je fus capable bien plus vite que la norme, paraît-il), l'essentiel de mes activités se résuma bien vite à ne faire que lire, au détriment de tout le reste.

J'étais née dans une grande famille d'Ongumi, puissante et influente, et même ainsi entourée de personnages aux grands pouvoirs, je passais en quelques années pour un génie, une surdouée. Les connaissances que je glanais dans la bibliothèque magique des Yurihime, ainsi que ma capacité à les mettre en application, côtoyèrent rapidement celles des meilleurs mages de ma famille, et il semblait que c'était exceptionnel. Pour ma part, je ne voyais pas ce que ça avait de si incroyable, c'était comme respirer, quelque chose de naturel, qui vient sans que l'on ai besoin de forcer...

Mais alors que tous s'extasiaient sur mon talent, mon "don" comme certains appelaient ça, deux personnes ne se réjouissaient pas : mes parents. Oh, certes, ils étaient fier de moi, après tout quel parent n'est pas fier lorsque son enfant est doué ? Mais bien au-delà de ça, ils étaient inquiets, car ils voyaient bien que la vie m'ennuyait à mourir. Je n'avais gout à rien, seuls les livres sur la magie parvenaient à m'intéresser mais à part cela, rien ne semblait avoir de valeur pour moi. C'était comme voir le monde en noir et blanc, comme être née sans le sens du gout et du toucher, rien n'avait de saveur ni n'attirait mon attention. La vie était fade. Imaginez un instant que vous alliez manger dans un restorant pour gourmet hors de prix, que l'on vous tend alors avec un grand sourire commercial un crouton de pain rassis, et que c'est sensé être normal. A présent, adaptez ce principe à tous les aspects de votre vie, oubliez le souffle du vent sur votre visage, oubliez le gout de ce que vous mangez, oubliez la douce morsure du froid de l'hiver et la lourdeur du soleil de l'été, oubliez la douceur de la soie et la dureté du métal, oubliez la douleur que vous ressentez lorsque vous vous coupez, ou le soulagement quand vous vous allongez après une dure journée, oubliez la joie d'un sentiment de satisfaction et la colère de la frustration. Oubliez tout ce qui remplit chaque jour de votre quotidien, oubliez tout ce qui est important à vos yeux, tout ce que compte dans votre coeur et qui remplit votre vie. Et alors, vous aurez un aperçu acceptable de ce qu'était la mienne. J'en étais arrivée à un point ou je me contentait de rester assise dans un coin, pendant des heures, attendant presque de voir si la mort allait accepter de venir mettre fin à mon attente dénuée de but.

Puis elle arriva. Aujourd'hui encore, j'ignore exactement comment mes parents s'y sont pris ; certaines méthodes m'apparaissent clairement, mais certaines parties du processus me sont encore obscures, sans doute font-elles appel à des capacités particulières possédées par certaines personnes que je ne connais pas. A vrai dire, je m'en fiche, le résultat a été la naissance de Miria, et rien n'est plus important à mes yeux.

Crée non pas génétiquement mais bien magiquement, Miria ne fut pas seulement une simple "petite soeur", pas seulement deux mille ans d'arts martiaux et une magie du vent condensés pour me servir d'ange gardien, pas seulement la réponse de mes parents à leur manque de temps pour s'occuper de moi et tenter de me tirer de mon errance, de mon apathie. Bien que tous ces objectifs aient atteint plus qu'une réussite absolue, Miria fut bien plus que tout cela.

J'avais cinq ans lorsqu'elle entra dans ma vie, lorsque mes parents virent, un après-midi comme tant d'autres, me tirer de la chaise de la bibliothèque sur laquelle j'étais assise depuis des heures sans avoir vu l'intérêt de remuer ne fut-ce qu'un doigt pour tourner les pages de l'un des livres de la bibliothèque que je connaissais de toute façon déjà par coeur. M'annonçant qu'ils avaient un cadeau pour moi, ils m'amenèrent dans ma chambre, où mon lit habituel avait inopinément été remplacé par un lit deux places... dans lequel dormait une jeune fille.

- Eria, m'avait dit mon père d'un ton solennel, nous te présentons ta petite soeur, Miria. Elle est née aujourd'hui, pour toi, et va bientôt ouvrir les yeux pour la première fois...

Je ne l'écoutais, non, je ne l'entendais même déjà plus. Tout mon esprit, toute mon attention (et j'en avais pourtant à revendre) étaient focalisés sur ce corps étendu sur le lit, sur cette longue cascade de cheveux d'argent, sur ce visage si innocent semblable à celui d'une poupée, sur le souffle doux et régulier qui s'échappait de ses fines lèvres entrouvertes. Je m'en approchais doucement, fascinée, et lorsque ses pouapières frémirent, lorsque ses yeux s'ouvrir et que ses prunelles d'émeraude se posèrent sur moi, ce fut comme si le soleil daignait enfin éclairer ma vie, comme si ce vert à lui seul venait d'offrir les couleurs à mon univers en noir et blanc. Comme si je venais seulement de naître enfin en même temps qu'elle...

Si vous me demandez de vous parler du phénomène communément répendu sous le nom de "coup de foudre", je vous rétorquerai que ce que j'ai éprouvé ce jour-là n'a rien de comparable. Plus que de simplement tomber instantanément sous le charme de Miria, j'ai eu la certitude implacable, totalement indépendante de ma volonté mais tellement en accord avec celle-ci, que j'avais devant moi celle qui allait partager ma vie - qui la partageait déjà ! Elle était la moitié qui m'avait toujours manqué, le morceau du monde et de ma propre existence dont l'absence rendait tout le reste caduque et inutile, dénué de sens. Sous le choc, les premières larmes de ma vie s'écoulèrent de mes yeux et roulèrent sur mes joues, alors que j'étais même incapable de faire frémir un muscle, tétanisée par la révélation et par ce regard posé sur moi. Ce n'est que lorsqu'elle détailla enfin mon visage, et que des larmes identiques aux miennes perlèrent à ses paupières, que je me penchais enfin vers elle, passant mes bras autour de son cou qui semblait n'avoir que cette raison d'être, la serrant doucement contre moi et moi contre elle, et chuchotant à son oreille la vérité indiscutable qui s'était imposée dans mon esprit :

"Enfin... Enfin je te rencontre... Si tu savais à quel point je t'attendais..."

Et sentir finalement ses bras se refermer à leur tour autour de moi, comme pour m'entourer d'un voile d'amour et de protection, fut suffisant pour comprendre que ce que j'éprouvais à son égard n'était que l'exact reflêt de ce que la nouvelle née ressentait pour moi. Pour achever notre naissance à toutes les deux.

Depuis ce jour, Miria ne cessa jamais un seul instant d'être à mes côtés. Même si elle n'était pas forcément dans mon champs de vision (ce qui restait fort rare, et qu'elle ne soit pas dans mon champs de vision ne signifiait pas non plus nécessairement que je n'étais pas dans le siens), il suffisait que j'ai besoin d'elle pour qu'elle se trouve presque miraculeusement à côté de moi. Et si le terme "renaissance" semble exagéré me concernant quand j'évoque le jour de la naissance de Miria, il est pourtant bel et bien adapté aux faits : être un aveugle qui, du jour au lendemain, découvre la lumière est une expérience, et Miria m'aida bel et bien à tout réaprendre. Certes, j'étais capable de réciter à la virgule près la plupart des traités de magie les plus complexes de notre époque et des précédentes, voir même d'en corriger certains, mais ce fut Miria qui m'apprit le souffle du vent sur mon visage, le gout de ce que l'on mange, la douce morsure du froid de l'hiver et la lourdeur du soleil de l'été, la douceur de la soie et la dureté du métal, la douleur que l'on ressent lorsque l'on se coupe, ou le soulagement que l'on éprouve lorsqu'on s'allonge après une dure journée, et même la joie d'un sentiment de satisfaction et la colère de la frustration. Agissant tantôt comme une soeur, tantôt comme une mère, tantôt comme une amie, s'adaptant à mes besoins de façon presque irréaliste, elle donna de tout son être pour moi, et c'est grâce à elle que je pus prendre gout à la vie. Et quand je dis "s'adaptant à mes besoins" et "de tout son être", prennez-moi au mot, dans tous les sens du terme...

~~~

Voilà bien une petite vingtaine de minutes que j'attendais que Miria ai fini son entrevue avec le Directeur de Hiromae, qui avait commencé juste après que je me sois moi-même entretenue avec lui sur certains sujets rapportants à mon prochain poste d'enseignante en Magie dans son école. J'ignorais ce qui se disait de l'autre côté de la porte qui me séparait de ma Miria, mais celle-ci ne manquerait sans doute pas de m'en parler une fois son entretient terminé, inutile donc de m'impatienter. Miria ne me cachait jamais rien, de toute façon. Sauf peut-être son désir et son plaisir lors de nos ébats, qu'elle tentait bien de dissimuler dans un premier temps, mais elle abandonnait généralement bien vite... Si mignone, si adorable, ma Miria, y penser me donnait envie de la croquer tout de suite... vivement la fin de son entretient !

Comme pour répondre à mon appel, la porte s'ouvrit et Miria apparu dans son encadrement, un sourire enjoué et satisfait sur le visage.

- Voilà, c'est fait.

La formulation éveilla ma curiosité, étouffant mon désir - pour un temps seulement, j'avais envie d'elle et elle n'y couperait pas ! - et m'invitant à la laisser développer.

- Puisqu'Onee-sama va enseigner, expliqua-t-elle avec un sourire en réponse à mon regard interrogatif, j'ai pris l'option qui me permettra d'être le plus proche de vous, autrement dit, je vais enseigner aussi. Les civils logent sur l'ile et non à la pension même, et il est impensable que nous ne logions pas au même endroit, or je ne pense pas correspondre au profil d'une élève...

Quel bel euphémisme, Miria été née directement avec plusieurs siècles de connaissances générales, plusieurs millénaires de science du combat comprennant sans doute presque tous les styles existants au fil des âges et le maniement de plus d'armes que je ne saurais en compter, et des connaissances magiques n'égalant certes pas les miennes mais lui permettant de manipuler de façon exemplaire la magie du vent qui lui avait été offerte à sa naissance et d'analyser de façon tout à fait acceptable une magie à laquelle elle aurait affaire - sans compter que sur ce dernier point, je me suis assurée de perfectionner les bases déjà agréablement avancées qu'elle avait eu dès sa création, et sans même parler du pouvoir de control temporel que Mère Nature lui a offert également en tant qu'être de façon aussi imprévue qu'appréciable... Sans doute aurait-elle pu apprendre deux ou trois choses en tant qu'élève à Hiromae, mais le statut d'enseignante me paraissait bel et bien beaucoup plus adapté pour elle, et sa décision ne me surprenait pas vraiment... Restait à savoir ce qu'elle avait décidé d'enseigner exactement, bien que la réponse m'apparaissait avec assez d'évidence là encore.

- Je serai donc professeur de Combat à l'école d'Hiromae. L'école compte déjà des enseignants dans les différentes spécialités de cette matière en études supérieures, mais le précédent professeur enseignant la matière générale a démissionné récemment.
- Une bonne nouvelle qui ne m'étonne guère de toi, rétorquais-je avec un sourire joyeux - Miria et moi pourrions donc loger ensembles sans avoir à faire d'arrangement à droite à gauche pour négocier le logement d'une civile dans l'école. Ca mérite bien une petite récompense...

Parce que oui, moi, j'avais toujours envie d'elle, pourquoi me priverai-je d'un prétexte si aimablement offert sur un plateau ? Notre départ pour Hiromae viendrait en temps et en heures, je n'y pensais déjà plus...




POUVOIR(S)
RACE : Homonculus.

DESCRIPTION DE(S) POUVOIR(S):
~ Etincelle + Wind Master (Voie de Magie, 2 slots pris) :
Dès sa création, Miria a été dôtée de plusieurs millénaires de connaissances, ainsi que d'une affinité toute particulière pour la Magie Elémentaire de Vent. De fait, elle utilise cet élément uniquement au détriment de tout autre, bien que ses connaissances en terme de magie ne s'y limitent certainement pas.

~ Innate Time Control (Pouvoir) :
Bien qu'une Magie de Vent lui ai été offerte pendant sa création, Miria a également été dotée par Mère Magie d'une capacité innée qui lui est propre, à savoir la capacité à Manipuler le Temps, et plus précisément à appliquer cette capacité sur des zones ou des concepts en particuliers. Bien que ce pouvoir soit potentiellement plus puissant que de la Magie Incantatoire du fait de son caractère innée et donc très instinctif, il est également plus difficile à maîtriser puisqu'il fait partie intégrante de Miria, contrairement à la Magie Incantatoire qui "s'apprend".
[Note : Les "level" indiqués à côté de chaque sort d'Innate Time Control ne représentent pas forcément leur degré de puissance, mais juste le Niveau de Combat à partir desquels Miria les utilise selon les mêmes critères que pour les Niveaux de ses techniques de combat personnelles (voir Fiche+).]

~ Crafting Homonculus :
_Elément : Magie de Vent.
_+25 ATTR x5
_+100 CAL DMGP x2
_+100 CAL DMGM x2
_-100 CAL DEFP x2
_-100 CAL DEFM x2


STATISTIQUES :
[TYPE : AUCUN][ANO : Paralysie] [PV : 10 000]
[FOR : 100] [DMGP : 700-840]
[MAG : 100] [DMGM : 700-840]
[DEF : 0] [DEFP : 0]
[RES : 0] [DEFM : 0]
[DEX : 100] [VIT : 100]

OBJET(S) :

~ Hakurouken
L'une des deux lames crées par Eria pour Miria. Il s'agit d'un katana de taille normale au tranchant impressionnant (offrant +100 Dmgs P pour les attaques portées avec), sans fioriture, mais ayant la capacité "d'apaiser les âmes", selon les termes d'Eria. Lorsqu'une attaque est portée avec Hakurouken, Miria peut choisir de ne pas infliger de dommages physiques afin de frapper sur l'âme de sa cible, tranchant tous les maux qui l'assaillent. En terme de règle, une frappe de ce genre dissipe instantanément toute anomalie de status ou debuff de nature magique, quelle qu'il/elle soit. De plus, les attaques portées avec ce sabre sur des ennemis de nature spirituelle et torturée (tels les jibakurei et autres fantômes) voient leur dégâts doublés.

~ Roukanken
La deuxième lame crée par Eria pour sa soeur, peut-être encore plus dangereuse et terrible que Hakurouken... Il s'agit d'un sabre sans garde légèrement plus court qu'un sabre normal, capable selon les termes d'Eria de "tout trancher, même l'impalpable". En plus d'offrir +100 Dmgs M pour toutes les attaques portées à l'aide de cette lame, Roukanken tranche et ignore la moitié des défenses P & M ennemies.








HORS RP
Piou~


    ❦ WHO ARE U ? : Your Father.   ❦ PRÉSENCE : pi/10. Lawl, just kiding... Random.❦ COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? COMMENT LE TROUVEZ VOUS ? : Tellement chiant que j'ai envie de rester, tiens ! =p❦ CODE : MWAHAHA, DON'T NEED IT !!!




Dernière édition par Yurihime Miria le Jeu 22 Mar - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carte d'ID
Pouvoirs:
Inventaire:
avatar

Fonda • Archimage Tarée

MessageSujet: Re: Yurihime Miria ~ Ara ?   Jeu 22 Mar - 20:07

Kyaaaa~

Ma Miria est validée !! (Bon ok c'est pour la forme, mais chut xD)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Yurihime Miria ~ Ara ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miria Fotnik Hale
» Miria Ling [Voyageuse]
» Foutre le bordel au marché, ou comment se mettre une Valkyrie sur le dos [fb Aarion-Miria]
» Miria Lan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hiromae :: Nouveau Départ :: Fiches de Présentations :: Fiches Validées :: Personnel-